• Résumé: « François pensa : si elle commande un déca, je me lève et je m’en vais. C’est la boisson la moins
    conviviale qui soit. Un thé, ce n’est guère mieux. On sent qu’on va passer des dimanches après-midi
    à regarder la télévision. Ou pire : chez les beaux-parents. Finalement, il se dit qu’un jus, ça serait bien. Oui, un jus, c’est sympathique. C’est convivial et pas trop agressif. On sent la fille douce et équilibrée. Mais quel jus ? Mieux vaut esquiver les grands classiques : évitons la pomme ou l’orange, trop vu. Il faut être un tout petit peu original, sans être toutefois excentrique. La papaye
    ou la goyave, ça fait peur. Le jus d’abricot, c’est parfait. Si elle choisit ça, je l’épouse…
    - Je vais prendre un jus… Un jus d’abricot, je crois, répondit Nathalie. Il la regarda comme si elle était une effraction de la réalité ». La délicatesse a obtenu neuf prix littéraires et été traduit dans plus de quinze langues.


    Mon avis: Ecrit sur un style léger et aérien, ce livre m'a bien plu.

    C'est une histoire finalement assez banale, qui relie quelques personnages l'un à l'autre.

    Nathalie a des idées et des pensées parfois douces, belles, mais aussi tout à fait saugrenues.
    Markus, lui, pense toujours au plus simple, au plus pragmatique.
    Mais finalement, ils se ressemblent tellement. J'ai apprécié ces deux personnages.
    Richard, le patron de Nathalie, par contre, m'a décontenancée. Il a des réactions bizarres parfois, même s'il finit par s'en expliquer.

    C'est un livre qui se lit rapidement, et sans vraiment avoir besoin de concentration. Un joli intermède en tout cas.

    Points attribués: 7/10


    Ce livre faisait l'objet d'une lecture avec Langue Déliée.(Cliquez sur son nom pour être redirigé sur son blog ). Voila donc le lien de sa chronique
    C'était ma seconde lecture commune, et j'ai beaucoup apprécié. Peut-être en ferons nous une autre plus tard?

    Ce livre entre également en ligne de compte pour le challenge Pal 2014



    Pin It

    2 commentaires


  • Résumé: "Vos quatre grands parents sont-ils français ? me demanda le-monsieur-de-derrière-le-comptoir."

    Cette question, on l'avait posée pour la dernière fois à des gens qui devaient bientôt monter dans un train, venant de Pithiviers, de Beaune-la-Rolande ou du Vel d'Hiv... et cela suffit à raviver en moi le souvenir de mon grand-père, Paul Rosenberg, ami et conseiller des peintres, dont la galerie se trouvait 21 rue La Boétie.

    Attirée, malgré moi, par cette adresse et par l'histoire tragique qui y est attachée, j'ai eu soudain envie de revisiter ma légende familiale. Je me suis plongée dans les archives. J'ai voulu comprendre l'itinéraire de ce grand-père lumineux, intime de Picasso, de Braque, de Matisse, de Léger, devenu paria sous Vichy.

    Ce grand-père fut un grand marchand. A Paris jusqu'en 1940, puis exilé à New York pendant la guerre. Il était français, juif et amoureux des arts.

    Ce livre raconte son histoire – qui, indirectement, est aussi la mienne."


    Mon avis: Bien que ce soit un sujet qui m'intéresse en général, je suis cette fois restée sur ma faim. 
    Le thème de la seconde guerre et des déportations est à peine touché.

    Par contre, nous en connaissons un peu plus sur la vie de Pablo Picasso et du galeriste Paul Rosenberg.

    J'ai été intéressée par le lien développé entre ces deux personnages, bien singulier en réalité.
    Mais j'ai été plutôt déçue du nombre de sujets a peine effleurés et qui m'ont donc laissé sur ma faim.
    J'ai trouvé qu'il manquait de chronologie, et de clarté.

    Bref, bien qu'il ne fasse que 170 pages, j'ai trouvé ce livre lourd.

    Points attribués :5/10

    Petite note: L'auteur de ce livre, Anne Sinclair, n'est autre que...


    Pin It

    votre commentaire

  • résuméLorsque la petite mercière d’Arras découvre qu’elle a gagné 18 millions à la loterie et qu’elle peut désormais s’offrir tout ce qu’elle veut, elle n’a qu’une crainte : perdre cette vie modeste faite de bonheurs simples qu’elle chérit par-dessus tout. Mais le destin est obstiné, et c’est en renonçant trop longtemps à cette bonne fortune qu’elle va déclencher, bien malgré elle, un ouragan qui va tout changer. Tout, sauf elle.

    Mon avis: Un tout petit livre, de 130 pages tout juste.
    Et pourtant, j'ai trouvé qu'il avait tellement d'importance. Cela faisait un moment que j'en entendais parler, en bien. Et finalement, ayant eu l'opportunité de l'avoir entre les mains, je me suis lancée. 
    Et je n'ai pas regretté le voyage.

    Jocelyne tient une mercerie. Tout est douceur chez elle, de son style à ses idées. Romanesque, douce, gentille, elle est adorable dès les premières pages.
    Jocelyn, son époux, est la figure masculine par excellence: un peu absent, avec ses manies.

    Et tout à coup, Jocelyne est bouleversée, perdue.... pas tant que ça finalement peut-être. Elle se met à créer des listes, qui regroupent ses envies et ses besoins bien simples finalement..

    Et tout fait pour qu'on aspire à son bonheur, à ce qu'elle trouve une solution.

    Je ne dévoilerai pas la fin de l'histoire, car après tout, où serait le plaisir de le lire sinon?
    Toujours est-il que vraiment, ce livre va faire partie, je pense, de mes coups de coeur 2014

    Points attribués :10/10

    Pin It

    2 commentaires

  • La petite librairie d’Emma va mal, mais ce sera bientôt de l’histoire ancienne : la visite de la célébrissime Stephanie Meyer va lui apporter la gloire ! Sauf que la rencontre tourne mal… Dépités, Emma et les siens, tous déguisés pour l’occasion, rentrent chez eux. En chemin, ils croisent une étrange vieille dame qui leur jette un sort : chacun se retrouve propulsé dans la peau du personnage dont il porte le costume… Afin de briser le sortilège, il faut retrouver la vieille femme. Mais, pour cela, il faudra d’abord retrouver l’esprit d’équipe !

    Mon avis: J'ai vraiment apprécié le côté humoristique de ce livre.

    Une famille désunie se retrouve soudain prise dans maëlstrom d'évènements plus surprenants les uns que les autres.
    Ces quatre personnes, accompagnées de deux personnages secondaires, sont plus attachants les uns que les autres!! Ils ont chacun leur caractère, et même si Fée, l'adolescente, prétend ne pas ressembler à sa mère, les caractères sont pourtant bien semblables.
    Max, quant à lui, jeune adolescent également, est tout à fait remarquable pour son amour de la lecture et sa culture développée.

    Oui je sais, les ados ne sont pas souvent comme ca en vrai. Mais bon, il en existe tout de même, et c'est ce qui me fait l'apprécier encore plus.

    Le père, Frank, est un homme bon au fond. Même s'il a perdu de vue sa famille. 
    Et enfin, Emma, la maman, déborde de jolies métaphores dans ses récits, et j'ai adoré ca!

    Il n'empêche que le côté fantastique donné à cette histoire m'a déplu. J'ai trouvé que, du coup, la trame n'était plus aussi nette, et m'a fait dérivé vers des situations tout à fait imaginaires. Les nombreuses références à La Momie ou au film Dracula faisaient vraiment "clichés", et j'ai beaucoup moins apprécié.

    C'est dommage.

    Points attribués: 6/10

    Pin It

    votre commentaire



  • Janvier 1916. Dans le village de Val-Jalbert sur les bords du lac Saint-Jean au cœur de la forêt québécoise, une religieuse découvre un bébé abandonné dans un ballot de fourrures, sur le perron enneigé du couvent-école. D'où vient ce poupon aux yeux si bleus, qui porte le nom de Marie-Hermine, comme en témoigne une courte lettre cachée dans ses vêtements ? L'enfant sera élevée et instruite par les sœurs du Bon-Conseil et souvent confiée à une jeune mère des environs, Élisabeth Marois. Dotée d'une voix exceptionnelle, au fil des années, l'orpheline gagnera le surnom de « rossignol des neiges »...


    Marie-Bernadette Dupuy nous offre ici une très belle histoire d'amour documentée et puissante, empreinte du souffle glacé des longs hivers québécois, qui se déroule dans une région où rien ne doit mourir, rien ne doit changer...


    Mon avis: Malgré ses 650 pages, c'est un livre que j'ai lu rapidement. L'histoire est bien écrite, légère et émouvante à la fois.

    Tout se passe au Québec, entre les années 1916 et 1932. 

    L'histoire dans un village, baptisé Val-Jalbert. J'ai apprécié particulièrement que l'auteur a fait des recherches historiques pour implanter son roman. Des petites notes en bas de page recadrent l'histoire dans des évènements réels.

    Hermine est un personnage vraiment attachant. C'est le personnage principal, mais autour d'elle gravitent toutes sortes de personnes hautes en couleur, ou simplement doux à entendre.

    Cette jeune fille passera pas mal d'épreuves finalement, tout en restant simple.
    Certains passages m'ont semblé un peu mièvre, mais finalement, cela passe bien tout de même.
    Je lirai les autres tomes avec plaisir.

    Points attribués: 8/10

    Cette lecture rentre en ligne de compte pour mon challenge 2014. 

    Pin It

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique