• C'est lundi, que lisez-vous? (168)

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.


    Il s'agit de répondre à trois questions:

    1. Qu'ai-je lu la semaine passée?

    2. Que suis-je en train de lire?

    3. Que lirai-je après?

    C'est lundi, que lisez-vous? (168)

     

    C'est lundi, que lisez-vous? (168)

    C'est lundi, que lisez-vous? (168)

    C'est lundi, que lisez-vous? (168)

    C'est lundi, que lisez-vous? (168)

     

    C'est lundi, que lisez-vous? (168)

    C'est lundi, que lisez-vous? (168)

    C'est lundi, que lisez-vous? (168)

    C'est lundi, que lisez-vous? (168)

    C'est lundi, que lisez-vous? (168)

     

    C'est lundi, que lisez-vous? (168)

    Ove est un senior de cinquante-neuf ans, veuf, fraîchement « mis au repos » pour ne pas dire licencié après trente ans d'activité. Cela fait près de quarante ans qu'il vit dans le même pavillon, au sein du même lotissement quelque part en Suède.

    Sa vie est régie par des habitudes, rituels et autres schémas traditionnels car Ove est un homme qui a besoin de règles. Alors le jour où sa femme décède, Ove ne se laisse pas avoir. Il ne change pas ses habitudes, pour autant il perd doucement l'envie de vivre sans Sonja, sa défunte épouse.

    C'est alors qu'il se décide, il va tout planifié pour mettre fin à ses jours. Dans un premier temps, il va essayé de se pendre mais sans grand succès car la corde qu'il a solidement arrimé à un crochet au plafond du séjour cède alors qu'il se sentait partir. Il maudit alors l'obsolescence des objets de notre époque ! Première tentative : loupée ... tant pis, il réessayera le lendemain.

    Mais c'est sans compter sur l'arrivée de nouveaux voisins particulièrement intrusif et d'un chat vagabond complètement mité ,dont Ove va devoir s'occuper. Chacun leur tour, ils vont empêcher toutes les tentatives d'Ove de mettre fin à ses jours, plus ou moins sans le vouloir.

    C'est lundi, que lisez-vous? (168)

    1790. Sept ans après avoir regagné son Angleterre natale, Ross Poldark est parvenu à sauver le domaine familial en déshérence et à relancer l’activité minière. Mais des menaces planent en ce mois de septembre. Une famille de banquiers, les Warleggan, tente de prendre le contrôle de ses affaires, pourtant peu florissantes. Et Ross suspecte son cousin Francis d’être de leur côté pour assouvir sa vengeance. 

    Ross est dans le même temps accusé d’avoir pillé deux navires qui se sont échoués non loin de chez lui. S’il est reconnu coupable, il risque la mort... Demelza, qu’il avait recueillie puis épousée, se bat pour le défendre. Mais leur amour résistera-t-il à la tempête ?

    Monument de la littérature d’évasion, la saga Poldark plonge le lecteur dans les Cornouailles affamées de la fin du xviiie siècle. Décors naturels de toute beauté, trahisons et triangles amoureux, ce roman dépeint une Angleterre où les petits entrepreneurs vacillent sous l’influence croissante des puissances de l’argent. Figure contestataire avant l’heure, Poldark le rebelle personnifie la passion et la sensualité.

    C'est lundi, que lisez-vous? (168)

    La Belle Époque est incarnée par les trois « Belles » Gloires Françaises. Cette « French Touch » avant-gardiste se compose d’un trio de choc qui a marqué, entre autres, le monde de l’hôtellerie et de la restauration françaises. Elles sont les ambassadrices d’un univers idéalisé par les touristes internationaux. La recette est fort simple : prenez de la gastronomie, ajoutez-y des hivernants, des artistes, des demi-mondaines, sans oublier notre ruralité, saupoudrez le tout des arts et lettres et vous obtiendrez ce mets délicat qui incarne l’art de vivre à la Française. Présentez l’ensemble sur un plateau d’argent de la Belle Époque et le tour est joué. Vous aurez ainsi mis en valeur cette France à la fois insoumise et rigoureuse, corsetée dans ses traditions ancestrales et du « qu’en dira t-on ». Cette Trinité des bons vivants que ces personnalités incarnent depuis plus d’un siècle dans la gastronomie, la culture et les sentiments, sont devenues d’immenses figures féminines qui, sans le vouloir, ont traversé le siècle. Femmes modestes au destin remarquable, elles sont, ici, réunies pour la première fois, vous offrant un premier aperçu de ce triptyque féminin exceptionnel qui reflète, à tout jamais, les « Belles » de « La Belle Époque » : « La Belle Angèle », « La Belle Otero », « La Belle Meunière ».

    C'est lundi, que lisez-vous? (168)

    C'est lundi, que lisez-vous? (168)

    1945. Dans la petite gare d’Ancy, chacun se presse pour accueillir les hommes de retour après la guerre. Celui que Jeannette attend fébrilement, elle ne l’a jamais vu. Maxime et elle se sont échangé des lettres pendant toute la durée du conflit et l’heure est venue pour eux de confronter leurs tendres sentiments à la réalité.

    Amoureux au premier regard, ils décident très vite de se fiancer. Un soulagement pour Jeannette qui se réjouit de quitter la petite maison qu’elle partage avec Rachel, sa mère, à la lisière de la forêt de Maulnes, non loin d’un château abandonné. L’ambiance mystérieuse du lieu a toujours plu à Rachel, guérisseuse, tandis que Jeannette rêve d’une vie moins marginale. 

    Aimante mais conflictuelle, la relation mère-fille s’envenime avec la présence de Maxime. D’abord critique, Rachel semble désormais apprécier un peu trop le jeune homme…

    C'est lundi, que lisez-vous? (168)

    Comment Mia, Matthis, Sacha et Valentin, quatre jeunes pianistes, étudiants au Conservatoire national de musique de Paris, ont-ils pu disparaître sans laisser de trace, à un mois d'un concours international ? Ont-ils, sous la pression, décidé ensemble de tout plaquer ? Impossible, d'après les familles interrogées sans relâche par Clara Di Lazio. S'agit-il d'un enlèvement ? La commissaire, réputée coriace, a l'intuition terrible que dans cette enquête, chaque minute compte...

    Et vous, que lisez-vous?

    Pin It

    6 commentaires
  • C'est lundi, que lisez-vous? (167)

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.


    Il s'agit de répondre à trois questions:

    1. Qu'ai-je lu la semaine passée?

    2. Que suis-je en train de lire?

    3. Que lirai-je après?

    C'est lundi, que lisez-vous? (167)

     

    C'est lundi, que lisez-vous? (167)

    C'est lundi, que lisez-vous? (167)

    C'est lundi, que lisez-vous? (167)

    C'est lundi, que lisez-vous? (167)

    C'est lundi, que lisez-vous? (167)

     

    C'est lundi, que lisez-vous? (167)

     

    Ove est un senior de cinquante-neuf ans, veuf, fraîchement « mis au repos » pour ne pas dire licencié après trente ans d'activité. Cela fait près de quarante ans qu'il vit dans le même pavillon, au sein du même lotissement quelque part en Suède.

    Sa vie est régie par des habitudes, rituels et autres schémas traditionnels car Ove est un homme qui a besoin de règles. Alors le jour où sa femme décède, Ove ne se laisse pas avoir. Il ne change pas ses habitudes, pour autant il perd doucement l'envie de vivre sans Sonja, sa défunte épouse.

    C'est alors qu'il se décide, il va tout planifié pour mettre fin à ses jours. Dans un premier temps, il va essayé de se pendre mais sans grand succès car la corde qu'il a solidement arrimé à un crochet au plafond du séjour cède alors qu'il se sentait partir. Il maudit alors l'obsolescence des objets de notre époque ! Première tentative : loupée ... tant pis, il réessayera le lendemain. 

    Mais c'est sans compter sur l'arrivée de nouveaux voisins particulièrement intrusif et d'un chat vagabond complètement mité ,dont Ove va devoir s'occuper. Chacun leur tour, ils vont empêcher toutes les tentatives d'Ove de mettre fin à ses jours, plus ou moins sans le vouloir.

    C'est lundi, que lisez-vous? (167)

    Flora Banks est atteinte d’amnésie antérograde. Suite à une opération du cerveau à l’âge de dix ans, celle-ci a perdu la mémoire. Toutes les deux heures environ, elle oublie tout, jusqu’à son âge et son prénom. Pour subsister, Flora écrit. Sur des post-it, sur ses mains, sur son carnet, Flora écrit pour se rappeler qui elle est. Alors que ses parents voyagent en France pour une durée indéterminée, Flora embarque dans un avion à destination de l’Alaska. Son idée ? Retrouver Drake. Flora un un souvenir : celui de son baiser.

    C'est lundi, que lisez-vous? (167)

     

    C'est lundi, que lisez-vous? (167)

    1900. Elsa Samuelson, issue de la grande bourgeoisie parisienne, veut devenir médecin. En échange d'un mariage arrangé avec un aristocrate sans fortune, elle verra sa détermination et son talent récompensés au point de sacrifier, ou presque, sa vie de femme. S'il n'y avait eu sur son chemin Théo, modeste imprimeur et homme d'engagement...

    C'est lundi, que lisez-vous? (167)

    Je m'appelle Capucine, mais on m'appelle Puce. J'ai dix-sept ans, la peau mate et un accent de Montpellier. Enfin, l'accent, c'est quand je parle français. Je vis aux Etats-Unis depuis que j'ai trois ans. Cette année, il m'est arrivé un truc phénoménal. Retournement de vie, frisson géant, secousse cosmique... Vous appelez ça comme vous voulez, mais la vérité... c'est que j'ai avalé un arc-en-ciel.

    Et vous, que lisez-vous?

    Pin It

    9 commentaires
  • C'est lundi, que lisez-vous? (166)

     

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.


    Il s'agit de répondre à trois questions:

    1. Qu'ai-je lu la semaine passée?

    2. Que suis-je en train de lire?

    3. Que lirai-je après?

    C'est lundi, que lisez-vous? (166)

     

    C'est lundi, que lisez-vous? (166)

    C'est lundi, que lisez-vous? (166)

    C'est lundi, que lisez-vous? (166)

     

    C'est lundi, que lisez-vous? (166)

     

    Ove est un senior de cinquante-neuf ans, veuf, fraîchement « mis au repos » pour ne pas dire licencié après trente ans d'activité. Cela fait près de quarante ans qu'il vit dans le même pavillon, au sein du même lotissement quelque part en Suède.

    Sa vie est régie par des habitudes, rituels et autres schémas traditionnels car Ove est un homme qui a besoin de règles. Alors le jour où sa femme décède, Ove ne se laisse pas avoir. Il ne change pas ses habitudes, pour autant il perd doucement l'envie de vivre sans Sonja, sa défunte épouse. 

    C'est alors qu'il se décide, il va tout planifié pour mettre fin à ses jours. Dans un premier temps, il va essayé de se pendre mais sans grand succès car la corde qu'il a solidement arrimé à un crochet au plafond du séjour cède alors qu'il se sentait partir. Il maudit alors l'obsolescence des objets de notre époque ! Première tentative : loupée ... tant pis, il réessayera le lendemain.

    Mais c'est sans compter sur l'arrivée de nouveaux voisins particulièrement intrusif et d'un chat vagabond complètement mité ,dont Ove va devoir s'occuper. Chacun leur tour, ils vont empêcher toutes les tentatives d'Ove de mettre fin à ses jours, plus ou moins sans le vouloir.

    C'est lundi, que lisez-vous? (166)

     

    De toute façon, Solomon n'avait jamais besoin de sortir de la maison. Il avait de la nourriture. Il avait de l'eau. Il pouvait voir les montagnes depuis la fenêtre de sa chambre. Ses parents étaient si occupés qu'il organisait sa vie à la maison à sa guise. Jason et Valérie Reed n'intervenaient pas, parce que finalement céder à leur fils était la seule solution pour qu'il aille mieux. À L'âge de seize ans, il n'avait pas quitté le domicile familial depuis trois années, deux mois et un jour. Il était pâle, assez souvent pieds nus, et allait plutôt bien.

    C'est lundi, que lisez-vous? (166)

     

    C'est lundi, que lisez-vous? (166)

    Le room service ne répond plus.

    Monsieur Jean est concierge de nuit au grand hôtel Tour au Lac de Zurich, ou plutôt il était concierge, car l'heure de la retraite a sonné. Lui qui ne vivait que pour l'hôtel va devoir réapprendre à dormir la nuit et à occuper ses journées. Mais Monsieur Jean n'est pas du genre à rester inactif et donner un coup de pouce discret au destin des gens est ce qu'il sait faire de mieux. Dans l'immédiat, il a donc encore quelques projets sur le feu : réconcilier deux anciennes ballerines fâchées depuis plus de trente ans, offrir des fleurs à la concierge esseulée, remettre un pickpocket sur le droit chemin ou aider une jeune femme à ouvrir son café... On aimerait tous avoir un Monsieur Jean dans notre vie.

    C'est lundi, que lisez-vous? (166)

    À la Belle Époque, le ballon à air chaud, vedette du ciel depuis la fi n du XVIIIe siècle, est supplanté par un engin libre de ses mouvements. Son principal concepteur, l’ingénieur allemand Ferdinand von Zeppelin (1838-1917), vient de le faire voler avec succès, le 2 juillet 1900, au-dessus du lac de Constance. D’emblée, le « dirigeable » distance l’aéroplane. Maniable, rapide et fi able, il saura conserver son avance technique pendant trois décennies. Cette suprématie germanique, étendue à l’art de la guerre, puis aux vols commerciaux, sera réduite à néant en 32 secondes, le 6 mai 1937. À son arrivée à Lakehurst, dans le New Jersey, le majestueux Hindenburg et ses 155 000 m3 d’hydrogène s’enfl amment après avoir heurté le mât d’arrimage. 

    On dénombre 35 victimes et un grand brûlé : le zeppelin luimême, au règne duquel le régime nazi a décidé de mettre fin… Tombés en disgrâce à l’apogée de leur gloire, les paquebots du ciel, acteurs triomphants d’une ère de défi s, entrent dans la légende. Gérard A. Jaeger retrace en détail leur incroyable histoire, des pionniers de l’aérostat aux derniers vols du Graf Zeppelin II.

    Et vous, que lisez-vous?

    Pin It

    9 commentaires
  • C'est lundi, que lisez-vous? (165)

     

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.


    Il s'agit de répondre à trois questions:

    1. Qu'ai-je lu la semaine passée?

    2. Que suis-je en train de lire?

    3. Que lirai-je après?

    C'est lundi, que lisez-vous? (165)

     

    C'est lundi, que lisez-vous? (165)

    C'est lundi, que lisez-vous? (165)

     

    C'est lundi, que lisez-vous? (165)

    C'est lundi, que lisez-vous? (165)

    C'est lundi, que lisez-vous? (165)

    C'est lundi, que lisez-vous? (165)

     

    C'est lundi, que lisez-vous? (165)

    Ove est un senior de cinquante-neuf ans, veuf, fraîchement « mis au repos » pour ne pas dire licencié après trente ans d'activité. Cela fait près de quarante ans qu'il vit dans le même pavillon, au sein du même lotissement quelque part en Suède.

    Sa vie est régie par des habitudes, rituels et autres schémas traditionnels car Ove est un homme qui a besoin de règles. Alors le jour où sa femme décède, Ove ne se laisse pas avoir. Il ne change pas ses habitudes, pour autant il perd doucement l'envie de vivre sans Sonja, sa défunte épouse. 

    C'est alors qu'il se décide, il va tout planifié pour mettre fin à ses jours. Dans un premier temps, il va essayé de se pendre mais sans grand succès car la corde qu'il a solidement arrimé à un crochet au plafond du séjour cède alors qu'il se sentait partir. Il maudit alors l'obsolescence des objets de notre époque ! Première tentative : loupée ... tant pis, il réessayera le lendemain. 

    Mais c'est sans compter sur l'arrivée de nouveaux voisins particulièrement intrusif et d'un chat vagabond complètement mité ,dont Ove va devoir s'occuper. Chacun leur tour, ils vont empêcher toutes les tentatives d'Ove de mettre fin à ses jours, plus ou moins sans le vouloir.

    C'est lundi, que lisez-vous? (165)

    Début des années 30. Félix Métivier, un entrepreneur canadien, bravant la neige et les moustiques, s’emploie à conquérir la forêt. Derrière lui une armée des bûcherons et de draveurs. Dans ses pérégrinations, Félix se lie d’amitié avec le peintre français Henri Ramier, dont Mathilde, une jeune Québécoise, s’amourache. Comment la jeune femme a-t-elle pu tomber amoureuse d’un homme qui pourrait être son père ?

    Septembre 1939. A l'annonce de la déclaration de guerre, Ramier regagne son Gers natal avec Mathilde. Tout étonne celle-ci dans la façon de vivre des Français. En retour, sa franchise, sa naïveté lui valent railleries et quolibets. Mais ce n'est rien à côté de l'inimitié que lui voue Irène, la fille d'Henri. Henri, ce père tranquille dont l'insouciance exaspère Mathilde. Que ne rejoint-il les rangs de la Résistance ? Que fait-il de ses journées passées à Auch, avec son matériel de peinture ? Le jour où les Allemands investissent la zone libre, Mathilde, lasse de voir les Français s'entredéchirer, décide de choisir son camp. Au péril de sa vie...

    C'est lundi, que lisez-vous? (165)

    C'est lundi, que lisez-vous? (165)

    De toute façon, Solomon n'avait jamais besoin de sortir de la maison. Il avait de la nourriture. Il avait de l'eau. Il pouvait voir les montagnes depuis la fenêtre de sa chambre. Ses parents étaient si occupés qu'il organisait sa vie à la maison à sa guise. Jason et Valérie Reed n'intervenaient pas, parce que finalement céder à leur fils était la seule solution pour qu'il aille mieux. À L'âge de seize ans, il n'avait pas quitté le domicile familial depuis trois années, deux mois et un jour. Il était pâle, assez souvent pieds nus, et allait plutôt bien.

    C'est lundi, que lisez-vous? (165)

    CHEZ NOUS, la Porte d'Entrée s'ouvre quand elle veut. On doit hurler "scou-bidou-bidou" pour que nos chats (La Limace et Clématite) rentrent dîner. Quand à mon petit frère, William D, il récolte sans arrêt des rapports de divers accidents/ incidents de l'école. Il y a aussi Papa qui ne s'attaque jamais à la taille du rhododendron envahissant le jardin. Pas plus qu'il ne nous dépose à l'heure à l'école.

    Nous on s'en fiche un peu, mais Maman a déclaré qu'on ne pouvait plus continuer comme ça. Alors moi, Chloé, dix ans, j'ai décidé de prendre les choses en main. Quand Maman rentrera de Londres, tout sera parfait... Enfin, j'espère !

    Et vous, que lisez-vous?

    Pin It

    6 commentaires
  • C'est lundi, que lisez-vous? (164)

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.


    Il s'agit de répondre à trois questions:

    1. Qu'ai-je lu la semaine passée?

    2. Que suis-je en train de lire?

    3. Que lirai-je après?

    C'est lundi, que lisez-vous? (164)

     

    C'est lundi, que lisez-vous? (164)

    C'est lundi, que lisez-vous? (164)

    C'est lundi, que lisez-vous? (164)

     

    C'est lundi, que lisez-vous? (164)

     

    C'est lundi, que lisez-vous? (164)

    En 1877, Charlene Morrison, une jeune femme, ambitieuse et énergique, arrive dans le village de Menlo Park, au New Jersey, pour entreprendre une carrière scientifique auprès de Thomas Edison. Travaillant jour et nuit dans son groupe de recherche, Charlene assiste à la naissance du phonographe, puis à la création de l’ampoule incandescente qui fait la renommée du jeune visionnaire.

    À la suite d’une visite à la Maison-Blanche et du passage de l’actrice française Sarah Bernhardt au laboratoire de Menlo Park, Edison devient un héros national, l’homme qui répand la lumière sur le monde. 

    Mais bien vite, le miracle de l’électricité donne lieu à des affrontements cruels entre les puissances industrielles de l’époque. Alors que la guerre des courants se déchaîne et que les rivaux d’Edison tentent de le détruire, Charlene lui garde sa loyauté. Trouvera-t-elle enfin le chemin du coeur de l’inventeur ?

    Un voyage dans la vie mouvementée d’un homme que l’histoire ne peut oublier.

    C'est lundi, que lisez-vous? (164)

    C'est lundi, que lisez-vous? (164)

    Début des années 30. Félix Métivier, un entrepreneur canadien, bravant la neige et les moustiques, s’emploie à conquérir la forêt. Derrière lui une armée des bûcherons et de draveurs. Dans ses pérégrinations, Félix se lie d’amitié avec le peintre français Henri Ramier, dont Mathilde, une jeune Québécoise, s’amourache. Comment la jeune femme a-t-elle pu tomber amoureuse d’un homme qui pourrait être son père ?

    Septembre 1939. A l'annonce de la déclaration de guerre, Ramier regagne son Gers natal avec Mathilde. Tout étonne celle-ci dans la façon de vivre des Français. En retour, sa franchise, sa naïveté lui valent railleries et quolibets. Mais ce n'est rien à côté de l'inimitié que lui voue Irène, la fille d'Henri. Henri, ce père tranquille dont l'insouciance exaspère Mathilde. Que ne rejoint-il les rangs de la Résistance ? Que fait-il de ses journées passées à Auch, avec son matériel de peinture ? Le jour où les Allemands investissent la zone libre, Mathilde, lasse de voir les Français s'entredéchirer, décide de choisir son camp. Au péril de sa vie...

    C'est lundi, que lisez-vous? (164)

    De toute façon, Solomon n'avait jamais besoin de sortir de la maison. Il avait de la nourriture. Il avait de l'eau. Il pouvait voir les montagnes depuis la fenêtre de sa chambre. Ses parents étaient si occupés qu'il organisait sa vie à la maison à sa guise. Jason et Valérie Reed n'intervenaient pas, parce que finalement céder à leur fils était la seule solution pour qu'il aille mieux. À L'âge de seize ans, il n'avait pas quitté le domicile familial depuis trois années, deux mois et un jour. Il était pâle, assez souvent pieds nus, et allait plutôt bien.

    Et vous, que lisez-vous?

    Pin It

    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique