• Retour sur terre de Mélanie ROSE

    Edition: Archipoche

    Nombre de pages: 433 pages

    Résumé: Michaela Anderson, une jeune Anglaise de 25 ans travaillant dans une compagnie d’assurances, a accepté de participer avec quelques collègues à un baptême de saut en parachute. 

    Au moment de s’élancer dans le vide, la dernière, elle est emportée par une bourrasque qui l’éloigne des autres…

    Quand elle retrouve la terre ferme, l’aérodrome est désert, sa voiture a disparu et il fait presque nuit. C’est alors qu’elle découvre avec stupeur sa photo sur des affichettes prétendant qu’elle a disparu… il y a six ans et demi !

    Qu’a-t-il bien pu se passer ? Aurait-elle perdu la raison ? Serait-elle devenue amnésique ? A-t-elle été victime d’une faille spatiotemporelle ? Mais, surtout, qu’a-t-elle bien pu faire au cours de tout ce temps ?

    Retour sur terre de Mélanie ROSE

    Mon avis: Michaela a décidé de participer a une activité organisée par son employeur: un saut en parachute. Ayant envie de retrouver un petit peu sa liberté, qu'elle a mis de côté depuis qu'elle s'est mise en ménage, elle veut se prouver qu'elle peut faire des choses pour elle-même.

    A l'atterrissage, pourtant, elle se rend rapidement compte que quelque chose ne va pas. L'aérodrome semble à l'abandon, le soir est tombé, et ses collègues ne sont pas là. Bien obligée de se diriger seule, elle échoue dans un café d'où elle appelle ses proches, dont elle ne reçoit pas de réponses. Elle finit par se résoudre à appeler le moniteur qui l'a accompagné pendant le vol. Et celui-ci lui annonce ce qui ne va pas: elle a disparu depuis plus 6 ans.

    Personne ne sait ce qu'elle est devenue, et elle-même n'a aucun souvenir, entre son saut hors de l'avion, et son arrivée sur la terre ferme, si ce n'est une grosse bourrasque de vent.

    Il va bien falloir qu'elle se reconstruise une vie à partir des lambeaux qu'il reste...

    Face au mystère qui entoure le saut en parachute de Michaela, je m'étais installée douillettement, m'attendant à de nombreux rebondissements. J'espérais des découvertes scientifiques, ou un enlèvement tout à fait particulier, façon thriller psychologique.

    J'aime autant vous le dire: même à la dernière page, on ne sais pas vraiment ce qui lui est arrivé... N'espérez pas plonger dans un épisode de X-Files. Ni dans un roman de Mary Higgins Clark.

    Parce que si l'amorce est fantastique, le reste tire en longueur.  Dans le décor, vous avez une jeune femme débousselée, un ex-compagnon et une ex-belle-fille ayant fait leur deuil, et deux jeunes hommes tout à fait particuliers. De ça, vous mettez en place un triangle amoureux, une balle de ping-pong (eh oui, la jeune femme ne sait pas ce qu'elle va faire), et un zeste de mystères et d'enquêtes policières. Et voilà la sauce.

    En faisant abstraction de ma déception quant à la chute du livre, je dirais que l'ensemble est bien écrit, qu'il donne envie d'en savoir plus. On espère, tout au long du livre trouver une explication à la disparition de la jeune femme. Mais vous avez compris que ce n'est pas le cas. Finalement, quand j'ai refermé le livre, je me suis dit: "Tout ça pour CA?!"

    Du coup, je ne suis pas super enthousiaste, je l'avoue. Je n'avais jamais rien lu de cet auteure, et je ne la connaissais pas du tout. Peut-être est-ce là un tour de reconnaissance avant d'entamer le véritable travail? Je l'espère.

    Points attribués: 6/10

    Je remercie l'édition Archipoche pour cette lecture mystérieuse.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire
  • L'oiseau des neiges de Tracy REES

    Edition: Presses de la Cité

    Nombre de pages: 490 pages

    Résumé: A huit ans, Aurelia Vennaway trouve un bébé dans le parc du domaine familial recouvert de neige. Nous sommes dans le comté du Surrey, auprès d'une famille d'aristocrates anglais. La découverte est plutôt mal accueillie, et le bébé, une fille qu'Aurelia baptise « Amy Snow », est confié aux domestiques. Cela n'empêchera pas les deux enfants de se lier et de grandir ensemble. Dix ans plus tard, on diagnostique à Aurelia une maladie du coeur. Amy doit supporter une première séparation. Pendant un an, la jeune malade voyage puis revient au manoir, où elle meurt en 1844. Son testament impose à Amy une véritable chasse au trésor, sur les traces de cette amie irremplaçable et de son voyage mystérieux... Un premier roman délicieux au coeur de l'Angleterre victorienne.

    L'oiseau des neiges de Tracy REES

    Mon avis: Amy Snow a été découverte dans la neige lorsqu'elle tout bébé. Bien qu'Aurélia, sa bienfaitrice, lui ait toujours porté beaucoup d'attentions, les parents de la jeune fille ne voient en elle qu'une tare qu'ils doivent supporter chez eux, pour l'amour de leur fille. 

    Mais leurs conditions sont claires, et Amy sait qu'elle n'a plutôt pas intérêt à les braver.

    Aurélia meurt très jeune, d'un problème cardiaque, et Amy doit tracer son propre chemin, du jour au lendemain. Mais pas vraiment seule, puisque son amie lui a laissé un message, de l'argent, quelques instructions, et un mystère à éclaircir.

    Commence pour Amy Snow un voyage parsemé de surprises et de découvertes.

    Au départ du roman, on un peu l'impression d'avoir affaire à un roman à l'eau de rose. On s'imagine déjà que la jeune désargentée va se placer comme préceptrice, dame de compagnie, ou gouvernante. Qu'elle tombera amoureuse de son employeur et qu'on aura droit à un superbe happy end (Qui a dit que j'avais trop regardé Jane Eyre?? Je vous ai entendu!)

    Mais non. Ou du moins pas totalement. Parce qu'avant qu'Amy puisse décider de ce qu'elle va faire de sa vie, elle doit d'abord honorer la mémoire de son amie, et de ce fait, suivre les instructions contenues dans ses messages.

    Au-delà de l'atmosphère victorienne que j'aime, c'est une aussi une très belle chasse au trésor que je découvre. Que demander de plus?

    A travers les souvenirs d'Amy, et les lettres qu'elle lit, on trace la vie d'Aurélia, disparue dès le début du livre. Ce n'est pas un personnage que l'on apprend à connaître, mais bien deux. Et ils sont plutôt complémentaires. L'une est discrète, sage, et patiente. L'autre est directive, bruyante, décidée et volontaire. Tout les oppose, et pourtant c'est ce qui a fait leur lien si particulier. Toujours est-il qu'au fil des pages, on n'a qu'une seule envie: qu'Amy reçoive l'indice suivant!!! Parce qu'évidemment, l'auteur ayant très bien fait les choses, on en sait chaque fois juste.. trop peu. Les lettres qu'Amy lit nous laisse chaque fois sur notre faim, amorçant un principe tout simple: l'envie d'aller voir plus loin.

    J'ai beaucoup aimé ce roman, bien bâti et suffisamment intrigant pour m'avoir retenu jusqu'à la dernière page. J'avoue, j'avais trouvé le grand mystère avant d'arriver à la fin, ou du moins je le soupçonnais très fort, mais ça n'a rien enlevé à la révélation, qui était bien complète, et bien dessinée.

    J'ai passé un bon moment en compagnie de ce livre.

    Points attribués: 8/10

    Je remercie les Presses de la Cité pour cette lecture mystérieuse.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire
  • Les jumelles de Claire DOUGLAS

    Edition: Harper Collins

    Nombre de pages: 352 pages

    Résumé: Journaliste freelance, Abi Cavendish a fait une tentative de suicide et un séjour en hôpital psychiatrique après la mort de sa soeur jumelle dix-huit mois plus tôt. Fragilisée par cette disparition dont elle se sent responsable, elle tombe sous l'emprise de Beatrice, une inconnue au charme fascinant chez laquelle elle emménage. Beatrice Price est quant à elle la soeur jumelle de Ben. A la mort de ses parents adoptifs, elle a acheté un hôtel particulier à Bath, où elle vit avec Ben, et s'est lancée dans la création de bijoux.

    Ben, dont elle n'a découvert l'existence qu'à 19 ans, souffre de problèmes psychologiques... Entre les membres de ce trio se nouent des liens de fascination, de désir et de répulsion, entretenus par les secrets les plus noirs... Thème romanesque par excellence, la gémellité est ici abordée sous un angle inédit : Les jumelles est un suspense qui prend des risques en n'hésitant pas à montrer les aspects plus sombres de cette relation. 

    Plus que la traditionnelle contradiction entre besoin d'indépendance et désir de fusion, le roman aborde le sujet d'une dépendance extrême.

    Les jumelles de Claire DOUGLAS

    Mon avis: Quand Abi Cavendish a perdu sa soeur jumelle, un an et demi plus tôt, son monde a arrêté de tourner. Jusque-là, journaliste douée et fort demandée, elle avait une vie épanouissante en plein centre de Londres. Elle et sa soeur se complétaient parfaitement, et elles vivaient de façon fusionnelle.

    Mais un accident de la route a enrayé leurs parcours. Depuis, la jeune femme de 29 ans tente de se reconstruire, de se trouver un équilibre alors qu'elle a l'impression d'avoir perdu la moitié d'elle-même.

    C'est alors qu'elle fait la connaissance de Béatrice Price, une jeune créatrice de bijoux. Le courant passant vraiment bien, elle décide d'accepter la proposition de Béa: venir vivre dans la grande maison qu'ils habitent et qu'ils partagent avec plusieurs jeunes artistes.

    Mais à partir, Abi a l'impression de devenir folle. Persuadée d'être persécutée, sa vie vire au cauchemar. Mais la personne qu'elle soupçonne est-elle vraiment ce qu'elle prétend être?

    Waouh! Ce livre bouscule. On ne le lâche pas facilement, c'est certain. 

    Au premier abord, bon, on se dit: encore une histoire de jumelles. Une décédée, une vivante, c'est l'histoire d'une reconstruction. 

    Hé hé, c'est là que ça devient intéressant. Quand Abi déménage (ce qui ne prend pas très longtemps finalement), on rentre dans le vif du sujet. Et la moindre chose nous paraît suspecte. 

    Le génie de l'auteur repose là. Sur cette capacité d'instiller le doute là où il n'y en avait pas à la page précédente!

    Un petit bémol peut-être: J'ai trouvé Abi très peu réactive. Elle a peur, elle s'en plaint, mais elle ne réagit pas, ressassant sans cesse les mêmes pensées. Ce n'est finalement pas un personnage principal que j'apprécie vraiment.

    Par contre, à côté de ça, l'histoire de Béatrice et de son frère est super bien tournée. Elle donne le piquant du livre, le suspens de l'histoire. Et ça, j'ai adoré!

    En gros, à part un personnage principal trop "mou", l'intrigue se tient bien, et le lecteur est tenu en haleine jusqu'aux dernières pages.

    J'ai été un peu déçue de la fin tout d'abord, mais en réfléchissant, elle semble logique. Je ne peux pas vous en dire plus, sinon ce serait vous raconter la chute. Et du coup, vous n'auriez plus envie de le lire. Donc... Je me tais, et vous partez le découvrir à votre tour hihi.

    Points attribués: 7/10

    Je remercie l'édition Harper collins pour cette lecture palpitante.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire
  • Olympe de Hubert de MAXIMY

    Edition: Presses de la cité

    Nombre de pages: 441 pages

    Résumé: En 1793,au Puy-en-Velay, Olympe, veuve du tanneur Chambeyrac, est la proie de deux hommes qui cherchent à la déposséder de ses biens, mais aussi de ses droits. Prête à tout pour ses enfants, Olympe va déployer l'énergie de son puissant tempérament et son irrésistible séduction.

    Olympe de Hubert de MAXIMY 

    Mon avis: Olympe de Chambeyrac se retrouve du jour au lendemain à la tête d'un héritage auquel  ne sait rien. Veuve, et au lendemain de la révolution française, les lois ont changé. Et si, auparavant, elle n'aurait pu exercer son droit d'héritière, aujourd'hui, elle est pleinement reconnue comme ayant droit, de par la loi.

    Pour la jeune femme, mariée très jeune et sortie d'un couvent, il s'agit de se retrousser les manches. Olympe n'a pas froid aux yeux, et secondée de son amie Anaïs, elle entreprend de prendre les rènes de l'exploitation familiale

    C'est sans compter les envieux et les jaloux, qui feront tout ce qu'ils peuvent pour lui mettre des bâtons dans les roues...

    J'ai beaucoup aimé le personnage d'Olympe. Jeune femme décidée, motivée, et faisant de courage et de ténacité, elle est une figure intéressante. Anaïs, bien que de façon plus discrète, se révèle être une âme forte également. Voilà un duo féminin qui m'intéresse.

    Les personnages masculins, le notaire, l'avocat et le menuisier sont également importants, bien que je les trouve un peu "mous". Quant aux ennemis d'Olympe, ils sont la juste représentation de ce que pouvait être l'atmosphère de l'après-révolution.

    En ayant refermé le livre et en ayant laissé décanté un peu mon ressenti, je ne peux m'empêcher de me demander où était le principal intérêt de ce roman.. Je m'explique. On plante le décor en France, dans une période très bouleversée. Très bien! Mais justement, j'ai l'impression que ces dites épreuves s'aplanissent un peu trop facilement. L'un des personnages aurait-il une baguette magique que je n'aurais pas vu? Sans cesse, des complots s'ourdissent, que voilà la solution se présente déjà d'elle-même.

    Moi, je dis... Moui. Je ne suis pas très convaincue. Je n'ai pas eu l'impression qu'Olympe ait grand chose à surmonter. Sauf peut-être ces soucis avec les dirigeants de sa juridiction. Oui, là, bien sûr, c'est un peu plus long pour avoir un happy end. Et heureusement.

    A mon goût, il y a trop peu de consistance dans ce roman que pour en faire un livre réellement incontournable. Et c'est dommage, parce que j'en espérais vraiment beaucoup. Vous l'avez compris, je ne suis pas enthousiaste, et je reste sur ma faim.

    Je remercie l'édition Presses de la cité pour cette lecture révolutionnaire.

    Points attribués: 6/10

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire
  • Un bonheur si fragile de Michel DAVID

     

     

    Résumé: Lorsque Corinne, native de Saint-Paul-des-Près, épouse Laurent, un gars du coin, elle croit aveuglément à l'amour. Mais très vite, son mariage se révèle un échec. Le quotidien est rude, sa belle-famille hostile, son époux irresponsable et coureur de jupons. Corinne, l'institutrice décide alors de ne pas se laisser faire et de prendre sa vie en main...

     

     

     

     

      

     

    Un bonheur si fragile de Michel DAVID

     

    Résumé: Au printemps 1902, les sujets de dispute ne manquent pas à Saint-Paul-des-Prés. Alors que le curé Bilodeau se mêle un peu trop de la construction de la nouvelle église paroissiale, Gonzague Boisvert, toujours aussi avare et égoïste, met le feu aux poudres en érigeant un hôtel au centre du village. De son côté, Corinne découvre les joies de la maternité, mais ne peut compter sur son mari pour la seconder.Si Laurent montre parfois les signes d'un travailleur sérieux, la plupart du temps, ce grand charmeur irresponsable et paresseux profite des fins de semaine pour dépenser ses maigres économies autour d'un verre... de trop.Un événement tragique bousculera la vie paisible des villageois alors que Mitaines est retrouvé mort sur la terre de Laurent Boisvert. Cet épisode changera à jamais la vie de Corinne et Laurent.

     

     

      

    Un bonheur si fragile de Michel DAVID

     

    Résumé: Quinze années se sont écoulées, Corinne est maintenant mère de cinq enfants. Elle parvient avec courage à lutter contre l'adversité. Son fils fugue, son mari est toujours infidèle, ivrogne et parfois violent ; seul espoir, sa fille aînée pourrait devenir institutrice. En 1922, Laurent décède... Corinne, seule, doit exploiter la terre familiale. Très courtisée, trouvera-t-elle enfin le bonheur ?

     

     

     

     

     

     

     

    Un bonheur si fragile de Michel DAVID

     

     

    Edition: Kennes

    Nombre de pages: 526 pages

    Résumé: Printemps 1921. La vie a bien changé à Saint-Paul-les-Prés. La grippe espagnole a fait des ravages et plusieurs familles ont été décimées. Si les histoires des habitants s'entrecroisent toujours autour du magasin général et de l'église, un vent d'optimisme nouveau souffle autour du charismatique curé Cormier, très apprécié de ses paroissiens. Pour Corinne, le décès de Laurent marque un changement important. Jeune veuve, elle se retrouve maintenant seule pour gérer la terre familiale.

     

     

     

    Un bonheur si fragile de Michel DAVID

    Mon avis: Corinne Joyal épouse l'homme qu'elle a choisi, Laurent Boisvert. Mais elle déchante très vite, découvrant en son mari un homme alcoolique et mauvais.

    Les années passant, elle se retrouve à la tête d'une famille de 5 enfants, joignant les deux bouts difficilement, mais gardant sa fierté intacte.  La vie ne l'épargne pas, et le décès de ce mari tant redouté apporte de nouvelles épreuves, comme apprendre à se débrouiller sans homme dans la maison, et faire face à des tentatives d'approche de célibataires de la paroisse. 

    Corinne est réfléchie, et sur les deux décennies que traversent ces quatre tomes, on a maintes fois l'occasion de le vérifier.

    J'ai reçu le dernier tome de cette série de l'édition Kennes. Pour bien faire, j'ai donc d'abord lu les trois premiers tomes. Mon avis se porte donc sur l'ensemble de la série.

    Je suis une grande fan de ces sagas familiales du début de siècle, en plein canada français. Chaque fois que j'en ai l'occasion, je m'y plonge avec plaisir et délectation.

    Cette série ne fait pas exception. Des liens familiaux très forts et très présents, des générations qui se suivent, des mariages, des naissances, des décès, le quotidien familial, et quelques belles surprises... Pour moi, tous les ingrédients sont là pour que la mayonnaise prennent et donnent un vrai plaisir à être déguster. 

    Parce que c'est vraiment l'impression que ce genre de lecture me donne. Je m'en délecte, réellement. A l'heure moderne, où les liens sont plus distendus, où l'on perd facilement l'essentiel des yeux, ces histoires sont de véritables baumes au coeur. Elles donnent envie de partir dans le temps, de remonter les années, et de retrouver cette ambiance disparue aujourd'hui. Moi, en tout cas, ça me donne chaque cette grande envie.

    Il n'y a pas de grandes intrigues, pas de suspenses, pas de grands coups d'éclat. Quoique... Pour qui aime les petits mystères quotidiens, cela peut aussi se révéler surprenant. Mais la plus grande qualité de cette histoire, c'est la simplicité avec laquelle elle est racontée. L'auteur narre la vie de Corinne, sans fioritures, sans tralala, juste comme elle l'aurait vécue au début 1900.

    C'est touchant, émouvant, drôle parfois, révoltant à d'autres moments. Ce sont finalement toutes les émotions qui donne l'impression qu'une vie a été bien remplie. Je n'avais encore jamais lu de livre de cet auteur-ci (j'avais plutôt dévoré jusque-là Arlette Cousture). Mais je ne regrette aucunement cette nouvelle découverte dans un univers que j'apprécie énormément.

    J'ai donc bien l'intention de découvrir d'autres romans de Michel David, car il a apparemment écrit pas mal de choses. Un conseil, foncez, si vous aimez ce genre de livres!

    Points attribués: 10/10

    Je remercie l'édition Kennes pour cette lecture attrayante.

    Ils vous tentent?

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique