• Les demoiselles de Beaune de Karine LEBERT

    Editions: Presses de la Cité Terres de France

    Nombre de pages: 400 pages

    Résumé: Au XVe siècle, pour enterrer son douloureux secret, Balbine de Joinville va lier son destin à celui des hospices de Beaune. Un drame réaliste et sensible mêlant la petite et la grande Histoire.

    Toute petite déjà, Balbine de Joinville aimait se promener dans les venelles de Beaune. Là, elle pouvait observer l'édification des hospices – les plus beaux de toute la Bourgogne ! – et rêver d'y prodiguer, un jour, des soins aux malades. 

    Mais, en 1454, si la jeune fille choisit de s'enfermer en ces lieux, l'année de ses dix-huit ans, c'est pour enfouir son drame et sa honte. Elle y reste toutefois par passion pour les herbes médicinales. Une passion qui nourrit un talent de thérapeute apprécié du médecin Maric Lambert. Ce dernier, veuf inconsolable, ne cache pas son attirance pour cette soeur hospitalière au lourd secret... 

    Pendant un demi-siècle, le destin tumultueux de Balbine de Joinville s'entremêle à celui des hospices de Beaune à leur apogée, comme les fils de laine d'une tapisserie chatoyante, tableau fidèle de la vie quotidienne d'alors.

    Les demoiselles de Beaune de Karine LEBERT

    Mon avis: Balbine a sept ans lorsque l'on pose la première pierre de l'Hotel-Dieu de Beaunes. Elle sait déjà, à ce moment-là, que sa vie sera liée au bâtiment.

    En grandissant, elle embellit. Et découvre qu'elle est en réalité descendante d'une famille noble. Invitée par son oncle à séjourner sur le domaine familial, elle va y découvrir le luxe que peut procurer de belles étoffes, ou l'expérience d'un bain, ce qu'elle n'a jamais eu dans son univers à elle, plus simple. Mais elle va aussi découvrir la honte et le déshonneur.

    Il lui faudra toute une vie pour se guérir de cela. Elle le fera au service des autres...

    J'ai déjà lu plusieurs livres de Karine lebert. Certains m'avaient plu, d'autres moins. Cette fois-ci, elle nous plonge dans un nouvel univers: celui des hotels-Dieu au XVème siècle.

    L'histoire de Balbine est touchante. Belle jeune fille, dotée d'un bon caractère, et d'un tempérament décidé, elle représente vraiment les héroïnes que j'aime. Elle sait ce qu'elle veut, et fait ce qu'il faut pour l'obtenir. N'est-ce pas, Pampoune?

    Nous avons eu droit à une vue plongeante sur l'univers intérieur de ces établissements. J'y ai découvert les obligations, les restrictions, les règles en vigueur et la difficulté du travail qui y était accompli, avec les moyens médicaux disponibles à cette époque. 

    Karine Lebert connaît visiblement son sujet, et a eu à coeur de nous l'expliquer, grâce à de nombreux détails et explications. J'aime beaucoup, lorsqu'il s'agit d'un roman sur base historique, que l'on me raconte les faits, que l'on me donne des anecdotes, ou qu'on inclue des noms de personnes ayant réellement vécu à cette époque. Loin d'être assommante, cette partie du récit m'a enchanté.

    Pour vous mettre un peu dans l'ambiance de ce roman, voilà trois photos du décor utilisé. Magnifique, n'est-ce pas?

    Les demoiselles de Beaune de Karine LEBERT

    Les demoiselles de Beaune de Karine LEBERT

    Les demoiselles de Beaune de Karine LEBERT 

    Points attribués: 9/10

    Je remercie les Presses de la Cité pour cette lecture hors du commun.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire
  • Les amants de Meaulnes de Lyliane MOSCA

    Editions: Presses de la Cité, Terre de France

    Nombre de pages: 344 pages

    Résumé: 1945. Dans la petite gare d’Ancy, chacun se presse pour accueillir les hommes de retour après la guerre. Celui que Jeannette attend fébrilement, elle ne l’a jamais vu. Maxime et elle se sont échangé des lettres pendant toute la durée du conflit et l’heure est venue pour eux de confronter leurs tendres sentiments à la réalité.

    Amoureux au premier regard, ils décident très vite de se fiancer. Un soulagement pour Jeannette qui se réjouit de quitter la petite maison qu’elle partage avec Rachel, sa mère, à la lisière de la forêt de Maulnes, non loin d’un château abandonné. L’ambiance mystérieuse du lieu a toujours plu à Rachel, guérisseuse, tandis que Jeannette rêve d’une vie moins marginale.

    Aimante mais conflictuelle, la relation mère-fille s’envenime avec la présence de Maxime. D’abord critique, Rachel semble désormais apprécier un peu trop le jeune homme…

    Les amants de Meaulnes de Lyliane MOSCA

    Mon avis: Jeannette a grandi dans l'ombre de sa mère, belle et étrange. Alors quand elle rencontre l'homme de sa vie, elle décide de s'émanciper.

    Ce n'est pas chose facile dans un petit village, et les regards en disent longs, bien plus que des mots finalement. Et pour Jeannette, Rachel devient une rivale qu'il faut éloigner...

    Bien évidemment, les secrets finissent toujours par être dévoilés...

    J'avais déjà lu un premier livre ( la Villa Amarante) de cet auteur. Il m'avait bien plu.

    J'ai retrouvé ici sa plume légère, douce, et ayant la capacité de narrer des événements simples ou dramatiques avec la même poésie. En effet, que l'on parle de mariage, de naissance, d'amour ou de disputes, Lyliane Mosca a le don de nous ouvrir son univers d'une manière paisible.

    J'ai beaucoup aimé le personnage de Rachel, bien qu'elle apparaisse à une certaine période de l'histoire comme étant la mauvaise. Mais à côté de cela, elle est une figure tout à fait particulière. Sombre et magique à la fois. Je regrette un peu son absence dans certains passages, parce qu'elle ajoute la touche de piquant dont le livre a besoin.

    Pour ce qui est du mystère, nous sommes servis dans ce roman. Un amour coupable, une faute, un bébé, et d'autres secrets sont exploités tout au long du roman. De quoi bien s'installer pour savourer cette atmosphère.

    Finalement, Jeannette est le personnage que j'aime le moins. Tendre et dévouée bien sûr, je l'ai trouvé parfois bien niaise, bien effacée face à sa mère ou à son mari. Et je le regrette. J'aurais aimé qu'elle porte un peu plus l'histoire. Mais bon, il fallait bien différents caractères si on ne voulait pas se retrouver avec une histoire explosive.

    Pour terminer, j'ai fortement apprécié l'ajout de la petite atmosphère ésotérique, qui entoure Rachel. Dans un roman de terroir, c'est une grande première. En tout cas, je n'en avais encore jamais lu de ce genre.

    Dans l'ensemble, j'ai encore une fois passé un bon moment en compagnie de l'un des livres de Lyliane Mosca.

    Points attribués: 7/10

    Je remercie l'édition Presses de la Cité pour cette lecture particulière.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire
  • Flora Banks d'Emily BARR

    Edition: Casterman

    Nombre de pages: 384 pages

    Résumé: Flora Banks est atteinte d’amnésie antérograde. Suite à une opération du cerveau à l’âge de dix ans, celle-ci a perdu la mémoire. Toutes les deux heures environ, elle oublie tout, jusqu’à son âge et son prénom. Pour subsister, Flora écrit. Sur des post-it, sur ses mains, sur son carnet, Flora écrit pour se rappeler qui elle est. Alors que ses parents voyagent en France pour une durée indéterminée, Flora embarque dans un avion à destination de l’Alaska. Son idée ? Retrouver Drake. Flora un un souvenir : celui de son baiser.

    Flora Banks d'Emily BARR

    Mon avis : Flora Banks souffre d’un trouble vraiment particulier : Toutes les deux heures, elle oublie tout. Le nom de ses parents, l’adresse de chez elle, bref, tout ce qui fait sa vie quotidienne.

    Jusqu’au jour où l’ex-petit ami de sa meilleure amie l’embrasse… Ca, elle s’en rappelle. C’est la seule chose qui ne s’efface pas… Malheureusement, le lendemain, il est parti vivre à l’étranger, et elle n’est pas près de le revoir.

    Evidemment, son amie le découvre, et lui en veut. Ses parents, partis au chevet de son frère mourant, ne savent qu’elle est, du fait de cette dispute, livrée à elle-même. Mais pour Flora, Peu importe, elle s’accroche au souvenir qui ne s’efface pas.

    Le démarrage du livre m’a intrigué. On comprend bien que le personnage principal tente de rassembler ses souvenirs, qu’elle se trouve à une fête dont elle n’a aucune souvenance. On comprend que quelque chose coince.

    Et puis, ce fameux baiser. Et le fait particulier, sur lequel on insiste beaucoup, c’est que Flora Banks s’en rappelle..

    Je ne vais pas vous le cacher : A part cette répétition perpétuelle de ce dont elle doit se rappeler pour vivre relativement normalement, et le souvenir du baiser, il n’y a pas bien grand-chose d’autre. On dirait une ritournelle sans fin : oubli, rappel, souvenir… Oubli, rappel, souvenir… Oui bien sûr, Flora Banks se prend en main. Oui, elle réagit, même si ce fameux souvenir commence à se déliter lentement, et qu’on se rend compte au final qu’il n’a pas de consistance au final.

    J’avais vu passer ce livre régulièrement sur la blogosphère. Mais comme toujours, je me suis bien gardée d’en lire les avis donnés. Je me disais simplement que puisqu’il apparaissait si souvent, il devait intéressant à découvrir.

    Je suis bien obligée d’avouer que c’est pour moi une déception. Deux ou trois petits ingrédients, qu’on ressert à tous les chapitres, à toutes les sauces, sous tous les tons, ça me fait un peu penser à une fin de mois difficile d’un étudiant en kot : pâtes, pâtes et encore pâtes. Vous voyez ce que je veux dire ?

    Bref, pour moi, c’est une déception.

    Points attribués : 6/10

    Je remercie l’édition Casterman pour cette lecture amnésique.

    Il vous tente ?

    Pin It

    votre commentaire
  • Monsieur Jean a un plan de Thomas MONTASSER

    Editions: Presses de la cité 

    Nombre de pages: 234 pages

    Résumé: Le room service ne répond plus.

    Monsieur Jean est concierge de nuit au grand hôtel Tour au Lac de Zurich, ou plutôt il était concierge, car l'heure de la retraite a sonné. Lui qui ne vivait que pour l'hôtel va devoir réapprendre à dormir la nuit et à occuper ses journées. Mais Monsieur Jean n'est pas du genre à rester inactif et donner un coup de pouce discret au destin des gens est ce qu'il sait faire de mieux. Dans l'immédiat, il a donc encore quelques projets sur le feu : réconcilier deux anciennes ballerines fâchées depuis plus de trente ans, offrir des fleurs à la concierge esseulée, remettre un pickpocket sur le droit chemin ou aider une jeune femme à ouvrir son café... On aimerait tous avoir un Monsieur Jean dans notre vie.

    Monsieur Jean a un plan de Thomas MONTASSER

    Mon avis: Monsieur Jean se retrouve à la retraite. Il n'a pas l'habitude de vivre le jour, lui qui a toujours travaillé de nuit. Il était concierge dans un grand hôtel, habitué à prendre des milles et unes demandes des clients.

    Et là, tout d'un coup, il se demande ce qu'il va bien pouvoir faire de sa vie.

    Mais le hasard fait parfois bien les choses....

    Ce Monsieur Jean est un homme que chacun voudrait avoir dans sa vie. Discret, attentif, il a des idées plein la tête. Surtout quand il s'agit d'améliorer le quotidien de son entourage. 

    Vous avez déjà les livres si célèbres maintenant, ayant un chat sur leur couverture, d'un certain Gilles Legardinier? Eh bien, ce livre-ci est de la même trempe. Ils sont composés de petits rien, de situations qu'on connaît tous, et de petits coups de pouce qui arrangent tout. 

    Ce roman ne paie pas de mine. Il est plus petit qu'un grand format, contient moins de pages qu'un roman d'aventures digne de ce nom, n'a pas une couverture hors du commun. Et pourtant... dans ses pages se trouvent une magie qui fait battre le coeur, tout simplement. Celle qu'on ne voit pas venir, qui n'a pas besoin de tambour pour l'annoncer.

    J'adore ce genre de roman feel good. Ces histoires qui nous font en la beauté du caractère humain, qui nous donne envie de voir les choses d'une autre façon.

    Vous allez dire que je m'enflamme, que je déraisonne. Mais non.. Je vous assure que si un jour vous avez un coup de cafard, ce livre vous en sortira, je vous le promets.

    Points attribués: 10/10

    Je remercie l'édition Presses de la Cité pour cette lecture adorable.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire
  • Le marié de la Saint jean d'Yves VIOLLIER

    Edition: Presses de la Cité

    Nombre de pages: 299 pages

    Résumé: J'ai sa photo, là, sur mon coeur. 

    1977. Au coeur des trois jours et des trois nuits de juin qui précèdent son mariage, Zhida, jeune médecin, revit sa rencontre au lycée de Luçon avec la rousse Gabrielle. Et tandis qu'on cuisine et tend les nappes, il se rappelle son enfance éblouie au Cambodge puis l'exil, quand son père l'envoie en pension en France, à huit ans, avec son petit frère. Il se souvient des retours à Phnom Penh, l'été, et de ceux qui l'ont accueilli, petit garçon et adolescent, en France. Il rêve de sa mère disparue dans les ténèbres de la barbarie khmère. Et il attend son père dont il n'a cessé

    de chercher la reconnaissance et l'affection. Demain, tous ceux qui ont fait de sa vie un destin seront réunis, en cortège, autour de lui et de Gabrielle. Même l'absente.

    Le marié de la Saint jean d'Yves VIOLLIER

    Mon avis: Zhida voit le plus jour de sa vie arriver: celui de son mariage avec Gabrielle.

    Pendant la période de préparatifs, dans sa belle-famille, il se remémore son passé.

    Chinois élevé au Cambodge par un père médecin et une mère sage-femme, il est ensuite envoyé, avec son jeune frère, en France, afin d'y faire ses études. Une déchirure énorme.. Surtout que la vie au Cambodge est de plus en plus difficile et que sa famille n'en sortira pas entièrement indemne..

    Dans ce roman, Yves Viollier nous fait à nouveau toute sa douceur. Il a su rendre les souvenirs de Zhida tellement réels et ses émotions tellement fortes, que l'on peut se demander s'il ne s'agit pas là d'un véritable récit biographique....

    J'avais déjà lu un de ses romans (les pêches de vigne), et déjà avec celui-là, j'avais été touchée par la poésie qui parsemait les pages. Il y a, dans cette façon d'écrire, une invitation au rêve et à la détente.

    Bien sûr, tout ce que raconte Zhida n'est pas rose, loin de là. Après tout, la situation au Cambodge dans les années 60 était loin d'être paradisiaque! Entre la misère, la révolution Khmère, et le danger, il y a de quoi s'inquiéter. Et c'est que l'on ressent, rétrospectivement, quand le jeune homme revient sur ces années perdues, celles pendant lesquelles il n'a pas pu intervenir pour sauver sa mère.

    Mais à côté de cela, il y a le mariage avec Gabrielle. Gabrielle, et sa joie de vivre. Et là, en Vendée, on prépare des noces comme il se doit, à l'ancienne, avec toutes sortes de traditions. On se trouve entouré d'une famille aimante, d'un futur beau-père rude mais au coeur gros comme ça. De futurs beaux-frères prêts à l'adopter, lui et ses traditions. On ne fait pas les choses à moitié. Et c'est le bonheur sans nuage.

    Ce roman n'est pas un coup de coeur (l'est-ce pour Pampoune, ma binôme?), mais je dois dire que j'ai passé un très agréable moment de lecture.

    Points attribués: 7/10

    Je remercie l'édition Presses de la Cité pour cette lecture douce.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique