• Dans l'ombre d'Edison tome 1: Le sorcier de Menlo Park de Dominike AUDET

    Edition: De Borée

    Nombre de pages: 536 pages

    Résumé: En 1877, Charlene Morrison, une jeune femme, ambitieuse et énergique, arrive dans le village de Menlo Park, au New Jersey, pour entreprendre une carrière scientifique auprès de Thomas Edison. Travaillant jour et nuit dans son groupe de recherche, Charlene assiste à la naissance du phonographe, puis à la création de l’ampoule incandescente qui fait la renommée du jeune visionnaire.

    À la suite d’une visite à la Maison-Blanche et du passage de l’actrice française Sarah Bernhardt au laboratoire de Menlo Park, Edison devient un héros national, l’homme qui répand la lumière sur le monde.

    Mais bien vite, le miracle de l’électricité donne lieu à des affrontements cruels entre les puissances industrielles de l’époque. Alors que la guerre des courants se déchaîne et que les rivaux d’Edison tentent de le détruire, Charlene lui garde sa loyauté. Trouvera-t-elle enfin le chemin du coeur de l’inventeur ? 

    Un voyage dans la vie mouvementée d’un homme que l’histoire ne peut oublier.

    Dans l'ombre d'Edison tome 1: Le sorcier de Menlo Park de Dominike AUDET

    Mon avis: Charlène Morrisson arrive à Menlo Park, engagée par Thomas Edison lui-même, afin de travailler dans son équipe. Hors, on attendait un homme. Et dans cette époque où la gent masculine est encore omnipotente, Charlène va devoir se créer sa propre place si elle veut parvenir à faire reconnaître ses compétences.

    Très vite, elle se rend compte que ses idées rejoignent celles du célèbre inventeur. Et bien que le travail soit épuisant, que la tension soit partout présente, elle se rend bien compte que le travail et son coeur se trouvent au même endroit: tout près de Thomas Edison.

    Thomas Edison est un personnage que je n'avais pas encore croisé dans mes romans. C'est une époque donc et surtout un univers que je ne connaissais pas encore.

    J'ai plongé dans ce roman à une vitesse telle que, sans même m'en être rendue compte, j'avais avalé la première centaine de pages! Tout de suite, sur les pas de Charlène, j'ai ouvert la porte sur l'atelier de Thomas Edison. Et j'y ai découvert les balbutiements de l'électricité, de l'éclairage et du phonographe. J'ai suivi leurs longs travaux, toutes leurs recherches, et les difficultés qu'ils ont rencontré.

    Par acquit de conscience, je me suis parallèlement documentée sur la chronologie de toutes ces inventions dans l'Histoire. Et j'ai très agréablement surprise de découvrir que tout ce qu'explique Dominique Audet dans ce roman, tout ce qui a trait au monde de l'invention, ainsi qu'à la vie privée de Thomas Edison se révèle rigoureusement exact.

    Du coup, l'entièreté du roman m'a plu. La touche féminine qu'apporte Charlène (un des rares personnages fictifs du roman) donne le petit plus pour que ce livre plaise à tous. Elle est énergique, volontaire, dotée de nombreuses qualités, ainsi que de quelques faiblesses. Un personnage haut en couleur, qui porte l'ensemble de l'oeuvre vers la lumière.

    C'est un roman qui mérite à être connu. Il s'agit d'un premier tome, et j'ai donc vraiment hâte de pouvoir découvrir la suite de cette histoire. Car, évidemment, l'auteur s'est arrêté dans l'histoire d'Edison, pile à un moment décisif, me laissant sur ma faim! 

    Vous êtes passionnés d'histoire? Ouvrez vite ce roman!

    Points attribués: 10/10

    Je remercie l'édition De Borée pour cette lecture électrisante.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire
  • Pour l'amour de Mathilde de Louis CARON

    Edition: Archipel

    Nombre de pages: 450 pages

    Résumé: Début des années 30. Félix Métivier, un entrepreneur canadien, bravant la neige et les moustiques, s’emploie à conquérir la forêt. Derrière lui une armée des bûcherons et de draveurs. Dans ses pérégrinations, Félix se lie d’amitié avec le peintre français Henri Ramier, dont Mathilde, une jeune Québécoise, s’amourache. Comment la jeune femme a-t-elle pu tomber amoureuse d’un homme qui pourrait être son père ? 

    Septembre 1939. A l'annonce de la déclaration de guerre, Ramier regagne son Gers natal avec Mathilde. Tout étonne celle-ci dans la façon de vivre des Français. En retour, sa franchise, sa naïveté lui valent railleries et quolibets. Mais ce n'est rien à côté de l'inimitié que lui voue Irène, la fille d'Henri. Henri, ce père tranquille dont l'insouciance exaspère Mathilde. Que ne rejoint-il les rangs de la Résistance ? Que fait-il de ses journées passées à Auch, avec son matériel de peinture ? Le jour où les Allemands investissent la zone libre, Mathilde, lasse de voir les Français s'entredéchirer, décide de choisir son camp. Au péril de sa vie...

    Pour l'amour de Mathilde de Louis CARON

    Mon avis: Félix Métivier a décidé de visiter le Canada, afin de connaître ses habitants, qui sont français, à leur manière. Mais le voilà rapidement emporté dans des aventures rocambolesques, dans lesquelles il va rencontrer une femme, un politicien, et de nombreuses situations dangereuses.

    Les années passent, et Félix est retourné en France, pour soutenir l'effort de guerre français. Mathilde, restée au Canada, va être emportée dans cette folie que l'on nomme: La guerre. Chacun à leur manière, ils vont essayer de déjouer les plans allemands.

    J'ai déjà lu, il y a un moment, un autre roman de cet auteur. J'avais été déçue par son manque de détail, de description et de suivi dans la chronologie des événements. En ayant lu le résumé de ce livre, j'avais décidé de retenter l'expérience.

    Bon... Je crois que le souci reste le même dans ce nouveau roman. On suit Félix Métivier qui, pour une raison obscure, décide d'aller exploser le Canada à la veille de la Seconde Guerre Mondiale. Je m'interroge déjà sur cette idée de départ. Passons..

    A peine arrivé, le voilà embarqué dans une procession pour le moins particulière, puisqu'il s'agit d'un tour de conférences afin de faire élire quelqu'un aux prochaines élections. Mmmh mouais, là je m'arrête. Il vient visiter le canada, et que fait-il à la place? De la politique! Heureusement, ça ne dure pas très longtemps, puisqu'au hasard de ce voyage, il atterrit dans un chantier d'abattage, en pleine grosse forêt. C'est là qu'il rencontre Mathilde.

    Qu'il en tombe évidemment amoureux immédiatement. Et que la jeune femme, pas farouche, décide de séduire. Amour tragique, puisque (et là, non vous ne saurez rien de plus, je ne vous raconterai pas, na!) les circonstances font qu'ils se retrouvent séparés.

    Nous les retrouvons en plein milieu de la période de conflit. Pendant que Félix fait une petite résistance en France, Mathilde, elle, travaille toujours sur le chantier d'abattage. Et, ô coup de chance, on vient la débaucher pour l'expédier en tant qu'espionne canadienne sur le sol français.

    Je vous laisse imaginer la suite?

    J'avoue, je ne suis absolument pas convaincue par la trame du roman. Pour ce qui est de la façon d'écrire, la tournure de phrase, je suis nettement plus enthousiaste. J'ai trouvé beaucoup de douceur dans les échanges de Félix et Mathilde, et dans leur façon d'appréhender les événements. J'ai beaucoup aimé ces deux personnages. Et les décors qu'il m'a été donné de voir sont splendides.

    Malheureusement, ça ne contrebalance pas assez ma déception à propos du fond du roman. Je pense que Louis Caron est un auteur qu'on aime sans réserves, ou que l'on n'aime pas pour x raisons. Je suis, après deux essais, de la seconde catégorie.

    Points attribués: 6/10

    Je remercie l'édition Archipel pour cette lecture franco-canadienne.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire
  • Stabat Mater de Sylvie ALLOUCHE

    Edition: Syros

    Nombre de pages: 301 pages

    Résumé: Comment Mia, Matthis, Sacha et Valentin, quatre jeunes pianistes, étudiants au Conservatoire national de musique de Paris, ont-ils pu disparaître sans laisser de trace, à un mois d'un concours international ? Ont-ils, sous la pression, décidé ensemble de tout plaquer ? Impossible, d'après les familles interrogées sans relâche par Clara Di Lazio. S'agit-il d'un enlèvement ? La commissaire, réputée coriace, a l'intuition terrible que dans cette enquête, chaque minute compte...

    Stabat Mater de Sylvie ALLOUCHE

    Mon avis: 4 adolescents se préparent à un concours international de piano. Réunis dans une même classe dans une haute école française, ils se démènent pour que le niveau approche la perfection.

    Jusqu'à ce qu'ils soient enlevés. Tous les 4....

    Comment les retrouver? Et surtout, qui a pu faire cela, et pour quelle raison? Une inspectrice de police ne lâchera rien, et fera tout ce qu'il faudra pour résoudre cette énigme.

    Le premier chapitre plonge le lecteur immédiatement dans une situation prenante. Bien qu'il soit court et ne contienne que quelques phrases, il montre où se trouvent les quatre adolescents. Immédiatement, juste après ces quelques mots, je n'ai plus eu qu'une seule envie: tourner la page pour continuer ma lecture!

    Mia, Matthis, Sacha et Valentin ont créé un véritable esprit de cohésion. Ils se connaissent bien, passent pratiquement tout leur temps ensemble, s'entraînent ensemble, vivent pratiquement ensemble, disons. Et le fait est là: ils sont bien unis. Ce qui fait que, dans leur prison commune, ils s'entraident et s'encouragent. Malgré cela, on comprend, grâce aux petits chapitres distillés au fil des pages, et qui parle de cet endroit, que c'est loin d'être faciles.

    Pendant ce temps, Clara Di Lazio, l'inspectrice chargée de l'affaire concernant leur disparition tente de comprendre. Elle cherche, pose des questions, s'interroge et tente de faire des recoupements. Au dehors de l'espace dans lequel sont confinés les jeunes musiciens, un tourbillon d'émotion est déclenché. Les parents apeurés, d'autres indifférents, et le passé des derniers entrent en ligne de compte.

    Je ne m'attendais pas du tout au visage que j'ai découvert derrière le masque du coupable. Ma binôme, Pampoune, elle, avait compris plus vite. Je me suis laissé guider par l'histoire, par les étapes de recherches. Je me suis attardée sur certaines personnes, à cause de leur comportement ou de ce qu'ils ont dit. 

    J'ai beaucoup aimé ce livre, que j'ai lu très rapidement. Une fois ouvert, je n'avais pas très envie de le refermer hihi.

    Vous avez envie de frisson, d'enquêtes? Ouvrez ce livre, vous ne serez pas déçu.

    Points attribués: 9/10

    Je remercie l'édition Syros pour cette lecture à 100 à l'heure.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire
  • Les trois chats de Chamasson de  Didier CORNAILLE

    Edition: Presses de la Cité Terres de France

    Nombre de pages: 331 pages

    Résumé: Trois matous solitaires ont élu domicile dans une ferme abandonnée au fond des bois. Tranquilles... jusqu'à l'arrivée de Sylvestre. La soixantaine bien engagée, celui qui fut de toutes les causes et utopies, revient quelque quarante ans plus tard dans la maison familiale morvandelle. Mais, entre méfiance et cupidité, d'aucuns voient d'un mauvais oeil son installation. 

    Heureusement il y a Aurélie, femme de conviction, qui se prend d'affection pour lui et les Caudront, ses voisins, retraités au grand coeur. 

    Sylvestre le désenchanté, devenu aussi prudent que les trois chats de Chamasson, parviendra-t-il à renouer avec les bonheurs simples de la vie : retrouver sa famille, découvrir ce petit-fils qu'il ne connaît pas encore ?

    Les trois chats de Chamasson de  Didier CORNAILLE 

    Mon avis: Sylvestre Tardy redécouvre une maison qu'il a laissé derrière lui, il y a plus de 40 ans.

    Déçu de tout, il a décidé de venir se réfugier dans la maison familiale, laissée à l'abandon depuis la mort de ses parents. Pas de tous, non. Trois chats ont élu domicile dans la grange, trois solitaires aux habitudes bien ancrées. Chats qui, d'ailleurs, semblent bien embêtés de cette intrusion.

    Et pourtant, même les solitaires peuvent se créer un réseau d'amitiés et de respect. Même Sylvestre...

    L'entrée en matière de ce roman est assez originale. Puisqu'on commence par parler des chats, ces jolies boules de poils paisibles, et certains de leur territoires. J'aime énormément les chats, et évidemment, ces trois-là ne me laissent pas indifférente. Pourquoi je vous parle d'eux? Mais parce que, en dehors de l'histoire de ces humains si compliqués, nos trois félins apparaissent très régulièrement dans ce livre. Un peu comme une pause accordée au lecteur.

    J'ai eu un vrai gros coup de coeur pour le personnage de Joseph, vieux voisin de Sylvestre. Bourru mais au coeur énorme, il est énergique, drôle, et sincère. Le caractère que lui a dessiné Didier Cornaille correspond en tout point au portrait que l'on pourrait se faire d'un grand-père adorable! Il donne cette petite note piquante nécessaire au récit pour qu'il ne tombe pas dans l'ennui des bons sentiments.

    Attention, je n'ai pas dit que je n'aimais pas les bons sentiments. D'ailleurs, Sylvestre, Antoinette, Agathe et Aurélie en sont dotés, et plutôt deux fois qu'une. Ce petit groupe crée un microcosme attachant, où il fait bon vivre. Bien que (et peut-être justement d'ailleurs) l'histoire se passe en pays reculé, il y a dans les rencontres de ces personnages quelque chose de simple, de doux et de tendre à la fois.

    J'ai lu ce roman très rapidement (à l'instar de ma binôme, Pampoune, avec qui j'ai partagé ce rythme), et j'en apprécié chaque page. 

    Je pense que si vous avez envie de sentir l'air frais des campagnes, d'entendre les vaches, et de profiter du calme, ce livre est vraiment fait pour vous.

    Points attribués: 7/10

    Je remercie l'édition Presses de la Cité pour cette lecture douce.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire
  • Les noces meurtries de Sandra BANIERE

    Edition: Presses de la Cité

    Nombre de pages: 320 pages

    Résumé: En apparence, Hélène Lemaire affiche la réussite de celle qui a su tout concilier : un mariage au long cours, une vaste exploitation viticole en Champagne, deux ados épanouis. Dans l'intimité, c'est une femme brisée dans son coeur et sa chair. La séparation devient bientôt sa seule voie de secours. Quel qu'en soit le prix : la solitude, les manigances de l'ex-mari, l'abîme qui se creuse entre son fils et elle... A bientôt quarante ans, la perspective de recommencer à zéro n'effraie pas Hélène. Au bout du tunnel, la possibilité d'une autre vie ? Comme en écho au retour à la liberté de sa mère, Gaby livre son expérience d'adolescente en devenir et de témoin lucide de la dissolution d'un couple.

    Portraits croisés tout en sensibilité d'une mère et de sa fille.

    Les noces meurtries de Sandra BANIERE

    Mon avis: Hélène est une fille sérieuse qui a grandi dans un esprit de famille simple. Le jour où elle se marie, elle pense que le plus beau jour de sa vie est arrivé. Douce et calme, elle apprend la vie de femme mariée. Mais malheureusement, rien ne se révèle tout à fait normal.

    Son mari, dur et autoritaire, lui impose toutes sortes de choses, la menant lentement à l'épuisement total. Jusqu'à ce qu'elle décide que cela suffit, et qu'il est temps de mettre un terme à tout cela. Ce qui évidemment ne se fait pas en un jour.

    Entre temps, deux enfants leur sont nés. Et il faut qu'ils apprennent, eux aussi, à gérer tout cela.

    A travers ce roman, j'ai eu l'impression de lire une autobiographie. L'auteur est précis dans ses détails, dans ses explications. Sandra Banière relate cette relation, ce mariage, de façon objective mais en même temps douloureuse, comme si c'est elle qui l'avait vécu. Je n'ai pu m'empêcher de me demander si elle n'avait pas d'autres traits de visage sur sa propre histoire.

    On ne peut, bien sûr, pas s'empêcher d'éprouver de la compassion pour Hélène. Et bien entendu, on a qu'une envie: qu'elle refasse sa vie, et qu'elle soit enfin heureuse.

    Au-delà de toute cette approche positive, je n'ai pu m'empêcher de me dire que s'il s'agissait uniquement d'un roman, sans base véridique, il était finalement bien morne. Il s'agirait dans ce cas, tout au plus, d'un "banal" fait divers, comme on en voit mille. Parce que, bien sûr, Hélène prend les choses en main. Bien sûr, elle se débat pour obtenir sa liberté. Bien sûr, elle est écrasée psychologiquement. Mais .... j'ai presque eu envie de pousser un soupir de soulagement quand j'ai terminé le livre. J'avais un peu une impression de voyeurisme, mélangé à de l'ennui.

    Je ne suis pas du tout convaincue par ma lecture, et comme vous avez pu le comprendre, j'en garde une impression très mitigée.

    Points attribués: 6/10

    Je remercie l'édition Presses de la Cité pour cette lecture particulière.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique