• Une étrange lady de Sylvie Pouliquen

    Edition: De Borée

    Nombre de pages: 264 pages

    Résumé: Jeune Juive d'origine roumaine, Viola Perkins fuit le nazisme et émigre en Angleterre en 1938. Ambitieuse et déterminée, elle s'engage dans les services secrets britanniques où elle sera chargée de recruter et de former des jeunes civiles volontaires pour des missions de sabotage en terre ennemie. Mais après la guerre, que sont devenues ces femmes ? Viola va tenter de découvrir la vérité sur leur sort... 

    Une étrange lady de Sylvie Pouliquen

    Mon avis: Viola Perkins a fui avec sa mère le nazisme, poison envahissant l'europe. Réfugiées en Angleterre, elle tente par tous les moyens de participer à l'effort de guerre et d'obtenir la citoyenneté britannique.

    Cette femme de l'ombre va, au fil du temps, se retrouver à la tête d'une équipe de femmes volontaires pour aller sur le territoire ennemi, en tant qu'infiltrées. Le danger est partout, les risques sont énormes, chacune le sait.

    Et certaines disparaissent. Il faudra attendre pour beaucoup d'entre elles la fin de la guerre pour apprendre ce qui leur est réellement arrivé après leur atterrissage sur le continent. 

    Viola va s'attacher personnellement à retrouver la trace de chacune d'entre elles.. Un voyage long et épuisant.

    L'histoire de ce roman se base sur des faits réels. Bien qu'aucun nom, et en particulier celui du personnage principal, ne puisse être retrouvé dans les archives de l'époque (du moins, je pense. J'ai cherché sur le net, mais n'ai rien trouvé), puisqu'il y a une partie fictive, le décor planté est suffisamment réaliste pour que l'on puisse imaginer ce genre de choses.

    L'ambiance est lourde, pesante, bien en phase avec ce qui devait réellement arriver en cette période de conflits. Et je dois avouer qu'on le ressent très fort. 

    Viola est une femme remarquable: tenace, volontaire, ambitieuse, et très attachée à son équipe, l'auteur a fait d'elle un personnage central très intéressant. La relation qu'elle a avec sa mère montre son côté affectif touchant.

    Je dois avouer que le roman, dans son entier, a été créé de façon "carrée". Une ambiance militaire, une façon de décrire raide, des dialogues très coupants. A vrai dire, à part le personnage de Viola, et si je n'avais pas su que l'auteur était une femme, j'aurais vraiment pu penser que le roman avait été écrit par un ancien militaire!

    Mais mis à part cette sensation un peu froide, le roman est bien construit, et j'ai apprécié la lecture. Ce n'est pas un coup de coeur, cependant. Je n'ai pas pu m'installer confortablement dans ma lecture, à cause de cette impression un peu désagréable. 

    Points attribués: 7/10

    Je remercie l'édition De Borée pour cette lecture anglaise.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire
  • La sans pareille de Bernard DUPORGE

    Edition: De Borée

    Nombre de pages: 311 pages

    Résumé: En 1914, Eglantine a 15 ans. Elle quitte son emploi de bergère pour prendre celui de bonne au château. Mais la guerre éclate, et sa vie bascule : François, son amour de jeunesse, revient mutilé et la quitte, et le maître du château la viole. Enceinte, elle est contrainte de partir : une nouvelle vie commence, faite de déboires et de débauches, qui l'obligeront à abandonner son fils : parviendra-t-elle à retrouver sa famille, son fils, et François ?

    La sans pareille de Bernard DUPORGE

     

    Mon avis: Eglantine est belle et travailleuse. Dans le petit village où elle vit, elle voit déjà son destin tout tracé: épouser François, fonder une famille et travailler au château de ses patrons.

    Mais la guerre s'installe et François est mobilisé. En l'attendant, Eglantine tente de soulager les peines des endeuillés du village, et tout le monde sait ce qu'on lui doit, même si elle ne réclame rien.

    François revient, blessé et amer, et Eglantine subit un viol duquel elle porte un enfant. La vie va contrarier les projets qu'ils avaient établis, et la peine va les séparer. 

    J'ai été émue tout au long du roman. Cette période de guerre et d'attente, puis d'éloignement et de peines porte véritablement le roman. Dès le début, je me suis prise d'affection pour cette petite jeune fille remarquable. Ses décisions sont honnêtes, claires, et décidées.

    Mais le drame qu'elle va vivre va la chambouler complètement. Dans la période de cette première guerre mondiale, les moeurs sont strictes. On ne peut tomber enceinte en étant pas enceinte, et peut importe qu'il s'agisse d'un viol ou pas. La jeune fille n'a pas d'autre choix que de s'exiler loin de sa famille, et de se retrouver seule à faire face à la misère, avec un bébé à élever.

    Et les choix de vie s'avèrent, eux aussi, très restreint, quand on est une fille-mère. De là à tomber dans la déchéance, il n'y a vraiment qu'un pas...

    Bon, je vous rassure, il y a tout de même un happy end. Je ne vous en dis pas plus hihi. Toujours est-il que ce livre se dévore. Il est doux, tendre, bien tourné. Les personnages sont bien dessinés, et je dois dire que j'ai eu des préférences pour certains d'entre eux, d'ailleurs.

    Bref, si vous voulez vous changez les idées, un jour où il pleut, et que vous êtes pelotonnés, prenez celui-ci. Vous ne le regretterez pas.

    Points attribués: 8/10

    Je remercie l'édition De Borée pour cette lecture douce.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire
  • Le roman d'amour de Lucrèce Borgia de Raphaël DELPARD

    Edition: De Borée

    Nombre de pages: 252 pages

    Résumé: Le projet proposé consiste à mettre en lumière la relation amoureuse vécue par des personnages que l'histoire a qualifiés de célèbres. Ces personnages, présentés comme hors du commun, aiment-ils de la même manière que l'homme de la rue, ou est-ce que leur célébrité les pousse à un comportement différent ? Il s'agit donc d'ausculter la relation sentimentale et de la raconter dans le style historique romanesque S'il est un personnage célèbre qui illustre à la perfection le principe de la collection Le roman d'amour c'est bien Lucrèce Borgia. En effet cette jeune femme, née à Subiaco en 1480 en Italie et morte à Ferrare en 1519, mêlée très jeune à la cour du cardinal valencien Roderic Borgia (future pape Alexandre VI) dont elle est la fille naturelle, doit sa célébrité autant pour sa beauté que pour ses moeurs prétendument dissolues. Mais elle marqua aussi son époque en qualité de protectrice des arts et des lettres. La vie et l'histoire de Lucrèce sont intimement liées à ce quatorzième siècle italien fastueux et décadent.

    Douée d'une surprenante beauté, dès son plus jeune âge Lucrèce attire naturellement les hommes. On raconte qu'elle aurait eu son premier amant à 12 ans. Ils sont nombreux à profiter de ses faveurs jusqu'au jour où son frère César et son père la forcent à épouser Giovanni Sforza. Le drame de Lucrèce commence alors...

    Le roman d'amour de Lucrèce Borgia de Raphaël DELPARD

    Mon avis: La jeune Lucrèce est belle, instruite mais surtout fille de pape. Du haut de ses 12 ans, elle a déjà à des opinions bien arrêtées, et elle est capable de tenir une conversation en plusieurs langues.

    Lorsque son père décide de la marier, elle n'a d'autre choix que de se plier à sa volonté, mais contre sa promesse que le mariage ne sera pas consommé avant plusieurs années.

    Loin d'être cette jeune adolescente délurée et dévergondée dont on parle très souvent, ce roman trace un portrait plutôt flatteur de douceur et de réflexion.

    J'ai regardé il y a peu la série télévisée Borgia, dans laquelle Lucrèce (ou Lucrezia) a une présence absolument belle, et sulfureuse. Bien qu'intelligente, ses émotions la dirigent souvent et la conduisent à des écarts.

    Le roman d'amour de Lucrèce Borgia de Raphaël DELPARD

    Du coup, quand j'ai vu ce livre, je me suis dit que j'en apprendrais un peu plus. Effectivement, dans ce roman, Lucrèce a tout l'espace pour elle. 

    Tout d'abord, avant de commencer la lecture, l'auteur nous explique qu'il exploite sa propre vision des choses. Qu'il a un peu triché sur les dates, et que certains faits ont été modifiés pour le bien de l'histoire du roman. C'est courageux et honnête... Mais du coup, il ne peut plus entrer dans la case roman historique. Bref.

    J'ai découvert dans ce roman une jeune fille simple. Bien qu'elle soit riche, nantie, et choyée, elle a un caractère réfléchi et posé. Sûre d'elle, et agréable avec son entourage, elle devient une figure appréciable en tout points.

    Le roman, en lui-même, est peut-être un peu morne. Pas de réel coup d'éclat, pas vraiment de relief. Oh, bien sûr, il se lit agréablement. On en apprend un peu sur la famille Borgia, ses manigances et ses complots. 

    Je n'ai pas fait une mauvaise lecture, ce n'est pas ce que je veux dire. Mais plutôt que je n'y ai pas trouvé l'énergie suffisante pour me montrer l'ampleur des splendeurs, des fastes de cette époque. Et pourtant, Dieu sait s'il y en avait...

    Alors, je dis, oui l'histoire est bien construite, mais non je n'ai pas de coup de coeur. Non je n'y ai pas vu l'étincelle qui vous emporte au milieu du décor. Au lieu d'être à la suite de Lucrèce, j'ai eu l'impression de tout voir du haut d'une fenêtre.

    C'est dommage.

    Points attribués: 7/10

    Je remercie l'édition De Borée pour cette lecture romaine.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire
  • Le troisième fils de nadine THIRAULT

    Edition: De Borée

    Nombre de pages: 261 pages

    Résumé: Dernier-né de la famille Gauthier, Félix est un enfant espiègle et plein d'imagination. Lui et Ernest, son meilleur ami, ne sont jamais à court d'idées ingénieuses et farfelues...

    Plus tard, Félix voudrait, grâce à ses inventions, apporter du bonheur aux autres. Mais ce n'est pas un métier pour un Gauthier, et on le destine à un tout autre avenir: reprendre l'exploitation forestière de son grand-père.

    Envers et contre tout, refusant de céder aux injonctions de ses parents, Félix poursuivra inlassablement son rêve un peu fou: construire un manège révolutionnaire.

    Le troisième fils de nadine THIRAULT

    Mon avis: Félix Gauthier dans une famille où il y a déjà deux garçons. Il n'était pas attendu, et très vite, il se trouve livré à lui-même, avec pour figure maternelle la cuisinière de la maison. 

    Pourtant, son père, médecin de campagne, aspirant à beaucoup de chose, a déjà des avenirs tout tracé pour ses trois fils. Il espère les voir s'établir dans des situations confortables. Et en ce début de siècle, il ne rêve que d'asseoir sa notoriété dans sa région.

    Mais ça, c'était sans compter sur l'esprit souvent rêveur, mais décidé du petit dernier, Félix. Qui ne rêve que d'une chose: créer un manège à vapeur....

    Dès le premier chapitre, je me suis installée confortablement pour continuer ma lecture. La description de la famille et de ses habitudes est magnifique. j'ai adoré ce soliloque, un peu poétique, qui m'a immédiatement transportée dans le décor. J'ai ouvert les portes de la maison et suivi chacun des occupants. 

    La suite du livre se centre principalement sur Félix, et son idée. On le voit grandir, étudier, découvrir, avec toujours la même idée en tête, et des résolutions plein les poches.

    Félix, c'est l'esprit bohème par excellence. Détonnant, cet esprit, dans une famille de bien-pensants, ou qui se considère comme telle. Evidemment, cela ne pouvait pas se passer facilement.

    Je vous avoue qu'au vu du nombre de détails, de dates, d'éléments historiques, j'ai fini par chercher des informations existantes sur ce Félix Gauthier. Quelle n'a pas été ma surprise quand j'ai compris qu'il s'agissait d'une fiction, et non d'un fait historique! C'est tellement bien écrit que j'aurais juré le contraire...

    Ce livre m'a énormément plu, je l'ai lu en très peu temps, ayant beaucoup de mal à m'en détacher. C'est un roman comme on les aime: ceux qui vous entraînent tout de suite, et qui ne vous lâche pas, jusqu'à la fin. Le style est très doux, et je l'ai déjà dit, souvent poétique. J'ai été conquise par cette lecture, et j'espère vraiment pouvoir découvrir d'autres écrits du même auteur.

    Points attribués: 10/10

    Je remercie l'édition De Borée pour cette lecture douce.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire
  • L'affaire de la belle évaporée de J.J. MURPHY

    Edition: Baker Street

    Nombre de pages: 326 pages

    Résumé: 31 décembre, New York, pendant la Prohibition. 

    En compagnie de ses fidèles amis, Woollcott et Benchley, Dorothy Parker fête le nouvel an à l’hôtel Algonquin. La grande star de théâtre et de cinéma, Douglas Fairbanks, y organise une réception dans sa luxueuse suite. Alors que la soirée bat son plein, l’un des invités, le Docteur Hurst, annonce qu’un cas de variole vient d’être détecté, et l’hôtel est mis en quarantaine. Le cauchemar ne s’arrête pas là : quelques heures après le début des festivités, Bibi Bibelot, l’extravagante vedette de Broadway, est retrouvée sans vie dans un bain de champagne.

    Dans une course contre la montre, Dorothy va mener l’enquête, épaulée par Sir Conan Doyle, le célèbre créateur de Sherlock Holmes. Une investigation à huis clos, où personnages réels et fictifs se croisent et se recroisent. D’un étage à l’autre, questions, dilemmes et révélations s’enchaînent et s’entrechoquent, alors que le meurtrier, lui, continue à échapper aux membres du Cercle Vicieux.

    L'affaire de la belle évaporée de J.J. MURPHY

    Mon avis: Dorothy Parker s'ennuie un peu en ce 31 décembre. Enfermé dans un hôtel à cause d'une mise en quarantaine bien embêtante, elle est invitée à la soirée de réveillon de l'un des clients, célèbre acteur du moment.

    Tout aurait pu bien se passer, sans l'arrivée de Bibi Bibelot, vedette de Broadway, aimant se faire remarquer. Très vite, elle est nue dans une baignoire remplie de champagne. Le ton est donné: les années folles sont présentes.

    Accompagnée de son cher ami, Benchley, et de l'insupportable Woolcott (qui ne jure que par le jeu de l'assassin et étant persuadé qu'il est le meilleur détective de l'assistance), elle découvre un autre convive bien intéressant: Sir Conan Doyle.

    Aux 12 coups de minuit, tout le monde quitte la suite pour célébrer la nouvelle année dans le hall de l'hôtel. Tous? Non, car Bibi Bibelot est retrouvée morte dans sa baignoire. Qui a pu commettre ce meurtre?

    Dorothy, accompagnée de ses acolytes, vont tenter de résoudre le mystère.

    Je n'ai jamais lu aucun livre de Sir Conan Doyle. Mais faire apparaître un auteur dans son livre, j'aime beaucoup. Voilà déjà un premier bon point pour ce roman.

    Ensuite, je ne suis pas non plus très fan des enquêtes à la Miss Marple. Pourtant, Dorothy m'a convaincu. Suffisamment intuitive, et finalement sans demander trop d'aide au célèbre écrivain, elle comprend les mystères de l'événement. Second bon point.

    Ensuite, sujet absolument non négligeable pour moi, Miss Parker n'est pas qu'un personnage de fiction! Elle a réellement existé, a réellement vécu pendant un temps à l'hôtel de l'Algonquin, possédait un humour très caustique (comme dans ce roman) et faisait bien partie d'un club se réunissant au même endroit. Voilà sa jolie frimousse.

    L'affaire de la belle évaporée de J.J. MURPHY

    Troisième bon point pour ce roman.

    Pour moi, ces points abordés sont des signes de réussite, aucun doute. L'auteur a su m'intriguer suffisamment pour que je ne repose pas le livre après m'être rendue compte que j'étais tombée dans une enquête digne de Sherlock Holmes. 

    Je n'ai pas eu un grand coup de coeur, bien sûr, mais il faut mettre dans la balance que ce n'est pas mon style préféré de lecture. Ce qui veut dire que tous ceux qui en sont adeptes vont adorer lire ce roman. Je les y encourage vivement!

    Points attribués: 7/10

    Je remercie l'édition Baker Street pour cette enquête.

    Il vous tente?

    Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique