• A la belle marquise de Gérard GEORGES

    Edition: Presses de la Cité, Terres de France

    Nombre de pages: 314 pages

    Résumé: Début des années 1900, à Royat. Comment une petite fabrique artisanale de chocolats devient une entreprise au succès florissant, grâce à l'alliance d'une fille de confiseur et d'un jeune ingénieur des mines.

    En 1889, ce n'était encore qu'un très modeste moulin-chocolaterie. Mais Auguste et Clémentine Roussel, jeunes mariés, ont des idées et de l'ambition. Lui, ingénieur des Mines, a pour réputation de réussir tout ce qu'il entreprend. Elle, fille d'un confiseur réputé de Royat, a su depuis toute petite aiguiser son palais. Guimauves, pralines, dragées et autres douceurs n'ont aucun secret pour elle. Conjuguant leurs talents, Auguste fait le serment de créer « le meilleur chocolat de toute la contrée », aux arômes et épices subtils... 

    Comment, en une dizaine d'années, leur modeste entreprise artisanale deviendra-t-elle la florissante enseigne A la Belle Marquise, qui jusqu'à Paris et à l'étranger, fera le bonheur des gourmands et des célébrités ? 

    A la belle marquise de Gérard GEORGES 

    Mon avis: Auguste Roussel est parti de rien, petit habitant du fond de la Creuse, une région rurale de France. Grâce à des soutiens, il est devenu quelqu'un en vue. Une action énergique lui vaudra d'être reconnu.

    C'est alors que son destin se trouve scellé à celui de Clémentine, fille de chocolatier. Ensemble, ils lanceront une ligne de chocolats, qui deviendra nationalement connue....

    Tout d'abord, je dois dire qu'en lisant ce livre, j'ai eu envie de chocolat durant 300 pages!! Ma gourmandise en a pris un coup hihi

    Ce roman se lit vite, comme une friandise de fin de journée. Le rythme est léger et agréable. L'auteur instille de l'humour et de la douceur dans son récit. Les personnages principaux sont dotés de nombreuses qualités, et font preuve d'intelligence. C'est rafraîchissant.

    Cette histoire, romancée, est basée sur celle, réelle cette fois, d'un couple ayant réellement existé, et d'une chocolaterie qui a eu une belle renommée. Il s'agissait d'Auguste et Clémentine Rouzaud. Je n'ai malheureusement pas trouvé de portraits à vous montrer.

    Ensemble, ils lancèrent la chocolaterie de Royat, plus tard appelée La marquise de Sévigné (pour une raison exposée dans le roman, je vous en laisse la surprise).

    A la belle marquise de Gérard GEORGES

    Aujourd'hui, la marque de chocolats existe toujours. Si comme moi, vous aimez le chocolat, voilà leur site officiel, histoire de se laisser tenter (cliquez sur la photo).

    A la belle marquise de Gérard GEORGES

    Dans ce roman, il y a également toute une galerie de personnages connus qui viennent pointer le bout de leur nez. Vous savez que j'aime toujours me documenter, lorsqu'il s'agit d'un roman historique. Eh bien, je dois bien avouer que je suis aux anges, car hormis le changement de nom de famille des chocolatiers, et la création de leur homme de confiance, l'auteur s'est reposé entièrement sur l'Histoire, avec un grand H. Il lui aura ajouté une touche de romantisme, et un soupçon d'aventures. Juste ce qu'il fallait pour que ce livre soit agréable, à tous les points de vue.

    J'ai passé un très très bon moment de lecture. Je ne connaissais pas l'auteur, mais je pense que je vais me pencher sur sa bibliographie.

    Points attribués: 9/10

    Je remercie Les Presses de la Cité pour cette lecture gourmande.

    Il vous tente?

     

    Pin It

    2 commentaires
  • La dernière expérience d'Annelie WEINDEBERG

    Edition: Presses de la Cité

    Nombres de pages: 304 pages

    Résumé: Après une première enquête menée avec Sherlock Holmes (voir Le Diable de la Tamise), Anna Kronberg s'est retirée dans son cottage du Sussex. La jeune femme médecin pensait qu'elle et son célèbre coéquipier étaient parvenus à annihiler une organisation secrète qui expérimentait des bactéries pour en faire des armes de guerre. Mais le professeur Moriarty, véritable dirigeant de l'organisation, a survécu. Et il a décidé d'utiliser Anna pour entamer des recherches sur la peste... 

    Pour arriver à ses fins, Moriarty kidnappe Anna ainsi que son père. Si la jeune femme veut revoir ce dernier en vie, elle devra obéir. Vivant désormais sous haute surveillance entre la demeure luxueuse de son geôlier à Londres et un entrepôt où elle réalise ses expériences, Anna tente de trouver un moyen pour prendre contact avec Holmes. Alors qu'elle fomente le meurtre de Moriarty, une relation ambiguë s'instaure avec cet homme violent, manipulateur et effrayant.

    La dernière expérience d'Annelie WEINDEBERG

    Mon avis: Anna Kronberg a quitté Londres. Elle s'est réfugiée dans une petite maison isolée, dans un village peu peuplé. Elle soigne les habitants, et vit une vie tranquille.

    Jusqu'à ce que son passé refasse surface, et la ramène douloureusement en arrière. Cette fois encore, le danger est bien réel, et l'intelligence d'Anna et de Sherlock sont nécessaires pour arriver à renverser une situation périlleuse.

    Anna va craindre pour sa vie, et Sherlock va encore une fois démontrer ces talents d'enquêteur...

    J'avais lu le premier tome, et j'en avais été ravie!!!

    Pour vous rappeler ce que j'en pensais, cliquez sur la couverture

    La dernière expérience d'Annelie WEINDEBERG

    Anna est décidément un personnage féminin très particulier! En cette époque victorienne, il est bien rare de voir des femmes avec un tel tempérament. Elle est décidée, intelligente, observatrice, et démontre des talents hors du commun. Elle pratique la médecine, ce qui est un fait rarissime à son époque, et possède une très bonne mémoire.

    Que voulez-vous, je ne peux qu'apprécier ce personnage!! Elle a tout ce qu'il faut pour cela!

    Cette fois, Sherlock Holmes a une moins grande place dans le roman, puisqu'il fasse de belles apparitions. Il est toujours le même: caustique, sérieux, passionné, et surtout surtout, fin détective. Evidemment... Il donne du piquant au récit, et permettre de faire rebondir régulièrement l'histoire, quand elle a besoin de prendre un peu de souffle.

    Mais l'ensemble ou presque de l'intrigue repose sur les épaules de la jeune femme. Un véritable fou travaille sur l'éventualité d'une future guerre bactériologique, et a, pour mener à bien son entreprise, décidé d'enlever Anna dans son village, afin de s'assurer ses services. Par tous les moyens... Il n'hésite devant rien, et la demoiselle se trouve confrontée à des dilemmes très sérieux, pouvant entraîner de graves conséquences.

    Le fond de l'histoire, l'ennemi principal, est encore plus grandiose que dans le tome précédent. L'auteur joue magnifiquement sur les mystères, et les indices. Elle donne juste de quoi se torturer les méninges. Ce qui donne, bien sûr, l'envie de lire le chapitre suivant. Histoire de voir si on a bien compris.

    Quant aux décors, ils sont vraiment à mon goût. Un manoir, des manières, des tenues d'une époque que j'aime énormément. Je me suis plongée dans cette lecture avec grand plaisir, en ayant déjà en tête le bon moment que j'avais passé avec le précédent tome.

    J'espère, vraiment, qu'il y aura d'autres suites. Et que je verrai Anna et Sherlock interagir à nouveau ensemble. C'est un duo tout à fait détonnant, et à la fois très attachant. Je suis conquise. Encore une fois.

    Points attribués: 9/10

    Je remercie l'édition Presses de la Cité pour cette lecture anglaise.

    Il vous tente?

    Pin It

    2 commentaires
  • Le trésor du papillon de fer de David GLOMOT

    Edition: De Borée

    Nombre de pages: 301 pages

    Résumé: Padraig, géant roux irlandais, est un jeune contrebandier qui croupit dans une prison anglaise. Auprès de Tull, son geôlier, ancien corsaire, il découvre l'existence d'un fabuleux butin de pirates. Ce trésor, en plus d'une belle quantité de métal précieux, recèlerait un mystérieux livre écrit par un conquistador, ancêtre de Padraig. Suivez les aventures du contrebandier et de ses complices Jethro l'affranchi, Lizzy la prostituée et Salamander le forban sur la piste du papillon de fer. Rôdez sur le port de Bristol, traversez l'Atlantique, affrontez les jungles des Caraïbes et les forêts du Canada, espionnez des sorcières sur la lande galloise et échappez aux chasseurs de primes et aux corsaires. Découvrez, enfin, Londres en plein cataclysme, en cette terrible année 1666 où la ville s'est embrasée... Aurez-vous le courage de vous embarquer à la recherche du fameux Livre de raison ?

    Le trésor du papillon de fer de David GLOMOT

    Mon avis: Quand Padraig atterrit dans sa prison anglaise, il est loin de se douter que l'aventure est de l'autre côté de la grille. Et pourtant, voilà que son geôlier se déclare intrigué par son nom de famille, similaire à celui de l'auteur d'un livre qu'il a lu dans le passé.

    Un livre parlant d'un trésor, trouvé sur un navire piraté. Et quand Tull lui propose de le laisser s'évader, en échange de sa promesse de se lancer à sa recherche, Padraig se dit que de toute façon, il n'a rien à perdre.

    Commence alors une chasse au trésor digne de ce nom. En premier lieu, il s'agit de localiser ce fameux livre, et de le récupérer...

    Le thème est attrayant, l'époque agréable, les personnages hauts en couleur. Ce livre aurait tout pour plaire. Tout pour faire un magnifique roman d'aventures...

    Oui MAIS..

    Ben oui, vous le voyiez venir, non?

    J'adorais l'idée de suivre les personnages, pas à pas, dans leurs recherches et leurs découvertes. D'écouteur leurs pensées et leurs déductions. De tout voir et tout entendre.

    La première partie m'a plu. On plante le décor, on explique l'histoire de ce fameux livre, on en trace le parcours. Et ça, j'adore. Même si, déjà, un couac: des sauts dans le temps qui ne sont pas balisés. Du coup, en plein milieu d'une explication, nous voilà partis dans le passé, sans qu'on s'y attende. C'est assez perturbant pour suivre le récit. Mais bon, poursuivons.

    Les personnages eux-mêmes sont particuliers. D'anciens pirates, un géant roux, un corsaire reconverti, une prostituée belle et intelligente, il y a en a pour tous les goûts. Mais j'ai été déçue par leurs réactions, souvent bien décalées par rapport à ce qu'il se passe autour d'eux.

    Je dois quand même laisser que certaines scènes sont énormes, et remarquablement bien montées. Il y a du grandiose!

    Malgré tout, je n'ai pas été conquise, et j'arrêterai donc cette série (oui oui, c'en est une) là.

    Points attribués: 6/10

    Je remercie l'édition De Borée pour cette lecture de pirates.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire
  • Wanda de Madeleine Mansiet-Berthaud

    Edition: Presses de la Cité

    Nombre de pages: 455 pages

    Résumé: En Australie, au XXe siècle. La destinée bouleversante de Wanda, née d’une mère aborigène et d’un Père blanc qu’elle n’a jamais connu. Rejetée par son peuple, arrachée à sa culture pour devenir domestique dans une famille de Blancs, la jeune métisse se retrouve un jour face à son père. Mais la vengeance guérit-elle d’un passé de souffrances ?

    Wanda de Madeleine Mansiet-Berthaud

    Mon avis: Wanda est née dans une réserve, d'une mère aborigène, et d'un père blanc. Ce mélange est mal vu, autant d'un côté que de l'autre. Mais elle s'y habitue. Elle pourrait vivre comme ça.

    Mais le jour où la loi des blancs décide que les enfants métissés doivent être séparés de leur mère, et emmener dans des missions afin d'apprendre à s'insérer dans la société, c'est la déchirure. 

    Wanda va vivre ses années difficilement, et en garder une rancoeur, et un manque. Le jour où elle est assez grande pour aller travailler sur une exploitation, elle n'a d'autre choix que de se plier aux ordres.

    Pendant ce temps, en France, une jeune famille se prépare à partir en Australie, encouragé par un un oncle y ayant déjà émigré. Le fait parfois bien les choses, quand il fait se croiser Wanda et cette famille aimante. Il travaille beaucoup moins bien quand la jeune femme décide de se venger de ses années manquées...

    Je dois bien vous avouer que j'ai eu beaucoup de mal avec ce livre.

    Wanda est un beau personnage, et c'est, de loin, celui que j'ai préféré. Son caractère fort, et sa ténacité sont exemplaires.

    Là où je coince, c'est sur la trame de l'histoire. J'avais déjà eu le même souci avec un autre roman du même auteur (Bleu gentiane). C'est décousu, il y a de grands blancs, des manques dans l'histoire. Et bien souvent, je me suis demandé où l'auteur voulait aller. 

    Pas de repères, ou trop peu, dans le temps, et des personnages qui disparaissent sans explications, avant de réapparaître de façon éphémère, avant de disparaître à nouveau, toujours sans explication. J'ai eu l'impression que l'auteur ne savait pas trop quoi en faire. Histoire de boucler l'ensemble, ils font une brève apparition. Plus tard, une explication trop succincte, et c'est tout. 

    L'Australie, et les aborigènes étaient pourtant des ingrédients pour faire un beau roman. Mais je suis bien obligée de dire que je suis restée sur le quai, je n'ai pas voyagé. Trop peu de descriptions que j'espérais, peu de dépaysement.... Et une façon trop sereine d'appréhender les événements, pourtant parfois dramatiques.

    Bref, je n'en ai pas retiré grand chose. Je l'ai lu jusqu'au bout, mais c'est uniquement pour  en avoir une idée complète, et objective.

    Points attribués: 5/10

    Je remercie les Presses de la Cité pour cette lecture australienne.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire
  • La marquise aux poisons de Guillaume LENOIR

    Edition: Evidence éditions

    Nombre de pages: 234 pages

    Résumé: Le parcours de l'une des criminelles les plus célèbres de l'Histoire. Dévorée par son amour pour le chevalier de Sainte-Croix, Marie-Madeleine d'Aubray, marquise de Brinvilliers, mène un train de vie dispendieux. Prête à tout pour satisfaire les goûts de luxe de son amant, et manipulée par un homme sans scrupules, elle sera emportée dans un engrenage meurtrier, marquant d'un voile noir le règne du Roi Soleil.

    La marquise aux poisons de Guillaume LENOIR

    Mon avis: Marie-Madeleine d'Aubray, marquise de Brinvilliers est amoureuse. Mais pas de son mari. Hélas, son amant la ruine, peu à peu. Pour renflouer ses comptes, Marie-Madeleine n'a pas beaucoup de solutions. Elle se résout donc à empoisonner son propre père, espérant ainsi hériter d'une somme suffisamment conséquente pour se remettre à flot. Ce sera le début de la descente aux enfers...

    Cette jeune femme aura fait parler d'elle à son époque. Le tout-Paris parlera de l'empoisonneuse, celle qui a fait mourir plusieurs personnes, dont certains membres de sa famille. Elle finira la tête tranchée, après une fuite à travers l'Europe. 

    Le thème, historique, m'a intéressé lorsque j'ai vu ce livre dans le catalogue de l'édition Evidence. Je ne connaissais pas l'auteur, ni sa plume. Je ne savais encore rien non plus du personnage principal. Je partais donc dans l'inconnu total. 

    L'aventure m'a ravie! L'histoire de Marie-Madeleine est relatée de façon agréable. Mêlant faits véridiques (j'ai vérifié hihi) à des dialogues permettant de rendre plus réels cette dame et son entourage, l'auteur a ouvert pour moi les portes de la maison de l'empoisonneuse, m'a permis de faire un  bond dans l'Histoire.

    Je me suis laissée porter par le récit. Au fur et à mesure de ma lecture, j'ai, comme toujours, vérifié si les données historiques données sont vérifiables. Et elles le sont, ce qui est un énooorme point positif pour ce livre.

    je suis vraiment très contente d'avoir pu découvrir cet auteur, et son livre. Et j'espère vraiment qu'il pourra se faire connaître à sa juste valeur. Je lui souhaite découvrir d'autres écrits de sa plume, qui m'a vraiment plu hihi.

    En petit bonus, je vous joins quelques photos, pour vous donner envie de découvrir cette histoire.

    Le portrait de cette dame, le jour de son exécution

    La marquise aux poisons de Guillaume LENOIR

    La porte d'entrée de l'hôtel particulier des Brinvilliers

    La marquise aux poisons de Guillaume LENOIR

    Et enfin, une photo du château familial, aujourd'hui à l'abandon

    La marquise aux poisons de Guillaume LENOIR

    Je remercie l'édition Evidence pour cette lecture sulfureuse.

    Points attribués: 9/10

    Il vous tente?

    La marquise aux poisons de Guillaume LENOIR

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique