• Les sentes buissonnières de Mireille Pluchard

    Edition: De Borée

    Nombre de pages: 443 pages

    Résumé: Gard, fin du XIXe siècle. Amélie, douée pour les études, rêve de devenir institutrice. La mort de sa mère, à la naissance de sa dernière soeur, a obligé les sept enfants à se débrouiller. C'est Elise, l'aînée, qui s'est sacrifiée pour s'occuper de la fratrie. Le père, garde forestier, n'a pas beaucoup de moyens pour élever sa nombreuse descendance. Soutenue par son institutrice, Amélie va tout de même réussir à poursuivre ses études, tout en travaillant comme fileuse de soie pour couvrir les dettes de la famille. Passant ses soirées dans les livres, elle décrochera son bac et intégrera l'Ecole normale d'instituteurs. Mais son premier poste ne se passera pas sans difficultés, les habitants du village où elle est envoyée n'appréciant pas ses idées libérales. Amélie parviendra-t-elle à s'imposer ? Trouvera-t-elle l'amour ?

    Les sentes buissonnières de Mireille Pluchard

    Mon avis: Amélie vient au monde dans une famille aimante, et nombreuse. Très vite, elle montre de très bonnes dispositions scolaires. Son choix est fait: elle veut être institutrice.

    Mais évidemment, à cette époque, au début du xxeme siècle, les filles ne font pas toujours ce qu'elles veulent. Et si son père est disposé à la laisser accéder à son rêve, son aînée (qui a pris le rôle matriarcal, à cause du décès de leur mère), ne voit pas la chose du même oeil. Sans compter les imprévus qui grèvent la bourse du garde forestier.

    Mais tout cela, c'est sans compter sur la volonté de la jeune fille, et sa ténacité...

    J'avais lu la suite de ce roman, le miroir d'Amélie, il y a plusieurs mois, sans savoir qu'il s'agissait d'une suite. Je l'ai découvert ensuite. Du coup, lorsque dans le programme de parution de l'édition De Borée, j'ai vu que le premier tome était réédité, je n'ai pas hésité.

    Et je ne l'ai pas regretté. Ce que j'avais aimé dans le second tome, je l'ai retrouvé dans le premier: saga familiale, douceur, énergie. Tout ce que j'apprécie!

    J'ai lu ce roman de bout en bout, sans pratiquement le lâcher. J'ai adoré voir grandir Amélie. Voir les mariages, les naissances, les décès, les premiers départs, et les retrouvailles. Tout ce qui fait une histoire familiale, finalement.

    Mireille Pluchard écrit avec une grande douceur, une poésie vraiment belle à lire. Je me laisse porter par son rythme, reposant. Et j'apprécie vraiment ses écrits. Voilà encore un auteur qui entre dans mes favoris, en matière de roman de terroir.

    Amélie est un personnage très complet. Elle est réfléchie, posée, docile et têtue à la fois. Une belle âme, en somme. Elle dégage une énergie folle, ne recule devant aucun obstacle. Vous savez, n'est-ce pas, que j'aime ce genre de personnages féminins. 

    L'histoire de la soeur aînée est, également, complexe. La sacrifiée, comme on l'appelle, à renoncer à se marier pour s'occuper de sa fratrie. Aigrie avant l'heure, elle peut se montrer désagréable, plus souvent qu'à son tour. Pourtant, je ne peux m'empêcher de la comprendre. Mettre sa vie entre parenthèse pour le bien de sa famille, c'est tout de même admirable.

    Quand au grand frère, absent une bonne partie du livre, donne un nouvel élan dans la seconde partie du roman. 

    Je ne vous en dis pas plus. Je veux que vous ayez envie de le lire par vous-mêmes hihi

    J'ai en tout cas passé un très bon moment de lecture.

    Points attribués: 9/10

    Je remercie l'édition De Borée pour cette lecture familiale.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire
  • Les lionnes de Venise de Mireille CALMEL

    Edition: XO edition

    Nombre de pages: 352 pages

    Résumé: Venise, campo Santa Fosca, octobre 1627. Lucia, jeune et espiègle Vénitienne, se retrouve au milieu des flammes qui dévastent la modeste imprimerie familiale. Sous ses yeux, son père est enlevé par trois hommes armés. Qui donc se cache derrière ce crime ? La veille, la magnifique Isabella Rosselli, la plus rouée des espionnes de la cité des Doges, est venue faire reproduire une étrange gravure.

    Lucia est décidée à percer cette énigme et à sauver son père. Dans une quête effrénée, elle s'immisce parmi les puissants, se mêle au bal des faux-semblants du carnaval, s'enfonce dans les arrière-cours des palais. Une Venise fascinante, oppressante, où le pouvoir se confond avec l'amour, où les étreintes succèdent aux duels et les baisers aux complots.

    Dans ces bas-fonds de la cité lacustre, amis et ennemis avancent masqués. Lucia joue de ses charmes, de son épée, de son poignard aussi qu'elle porte au mollet. Elle ruse, croise le fer avec Giorgio Cornaro, le fils du doge, homme corrompu et dangereux, prête à tout pour découvrir la vérité sur cette gravure dont tous, à Venise, sont convaincus qu'elle recèle le secret du pouvoir absolu.

    Les lionnes de Venise de Mireille CALMEL

    Mon avis: Lucia est une jeune fille intelligente. Fille d'un imprimeur reconnu de Venise, elle est promise au jeune apprenti. Tout irait bien si une nuit, elle ne se réveillait pas entourée de flammes, obligée de fuir par les canaux.

    Son père, malheureusement, n'a pas eu cette chance. Et Lucia est bien décidée à comprendre ce qui s'est passé, et qui pouvait autant en vouloir à son père. Elle n'en a aucune idée.. Sauf peut-être un détail qui peut avoir son importance: une courtisane très en vue est venue passer une commande très particulière...

    Mais au XVème siècle, la vie n'est pas simple, à Venise, pour une jeune fille seule. Les dangers sont partout...

    J'avais lu un autre roman de Mireille Calmel (Aliénor, le dernier baiser avant la mort). Et j'avais beaucoup aimé sa plume.

    Aussi, quand j'ai que cette nouvelle série démarrait (oui oui, l'auteure elle-même l'a annoncé: le second tome est pour bientôt), j'ai eu très envie de la découvrir.

    Pour ceux qui connaisse l'ampleur des trames de l'histoire qui se trouvait dans la série d'Aliénor, je peux vous dire que cette fois, l'histoire n'est pas aussi complexe. Rassurez-vous, il y a malgré tout de quoi se mettre sous la dent: intrigues, trahison, palais, secrets, etc.

    Mais j'ai trouvé que le style était beaucoup plus léger. Je ne dirais tout de même que je suis restée sur ma faim, mais enfin, j'en aurais voulu un peu plus.

    Lucia me plaît énormément. Dégourdie, intelligente, et audacieuse. Les différentes épreuves qu'elle traverse sont pour le moins, pour une jeune fille innocente, bien tendancieuse. Et pourtant, elle s'en sort à merveille. Elle dirige le roman, et j'aime les personnages féminins hauts en couleur.

    Un autre personnage féminin, Isabella Rosselli, est, elle aussi, très importante dans ce roman. Elle apporte la maturité et les moyens nécessaires pour créer un tableau plus complet, plus stable.

    Et entre ces deux femmes, naviguent des hommes plus ou moins crapuleux. Tel trahit, pendant que tel autre sauve. Mais la beauté des deux femmes les attachent irrémédiablement.

    J'ai passé un bon moment. Mais j'attends le tome suivant pour me faire une idée plus complète de la série.

    Petit bonus

    Voici deux lieux dont parle le roman

    La prison du palais ducal

    Les lionnes de Venise de Mireille CALMEL

    Et l'église Santa Maria Degli Angeli

    Les lionnes de Venise de Mireille CALMEL

    Points attribués: 7/10

    Je remercie l'édition XO pour cette lecture vénitienne.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire
  • A la belle marquise de Gérard GEORGES

    Edition: Presses de la Cité, Terres de France

    Nombre de pages: 314 pages

    Résumé: Début des années 1900, à Royat. Comment une petite fabrique artisanale de chocolats devient une entreprise au succès florissant, grâce à l'alliance d'une fille de confiseur et d'un jeune ingénieur des mines.

    En 1889, ce n'était encore qu'un très modeste moulin-chocolaterie. Mais Auguste et Clémentine Roussel, jeunes mariés, ont des idées et de l'ambition. Lui, ingénieur des Mines, a pour réputation de réussir tout ce qu'il entreprend. Elle, fille d'un confiseur réputé de Royat, a su depuis toute petite aiguiser son palais. Guimauves, pralines, dragées et autres douceurs n'ont aucun secret pour elle. Conjuguant leurs talents, Auguste fait le serment de créer « le meilleur chocolat de toute la contrée », aux arômes et épices subtils... 

    Comment, en une dizaine d'années, leur modeste entreprise artisanale deviendra-t-elle la florissante enseigne A la Belle Marquise, qui jusqu'à Paris et à l'étranger, fera le bonheur des gourmands et des célébrités ? 

    A la belle marquise de Gérard GEORGES 

    Mon avis: Auguste Roussel est parti de rien, petit habitant du fond de la Creuse, une région rurale de France. Grâce à des soutiens, il est devenu quelqu'un en vue. Une action énergique lui vaudra d'être reconnu.

    C'est alors que son destin se trouve scellé à celui de Clémentine, fille de chocolatier. Ensemble, ils lanceront une ligne de chocolats, qui deviendra nationalement connue....

    Tout d'abord, je dois dire qu'en lisant ce livre, j'ai eu envie de chocolat durant 300 pages!! Ma gourmandise en a pris un coup hihi

    Ce roman se lit vite, comme une friandise de fin de journée. Le rythme est léger et agréable. L'auteur instille de l'humour et de la douceur dans son récit. Les personnages principaux sont dotés de nombreuses qualités, et font preuve d'intelligence. C'est rafraîchissant.

    Cette histoire, romancée, est basée sur celle, réelle cette fois, d'un couple ayant réellement existé, et d'une chocolaterie qui a eu une belle renommée. Il s'agissait d'Auguste et Clémentine Rouzaud. Je n'ai malheureusement pas trouvé de portraits à vous montrer.

    Ensemble, ils lancèrent la chocolaterie de Royat, plus tard appelée La marquise de Sévigné (pour une raison exposée dans le roman, je vous en laisse la surprise).

    A la belle marquise de Gérard GEORGES

    Aujourd'hui, la marque de chocolats existe toujours. Si comme moi, vous aimez le chocolat, voilà leur site officiel, histoire de se laisser tenter (cliquez sur la photo).

    A la belle marquise de Gérard GEORGES

    Dans ce roman, il y a également toute une galerie de personnages connus qui viennent pointer le bout de leur nez. Vous savez que j'aime toujours me documenter, lorsqu'il s'agit d'un roman historique. Eh bien, je dois bien avouer que je suis aux anges, car hormis le changement de nom de famille des chocolatiers, et la création de leur homme de confiance, l'auteur s'est reposé entièrement sur l'Histoire, avec un grand H. Il lui aura ajouté une touche de romantisme, et un soupçon d'aventures. Juste ce qu'il fallait pour que ce livre soit agréable, à tous les points de vue.

    J'ai passé un très très bon moment de lecture. Je ne connaissais pas l'auteur, mais je pense que je vais me pencher sur sa bibliographie.

    Points attribués: 9/10

    Je remercie Les Presses de la Cité pour cette lecture gourmande.

    Il vous tente?

     

    Pin It

    2 commentaires
  • La dernière expérience d'Annelie WEINDEBERG

    Edition: Presses de la Cité

    Nombres de pages: 304 pages

    Résumé: Après une première enquête menée avec Sherlock Holmes (voir Le Diable de la Tamise), Anna Kronberg s'est retirée dans son cottage du Sussex. La jeune femme médecin pensait qu'elle et son célèbre coéquipier étaient parvenus à annihiler une organisation secrète qui expérimentait des bactéries pour en faire des armes de guerre. Mais le professeur Moriarty, véritable dirigeant de l'organisation, a survécu. Et il a décidé d'utiliser Anna pour entamer des recherches sur la peste... 

    Pour arriver à ses fins, Moriarty kidnappe Anna ainsi que son père. Si la jeune femme veut revoir ce dernier en vie, elle devra obéir. Vivant désormais sous haute surveillance entre la demeure luxueuse de son geôlier à Londres et un entrepôt où elle réalise ses expériences, Anna tente de trouver un moyen pour prendre contact avec Holmes. Alors qu'elle fomente le meurtre de Moriarty, une relation ambiguë s'instaure avec cet homme violent, manipulateur et effrayant.

    La dernière expérience d'Annelie WEINDEBERG

    Mon avis: Anna Kronberg a quitté Londres. Elle s'est réfugiée dans une petite maison isolée, dans un village peu peuplé. Elle soigne les habitants, et vit une vie tranquille.

    Jusqu'à ce que son passé refasse surface, et la ramène douloureusement en arrière. Cette fois encore, le danger est bien réel, et l'intelligence d'Anna et de Sherlock sont nécessaires pour arriver à renverser une situation périlleuse.

    Anna va craindre pour sa vie, et Sherlock va encore une fois démontrer ces talents d'enquêteur...

    J'avais lu le premier tome, et j'en avais été ravie!!!

    Pour vous rappeler ce que j'en pensais, cliquez sur la couverture

    La dernière expérience d'Annelie WEINDEBERG

    Anna est décidément un personnage féminin très particulier! En cette époque victorienne, il est bien rare de voir des femmes avec un tel tempérament. Elle est décidée, intelligente, observatrice, et démontre des talents hors du commun. Elle pratique la médecine, ce qui est un fait rarissime à son époque, et possède une très bonne mémoire.

    Que voulez-vous, je ne peux qu'apprécier ce personnage!! Elle a tout ce qu'il faut pour cela!

    Cette fois, Sherlock Holmes a une moins grande place dans le roman, puisqu'il fasse de belles apparitions. Il est toujours le même: caustique, sérieux, passionné, et surtout surtout, fin détective. Evidemment... Il donne du piquant au récit, et permettre de faire rebondir régulièrement l'histoire, quand elle a besoin de prendre un peu de souffle.

    Mais l'ensemble ou presque de l'intrigue repose sur les épaules de la jeune femme. Un véritable fou travaille sur l'éventualité d'une future guerre bactériologique, et a, pour mener à bien son entreprise, décidé d'enlever Anna dans son village, afin de s'assurer ses services. Par tous les moyens... Il n'hésite devant rien, et la demoiselle se trouve confrontée à des dilemmes très sérieux, pouvant entraîner de graves conséquences.

    Le fond de l'histoire, l'ennemi principal, est encore plus grandiose que dans le tome précédent. L'auteur joue magnifiquement sur les mystères, et les indices. Elle donne juste de quoi se torturer les méninges. Ce qui donne, bien sûr, l'envie de lire le chapitre suivant. Histoire de voir si on a bien compris.

    Quant aux décors, ils sont vraiment à mon goût. Un manoir, des manières, des tenues d'une époque que j'aime énormément. Je me suis plongée dans cette lecture avec grand plaisir, en ayant déjà en tête le bon moment que j'avais passé avec le précédent tome.

    J'espère, vraiment, qu'il y aura d'autres suites. Et que je verrai Anna et Sherlock interagir à nouveau ensemble. C'est un duo tout à fait détonnant, et à la fois très attachant. Je suis conquise. Encore une fois.

    Points attribués: 9/10

    Je remercie l'édition Presses de la Cité pour cette lecture anglaise.

    Il vous tente?

    Pin It

    2 commentaires
  • Le trésor du papillon de fer de David GLOMOT

    Edition: De Borée

    Nombre de pages: 301 pages

    Résumé: Padraig, géant roux irlandais, est un jeune contrebandier qui croupit dans une prison anglaise. Auprès de Tull, son geôlier, ancien corsaire, il découvre l'existence d'un fabuleux butin de pirates. Ce trésor, en plus d'une belle quantité de métal précieux, recèlerait un mystérieux livre écrit par un conquistador, ancêtre de Padraig. Suivez les aventures du contrebandier et de ses complices Jethro l'affranchi, Lizzy la prostituée et Salamander le forban sur la piste du papillon de fer. Rôdez sur le port de Bristol, traversez l'Atlantique, affrontez les jungles des Caraïbes et les forêts du Canada, espionnez des sorcières sur la lande galloise et échappez aux chasseurs de primes et aux corsaires. Découvrez, enfin, Londres en plein cataclysme, en cette terrible année 1666 où la ville s'est embrasée... Aurez-vous le courage de vous embarquer à la recherche du fameux Livre de raison ?

    Le trésor du papillon de fer de David GLOMOT

    Mon avis: Quand Padraig atterrit dans sa prison anglaise, il est loin de se douter que l'aventure est de l'autre côté de la grille. Et pourtant, voilà que son geôlier se déclare intrigué par son nom de famille, similaire à celui de l'auteur d'un livre qu'il a lu dans le passé.

    Un livre parlant d'un trésor, trouvé sur un navire piraté. Et quand Tull lui propose de le laisser s'évader, en échange de sa promesse de se lancer à sa recherche, Padraig se dit que de toute façon, il n'a rien à perdre.

    Commence alors une chasse au trésor digne de ce nom. En premier lieu, il s'agit de localiser ce fameux livre, et de le récupérer...

    Le thème est attrayant, l'époque agréable, les personnages hauts en couleur. Ce livre aurait tout pour plaire. Tout pour faire un magnifique roman d'aventures...

    Oui MAIS..

    Ben oui, vous le voyiez venir, non?

    J'adorais l'idée de suivre les personnages, pas à pas, dans leurs recherches et leurs découvertes. D'écouteur leurs pensées et leurs déductions. De tout voir et tout entendre.

    La première partie m'a plu. On plante le décor, on explique l'histoire de ce fameux livre, on en trace le parcours. Et ça, j'adore. Même si, déjà, un couac: des sauts dans le temps qui ne sont pas balisés. Du coup, en plein milieu d'une explication, nous voilà partis dans le passé, sans qu'on s'y attende. C'est assez perturbant pour suivre le récit. Mais bon, poursuivons.

    Les personnages eux-mêmes sont particuliers. D'anciens pirates, un géant roux, un corsaire reconverti, une prostituée belle et intelligente, il y a en a pour tous les goûts. Mais j'ai été déçue par leurs réactions, souvent bien décalées par rapport à ce qu'il se passe autour d'eux.

    Je dois quand même laisser que certaines scènes sont énormes, et remarquablement bien montées. Il y a du grandiose!

    Malgré tout, je n'ai pas été conquise, et j'arrêterai donc cette série (oui oui, c'en est une) là.

    Points attribués: 6/10

    Je remercie l'édition De Borée pour cette lecture de pirates.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique