• Le roman d'amour de Lucrèce Borgia de Raphaël DELPARD

    Edition: De Borée

    Nombre de pages: 252 pages

    Résumé: Le projet proposé consiste à mettre en lumière la relation amoureuse vécue par des personnages que l'histoire a qualifiés de célèbres. Ces personnages, présentés comme hors du commun, aiment-ils de la même manière que l'homme de la rue, ou est-ce que leur célébrité les pousse à un comportement différent ? Il s'agit donc d'ausculter la relation sentimentale et de la raconter dans le style historique romanesque S'il est un personnage célèbre qui illustre à la perfection le principe de la collection Le roman d'amour c'est bien Lucrèce Borgia. En effet cette jeune femme, née à Subiaco en 1480 en Italie et morte à Ferrare en 1519, mêlée très jeune à la cour du cardinal valencien Roderic Borgia (future pape Alexandre VI) dont elle est la fille naturelle, doit sa célébrité autant pour sa beauté que pour ses moeurs prétendument dissolues. Mais elle marqua aussi son époque en qualité de protectrice des arts et des lettres. La vie et l'histoire de Lucrèce sont intimement liées à ce quatorzième siècle italien fastueux et décadent.

    Douée d'une surprenante beauté, dès son plus jeune âge Lucrèce attire naturellement les hommes. On raconte qu'elle aurait eu son premier amant à 12 ans. Ils sont nombreux à profiter de ses faveurs jusqu'au jour où son frère César et son père la forcent à épouser Giovanni Sforza. Le drame de Lucrèce commence alors...

    Le roman d'amour de Lucrèce Borgia de Raphaël DELPARD

    Mon avis: La jeune Lucrèce est belle, instruite mais surtout fille de pape. Du haut de ses 12 ans, elle a déjà à des opinions bien arrêtées, et elle est capable de tenir une conversation en plusieurs langues.

    Lorsque son père décide de la marier, elle n'a d'autre choix que de se plier à sa volonté, mais contre sa promesse que le mariage ne sera pas consommé avant plusieurs années.

    Loin d'être cette jeune adolescente délurée et dévergondée dont on parle très souvent, ce roman trace un portrait plutôt flatteur de douceur et de réflexion.

    J'ai regardé il y a peu la série télévisée Borgia, dans laquelle Lucrèce (ou Lucrezia) a une présence absolument belle, et sulfureuse. Bien qu'intelligente, ses émotions la dirigent souvent et la conduisent à des écarts.

    Le roman d'amour de Lucrèce Borgia de Raphaël DELPARD

    Du coup, quand j'ai vu ce livre, je me suis dit que j'en apprendrais un peu plus. Effectivement, dans ce roman, Lucrèce a tout l'espace pour elle. 

    Tout d'abord, avant de commencer la lecture, l'auteur nous explique qu'il exploite sa propre vision des choses. Qu'il a un peu triché sur les dates, et que certains faits ont été modifiés pour le bien de l'histoire du roman. C'est courageux et honnête... Mais du coup, il ne peut plus entrer dans la case roman historique. Bref.

    J'ai découvert dans ce roman une jeune fille simple. Bien qu'elle soit riche, nantie, et choyée, elle a un caractère réfléchi et posé. Sûre d'elle, et agréable avec son entourage, elle devient une figure appréciable en tout points.

    Le roman, en lui-même, est peut-être un peu morne. Pas de réel coup d'éclat, pas vraiment de relief. Oh, bien sûr, il se lit agréablement. On en apprend un peu sur la famille Borgia, ses manigances et ses complots. 

    Je n'ai pas fait une mauvaise lecture, ce n'est pas ce que je veux dire. Mais plutôt que je n'y ai pas trouvé l'énergie suffisante pour me montrer l'ampleur des splendeurs, des fastes de cette époque. Et pourtant, Dieu sait s'il y en avait...

    Alors, je dis, oui l'histoire est bien construite, mais non je n'ai pas de coup de coeur. Non je n'y ai pas vu l'étincelle qui vous emporte au milieu du décor. Au lieu d'être à la suite de Lucrèce, j'ai eu l'impression de tout voir du haut d'une fenêtre.

    C'est dommage.

    Points attribués: 7/10

    Je remercie l'édition De Borée pour cette lecture romaine.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire
  • Le troisième fils de nadine THIRAULT

    Edition: De Borée

    Nombre de pages: 261 pages

    Résumé: Dernier-né de la famille Gauthier, Félix est un enfant espiègle et plein d'imagination. Lui et Ernest, son meilleur ami, ne sont jamais à court d'idées ingénieuses et farfelues...

    Plus tard, Félix voudrait, grâce à ses inventions, apporter du bonheur aux autres. Mais ce n'est pas un métier pour un Gauthier, et on le destine à un tout autre avenir: reprendre l'exploitation forestière de son grand-père.

    Envers et contre tout, refusant de céder aux injonctions de ses parents, Félix poursuivra inlassablement son rêve un peu fou: construire un manège révolutionnaire.

    Le troisième fils de nadine THIRAULT

    Mon avis: Félix Gauthier dans une famille où il y a déjà deux garçons. Il n'était pas attendu, et très vite, il se trouve livré à lui-même, avec pour figure maternelle la cuisinière de la maison. 

    Pourtant, son père, médecin de campagne, aspirant à beaucoup de chose, a déjà des avenirs tout tracé pour ses trois fils. Il espère les voir s'établir dans des situations confortables. Et en ce début de siècle, il ne rêve que d'asseoir sa notoriété dans sa région.

    Mais ça, c'était sans compter sur l'esprit souvent rêveur, mais décidé du petit dernier, Félix. Qui ne rêve que d'une chose: créer un manège à vapeur....

    Dès le premier chapitre, je me suis installée confortablement pour continuer ma lecture. La description de la famille et de ses habitudes est magnifique. j'ai adoré ce soliloque, un peu poétique, qui m'a immédiatement transportée dans le décor. J'ai ouvert les portes de la maison et suivi chacun des occupants. 

    La suite du livre se centre principalement sur Félix, et son idée. On le voit grandir, étudier, découvrir, avec toujours la même idée en tête, et des résolutions plein les poches.

    Félix, c'est l'esprit bohème par excellence. Détonnant, cet esprit, dans une famille de bien-pensants, ou qui se considère comme telle. Evidemment, cela ne pouvait pas se passer facilement.

    Je vous avoue qu'au vu du nombre de détails, de dates, d'éléments historiques, j'ai fini par chercher des informations existantes sur ce Félix Gauthier. Quelle n'a pas été ma surprise quand j'ai compris qu'il s'agissait d'une fiction, et non d'un fait historique! C'est tellement bien écrit que j'aurais juré le contraire...

    Ce livre m'a énormément plu, je l'ai lu en très peu temps, ayant beaucoup de mal à m'en détacher. C'est un roman comme on les aime: ceux qui vous entraînent tout de suite, et qui ne vous lâche pas, jusqu'à la fin. Le style est très doux, et je l'ai déjà dit, souvent poétique. J'ai été conquise par cette lecture, et j'espère vraiment pouvoir découvrir d'autres écrits du même auteur.

    Points attribués: 10/10

    Je remercie l'édition De Borée pour cette lecture douce.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire
  • L'affaire de la belle évaporée de J.J. MURPHY

    Edition: Baker Street

    Nombre de pages: 326 pages

    Résumé: 31 décembre, New York, pendant la Prohibition. 

    En compagnie de ses fidèles amis, Woollcott et Benchley, Dorothy Parker fête le nouvel an à l’hôtel Algonquin. La grande star de théâtre et de cinéma, Douglas Fairbanks, y organise une réception dans sa luxueuse suite. Alors que la soirée bat son plein, l’un des invités, le Docteur Hurst, annonce qu’un cas de variole vient d’être détecté, et l’hôtel est mis en quarantaine. Le cauchemar ne s’arrête pas là : quelques heures après le début des festivités, Bibi Bibelot, l’extravagante vedette de Broadway, est retrouvée sans vie dans un bain de champagne.

    Dans une course contre la montre, Dorothy va mener l’enquête, épaulée par Sir Conan Doyle, le célèbre créateur de Sherlock Holmes. Une investigation à huis clos, où personnages réels et fictifs se croisent et se recroisent. D’un étage à l’autre, questions, dilemmes et révélations s’enchaînent et s’entrechoquent, alors que le meurtrier, lui, continue à échapper aux membres du Cercle Vicieux.

    L'affaire de la belle évaporée de J.J. MURPHY

    Mon avis: Dorothy Parker s'ennuie un peu en ce 31 décembre. Enfermé dans un hôtel à cause d'une mise en quarantaine bien embêtante, elle est invitée à la soirée de réveillon de l'un des clients, célèbre acteur du moment.

    Tout aurait pu bien se passer, sans l'arrivée de Bibi Bibelot, vedette de Broadway, aimant se faire remarquer. Très vite, elle est nue dans une baignoire remplie de champagne. Le ton est donné: les années folles sont présentes.

    Accompagnée de son cher ami, Benchley, et de l'insupportable Woolcott (qui ne jure que par le jeu de l'assassin et étant persuadé qu'il est le meilleur détective de l'assistance), elle découvre un autre convive bien intéressant: Sir Conan Doyle.

    Aux 12 coups de minuit, tout le monde quitte la suite pour célébrer la nouvelle année dans le hall de l'hôtel. Tous? Non, car Bibi Bibelot est retrouvée morte dans sa baignoire. Qui a pu commettre ce meurtre?

    Dorothy, accompagnée de ses acolytes, vont tenter de résoudre le mystère.

    Je n'ai jamais lu aucun livre de Sir Conan Doyle. Mais faire apparaître un auteur dans son livre, j'aime beaucoup. Voilà déjà un premier bon point pour ce roman.

    Ensuite, je ne suis pas non plus très fan des enquêtes à la Miss Marple. Pourtant, Dorothy m'a convaincu. Suffisamment intuitive, et finalement sans demander trop d'aide au célèbre écrivain, elle comprend les mystères de l'événement. Second bon point.

    Ensuite, sujet absolument non négligeable pour moi, Miss Parker n'est pas qu'un personnage de fiction! Elle a réellement existé, a réellement vécu pendant un temps à l'hôtel de l'Algonquin, possédait un humour très caustique (comme dans ce roman) et faisait bien partie d'un club se réunissant au même endroit. Voilà sa jolie frimousse.

    L'affaire de la belle évaporée de J.J. MURPHY

    Troisième bon point pour ce roman.

    Pour moi, ces points abordés sont des signes de réussite, aucun doute. L'auteur a su m'intriguer suffisamment pour que je ne repose pas le livre après m'être rendue compte que j'étais tombée dans une enquête digne de Sherlock Holmes. 

    Je n'ai pas eu un grand coup de coeur, bien sûr, mais il faut mettre dans la balance que ce n'est pas mon style préféré de lecture. Ce qui veut dire que tous ceux qui en sont adeptes vont adorer lire ce roman. Je les y encourage vivement!

    Points attribués: 7/10

    Je remercie l'édition Baker Street pour cette enquête.

    Il vous tente?

    Pin It

    1 commentaire
  • Retour sur terre de Mélanie ROSE

    Edition: Archipoche

    Nombre de pages: 433 pages

    Résumé: Michaela Anderson, une jeune Anglaise de 25 ans travaillant dans une compagnie d’assurances, a accepté de participer avec quelques collègues à un baptême de saut en parachute. 

    Au moment de s’élancer dans le vide, la dernière, elle est emportée par une bourrasque qui l’éloigne des autres…

    Quand elle retrouve la terre ferme, l’aérodrome est désert, sa voiture a disparu et il fait presque nuit. C’est alors qu’elle découvre avec stupeur sa photo sur des affichettes prétendant qu’elle a disparu… il y a six ans et demi !

    Qu’a-t-il bien pu se passer ? Aurait-elle perdu la raison ? Serait-elle devenue amnésique ? A-t-elle été victime d’une faille spatiotemporelle ? Mais, surtout, qu’a-t-elle bien pu faire au cours de tout ce temps ?

    Retour sur terre de Mélanie ROSE

    Mon avis: Michaela a décidé de participer a une activité organisée par son employeur: un saut en parachute. Ayant envie de retrouver un petit peu sa liberté, qu'elle a mis de côté depuis qu'elle s'est mise en ménage, elle veut se prouver qu'elle peut faire des choses pour elle-même.

    A l'atterrissage, pourtant, elle se rend rapidement compte que quelque chose ne va pas. L'aérodrome semble à l'abandon, le soir est tombé, et ses collègues ne sont pas là. Bien obligée de se diriger seule, elle échoue dans un café d'où elle appelle ses proches, dont elle ne reçoit pas de réponses. Elle finit par se résoudre à appeler le moniteur qui l'a accompagné pendant le vol. Et celui-ci lui annonce ce qui ne va pas: elle a disparu depuis plus 6 ans.

    Personne ne sait ce qu'elle est devenue, et elle-même n'a aucun souvenir, entre son saut hors de l'avion, et son arrivée sur la terre ferme, si ce n'est une grosse bourrasque de vent.

    Il va bien falloir qu'elle se reconstruise une vie à partir des lambeaux qu'il reste...

    Face au mystère qui entoure le saut en parachute de Michaela, je m'étais installée douillettement, m'attendant à de nombreux rebondissements. J'espérais des découvertes scientifiques, ou un enlèvement tout à fait particulier, façon thriller psychologique.

    J'aime autant vous le dire: même à la dernière page, on ne sais pas vraiment ce qui lui est arrivé... N'espérez pas plonger dans un épisode de X-Files. Ni dans un roman de Mary Higgins Clark.

    Parce que si l'amorce est fantastique, le reste tire en longueur.  Dans le décor, vous avez une jeune femme débousselée, un ex-compagnon et une ex-belle-fille ayant fait leur deuil, et deux jeunes hommes tout à fait particuliers. De ça, vous mettez en place un triangle amoureux, une balle de ping-pong (eh oui, la jeune femme ne sait pas ce qu'elle va faire), et un zeste de mystères et d'enquêtes policières. Et voilà la sauce.

    En faisant abstraction de ma déception quant à la chute du livre, je dirais que l'ensemble est bien écrit, qu'il donne envie d'en savoir plus. On espère, tout au long du livre trouver une explication à la disparition de la jeune femme. Mais vous avez compris que ce n'est pas le cas. Finalement, quand j'ai refermé le livre, je me suis dit: "Tout ça pour CA?!"

    Du coup, je ne suis pas super enthousiaste, je l'avoue. Je n'avais jamais rien lu de cet auteure, et je ne la connaissais pas du tout. Peut-être est-ce là un tour de reconnaissance avant d'entamer le véritable travail? Je l'espère.

    Points attribués: 6/10

    Je remercie l'édition Archipoche pour cette lecture mystérieuse.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire
  • L'oiseau des neiges de Tracy REES

    Edition: Presses de la Cité

    Nombre de pages: 490 pages

    Résumé: A huit ans, Aurelia Vennaway trouve un bébé dans le parc du domaine familial recouvert de neige. Nous sommes dans le comté du Surrey, auprès d'une famille d'aristocrates anglais. La découverte est plutôt mal accueillie, et le bébé, une fille qu'Aurelia baptise « Amy Snow », est confié aux domestiques. Cela n'empêchera pas les deux enfants de se lier et de grandir ensemble. Dix ans plus tard, on diagnostique à Aurelia une maladie du coeur. Amy doit supporter une première séparation. Pendant un an, la jeune malade voyage puis revient au manoir, où elle meurt en 1844. Son testament impose à Amy une véritable chasse au trésor, sur les traces de cette amie irremplaçable et de son voyage mystérieux... Un premier roman délicieux au coeur de l'Angleterre victorienne.

    L'oiseau des neiges de Tracy REES

    Mon avis: Amy Snow a été découverte dans la neige lorsqu'elle tout bébé. Bien qu'Aurélia, sa bienfaitrice, lui ait toujours porté beaucoup d'attentions, les parents de la jeune fille ne voient en elle qu'une tare qu'ils doivent supporter chez eux, pour l'amour de leur fille. 

    Mais leurs conditions sont claires, et Amy sait qu'elle n'a plutôt pas intérêt à les braver.

    Aurélia meurt très jeune, d'un problème cardiaque, et Amy doit tracer son propre chemin, du jour au lendemain. Mais pas vraiment seule, puisque son amie lui a laissé un message, de l'argent, quelques instructions, et un mystère à éclaircir.

    Commence pour Amy Snow un voyage parsemé de surprises et de découvertes.

    Au départ du roman, on un peu l'impression d'avoir affaire à un roman à l'eau de rose. On s'imagine déjà que la jeune désargentée va se placer comme préceptrice, dame de compagnie, ou gouvernante. Qu'elle tombera amoureuse de son employeur et qu'on aura droit à un superbe happy end (Qui a dit que j'avais trop regardé Jane Eyre?? Je vous ai entendu!)

    Mais non. Ou du moins pas totalement. Parce qu'avant qu'Amy puisse décider de ce qu'elle va faire de sa vie, elle doit d'abord honorer la mémoire de son amie, et de ce fait, suivre les instructions contenues dans ses messages.

    Au-delà de l'atmosphère victorienne que j'aime, c'est une aussi une très belle chasse au trésor que je découvre. Que demander de plus?

    A travers les souvenirs d'Amy, et les lettres qu'elle lit, on trace la vie d'Aurélia, disparue dès le début du livre. Ce n'est pas un personnage que l'on apprend à connaître, mais bien deux. Et ils sont plutôt complémentaires. L'une est discrète, sage, et patiente. L'autre est directive, bruyante, décidée et volontaire. Tout les oppose, et pourtant c'est ce qui a fait leur lien si particulier. Toujours est-il qu'au fil des pages, on n'a qu'une seule envie: qu'Amy reçoive l'indice suivant!!! Parce qu'évidemment, l'auteur ayant très bien fait les choses, on en sait chaque fois juste.. trop peu. Les lettres qu'Amy lit nous laisse chaque fois sur notre faim, amorçant un principe tout simple: l'envie d'aller voir plus loin.

    J'ai beaucoup aimé ce roman, bien bâti et suffisamment intrigant pour m'avoir retenu jusqu'à la dernière page. J'avoue, j'avais trouvé le grand mystère avant d'arriver à la fin, ou du moins je le soupçonnais très fort, mais ça n'a rien enlevé à la révélation, qui était bien complète, et bien dessinée.

    J'ai passé un bon moment en compagnie de ce livre.

    Points attribués: 8/10

    Je remercie les Presses de la Cité pour cette lecture mystérieuse.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique