• In my mailbox (163)

    Hello gentes dames et damoiseaux!!

    Je suis en mode cool hihi (vacances oblige)

    Je vous montre ce que j'ai reçu cette semaine?

    D'abord, de Nathan jeunesse, de quoi faire trépigner ma fille

    In my mailbox (163)

    Bilal a un parcours hors du commun : issu d'un milieu peu tourné vers la culture, rien ne le destinait à la danse. Externe, il vit un peu en marge de ses amis, gardant une certaine part de mystère sous ses dehors bravaches et rigolos. Harcelé par ses anciens copains à l’extérieur, il garde tout pour lui et ne raconte même pas à son meilleur ami Colas que son père méprise son choix. Ses amis pourront-ils l’aider à faire face à l’hostilité des autres ? Réussira-t-il à convaincre son père que la danse est un métier ?

    In my mailbox (163)

    Dans le sauvage pays d’Écosse, terre de fées et de légendes, vivait un jeune homme appelé James. Il devait épouser Effie, mais ignorait qu’elle n’était pas la seule à l’aimer : au cœur de la forêt profonde, une Sylphide, un être magique, rêvait à lui en secret.

    In my mailbox (163)

    Le prince Siegfried doit choisir une épouse lors du grand bal donné pour son anniversaire. La nuit qui précède le bal, il sort et aperçoit une nuée de cygnes près du lac. Il s’apprête à tirer mais arrête son geste : devant lui se tient une magnifique femme vêtue de plumes blanches. Odette lui raconte son histoire. Elle a été ensorcelée par Von Rothbart : femme la nuit, elle se transforme en cygne le jour. Pour la délivrer, Siegfried, éperdument amoureux, devra l’épouser.

    L'édition Presses de la Cité m'a envoyé deux romans également.

    In my mailbox (163)

    Grasse, en 1920. Alors que l'industrie de la parfumerie atteint son apogée, intrigues et passions bouleversent l'univers secret des producteurs de roses Centifolia, la rose de mai, aux fragrances si rares. Hélène et Elvire Rabuis, jumelles, filles de forgeron, rousses comme le feu et l'orge, ont souffert durant leur enfance de la pauvreté.

    Elles décident un jour d'user de leur intelligence et de leur beauté pour réussir. Elvire se fait embaucher chez Albert Maillan, le principal producteur de roses du pays. Celui-ci, rêveur et poète, tente de percer les mystères de cette fleur fascinante. Ses recherches éblouissent l'ensemble de la profession. Ambitieuses et jalouses, les jumelles imaginent une machination diabolique afin de capter les propriétés, les inventions et la richesse d'Albert Maillan.

    In my mailbox (163)

    Début des années 1900, à Royat. Comment une petite fabrique artisanale de chocolats devient une entreprise au succès florissant, grâce à l'alliance d'une fille de confiseur et d'un jeune ingénieur des mines. 

    En 1889, ce n'était encore qu'un très modeste moulin-chocolaterie. Mais Auguste et Clémentine Roussel, jeunes mariés, ont des idées et de l'ambition. Lui, ingénieur des Mines, a pour réputation de réussir tout ce qu'il entreprend. Elle, fille d'un confiseur réputé de Royat, a su depuis toute petite aiguiser son palais. Guimauves, pralines, dragées et autres douceurs n'ont aucun secret pour elle. Conjuguant leurs talents, Auguste fait le serment de créer « le meilleur chocolat de toute la contrée », aux arômes et épices subtils... 

    Comment, en une dizaine d'années, leur modeste entreprise artisanale deviendra-t-elle la florissante enseigne A la Belle Marquise, qui jusqu'à Paris et à l'étranger, fera le bonheur des gourmands et des célébrités ?

    Et puis je me suis fait une petite folie

    In my mailbox (163)

    Alfie Bloom est un garçon ordinaire, jusqu’au jour où il reçoit un héritage inattendu : un château ! Et pas n’importe lequel, le château d’Hexbridge, un endroit bizarre où les majordomes ont de bien étranges pouvoirs et où les peaux d’ours peuvent voler. Le garçon y découvre bien vite que les circonstances de sa naissance font de lui l’unique gardien d’une magie vieille de plusieurs siècles. Avec l’aide de ses cousins, Maddie et Robin, il devra tout faire pour la contrôler et la protéger des forces obscures qui veulent s’en emparer.

    Pin It

    4 commentaires
  • Bye bye bollywood de Hélène COUTURIER

    Edition: Syros

    Nombre de pages: 213 pages

    Résumé: Quand ma mère nous a annoncé qu’on partait en vacances en Inde, ma sœur s’est direct imaginée en mode « Bollywood », façon princesse indienne. Plus mesurée, j'ai pensé que j'avais la meilleure maman du monde, ce qui n’arrive pas souvent. Puis j’ai compris qu'elle nous emmenait dans un ashram. Traduction : délire yoga-méditation, riz complet et partage des tâches ménagères ! Ça m’a anéantie. Et encore, j’ignorais qu’une fois là-bas, il n’y aurait pas de réseau et que le seul jeune de mon âge, Jésus, serait un matheux sans pitié. Mais…… Comme le dit le proverbe indien : « Tant qu’il y a de l’amour, tout est possible »

    Bye bye bollywood de Hélène COUTURIER

    Mon avis: Quand Nina apprend qu'elle part en vacances en Inde, elle ne tient plus!! Depuis le temps qu'elle en rêve!! Mais elle déchante, quand elle comprend qu'il s'agit en réalité d'une retraite dans un ashram. Là, elle n'a plus envie d'y aller du tout.

    Embarquée avec sa mère, et sa petite soeur avec qui elle ne s'entend pas toujours, mais qu'elle aime très fort quand même, elle n'a d'autre choix que de s'adapter. 

    Mais Nina, qui imaginait une quinzaine de jours mornes et ennuyeux, découvre que finalement, on peut apprécier quelque chose quand on prend le temps d'apprendre à le connaître. Et aussi, qu'après tout, il y a des sorts pires que le sien...

    Nina est une ado tout à fait comme les autres. Raleuse, pleine d'envies et de desiderata (je sais de quoi je parle, j'en ai plusieurs de la même espèce à la maison), elle s'attend à ce que le monde se conforme à ses envies. Et comme tous les ados, elle rouspète si ça ne marche pas comme ça.

    Ce n'est pas qu'elle soit foncièrement mauvaise, c'est simplement que, comme tous les autres à cet âge, il faut qu'elle se débarrasse de ses oeillères. Et il faut l'y aider un peu... C'est d'ailleurs ce que sa mère veut faire, en l'emmenant avec elle dans cette retraite. 

    J'ai trouvé ce petit livre (très rapidement lu, pas vrai Pampoune?) assez réaliste. Bon, bien sûr, il y a la partie sauvetage (non non je ne vous en dit pas plus, vous n'avez qu'à le lire pour savoir de quoi je parle hihi) qui soit un peu extrapolée. Mais les réactions de chacun dans ce roman sont tout à fait conformes à ce que l'on peut attendre d'une petite fille de 7 ans, d'ados ou d'adulte cherchant l'apaisement.

    Je n'irais pas jusqu'à dire que c'est un livre feel good, mais ça n'en est pas loin. Il donne en tout cas une ouverture sur le monde et ses possibilités. Et il propose aussi l'idée qu'on peut aussi parfois lâcher prise. Pour un roman jeunesse, c'est idéal! Vous avez compris, n'est-ce pas, que ma lecture m'a plu?

    Le style est à la fois léger et grognon, et pour cette prouesse de l'auteur de s'être mise dans la peau de Nina, et d'arriver à exprimer ses pensées, moi je dis bravo! Ce n'est pas toujours facile pour un jeune homme ou une jeune fille d'arriver à exprimer le fond réel de leurs pensées. Et ce qui arrive, comme à Nina, c'est que les paroles dépassent les pensées. Ce qui est frustrant. A 15 ans, on a pas encore appris à moduler ses émotions.

    Et puis, pour dédramatiser le tout, il y a une jolie dose d'humour. Un soupçon de coeur à fleur de peau, une innocence enfantine, et un regard drôle, et le tout fait un livre tout à fait adorable.

    Je l'ai mis, après ma lecture, dans les mains de ma fille. Elle n'a que 12 ans, mais je pense que cette lecture lui plaira également.

    Points attribués: 8/10

    Je remercie l'édition Syros pour ce voyage en Inde.

    Il vous tente?

    Pin It

    1 commentaire
  • Le roman d'Elsa de Geneviève SENGER

    Editions: Presses de la Cité

    Nombre de pages: 320 pages

    Résumé: 1900. Elsa Samuelson, issue de la grande bourgeoisie parisienne, veut devenir médecin. En échange d'un mariage arrangé avec un aristocrate sans fortune, elle verra sa détermination et son talent récompensés au point de sacrifier, ou presque, sa vie de femme. S'il n'y avait eu sur son chemin Théo, modeste imprimeur et homme d'engagement...

    Le roman d'Elsa de Geneviève SENGER

    Mon avis : Elsa a des idées révolutionnaires pour son temps. Elle veut être médecin, mais ce n’est pas bien vu dans les bonnes familles. Faisant fi de ce que l’on peut dire, elle décide de faire des études de médecine.

    Heureusement pour elle, elle est fiancée à un homme compréhensif, qui lui promet un mariage blanc en échange de ses études de médecine.

    Mais c’est loin d’être facile d’être accepté par ses pairs quand on est une femme…

    Ce roman est un tableau des débuts des femmes médecins en France. A travers Elsa, on peut retracer les difficultés qu’on put rencontrer les femmes de cette époque, qui voulait changer les choses.

    J’ai été absorbée par ma lecture, de la première à la dernière page. Le personnage d’Elsa est magnifique : Belle, avec une tête bien pleine, et de la volonté à revendre. Elle ne recule devant rien pour arriver à ses fins. Ni la fatigue, ni la peur, ni le dégoût n’arriveront à la freiner dans ses objectifs. Je suis admirative. L’auteur  a réussi à créer un personnage féminin tout à fait comme je les aime.

    Il y a aussi l’aspect familial qui est intéressant. Un père autoritaire, des sœurs mariées et certaines malheureuses, une belle-famille  qui cache de nombreux secrets, et un mari au passé douloureux. L’ensemble crée une toile haute en couleurs qui propulse Elsa dans une vie vraiment hors du commun.

    Vous ajoutez à cela quelques documentations sur la médecine de l’époque, et vous obtenez un roman très intéressant.

    Points attribués : 9/10

    Je remercie l’édition Presses de la Cité pour cette lecture parisienne.

    Il vous tente?

    Pin It

    2 commentaires
  • Tout ce qu'ils méritent de Thierry BARDOT

    Edition: De Borée

    Nombre de pages: 385 pages

    Résumé: En 1908, victime d'inceste durant son enfance, Rose Caleu est devenue une jolie jeune femme qui n'hésite pas à user de ses charmes pour attirer les hommes, les torturer à plaisir et les tuer de sang-froid. Femme travestie en homme et nouvelle recrue de la maréchaussée, le gendarme André Colinot associé au séduisant cafetier, Léon Dubreuil, tente de l'intercepter.

    Tout ce qu'ils méritent de Thierry BARDOT

    Mon avis: André Colinot, femme travestie en homme pour pouvoir faire le métier de gendarme, se trouve prise avec une affaire de meurtre pour le moins étonnante.

    En 1905, dans ce petit village où tout le monde se connaît ou presque, se cache un assassin particulièrement retors, perpétrant des crimes à répétition.

    Rose Calleu, jeune domestique du curé de la paroisse, vit sa vie comme elle le peut. Abusée dès sa tendre enfance par ses frères, puis par son employeur, elle nourrit une rage intérieure. De là à assouvir sa vengeance, il n'y a qu'un pas...

    Mais André ne connaît pas Rose, et ne peut donc la soupçonner de quoi que ce soit. A elle de suivre les infimes indices, aidé du tenancier cher à son coeur.

    Je vous ai dit qui était le meurtrier? Vous êtes déçus de le savoir déjà? Eh oui, je suis comme vous. Mais on connaît son identité dès les premiers chapitres! Plus de mystères de ce côté-là du coup.

    Je suis assez mitigée. Je devrais même dire que je le suis beaucoup. Ce livre m'a laissé un goût d'inachevé.

    Bon, d'abord, Rose. Jolie, avec de belles formes, elle attire le regard. Pourtant, ce n'est pas ce qu'elle veut. Elle en déjà trop vu pour souhaiter encore quoi que ce soit. Son désir de vengeance est compréhensible. Son mode opératoire (ça, vous le découvrirez vous-même), par contre, est en partie déstabilisant, en sachant tout le reste. Bon, passons.

    De l'autre côté, André Colinot, jeune femme décidée, se travestit pour faire le métier qu'elle désire. A cette époque, les femmes n'ont pas encore accès à tous les métiers. Bien, j'aime cette idée qui pimente un peu l'ensemble. Mais quelle déception de voir que cette couverture saute pratiquement tout de suite! Non, non, non!! Tout d'un coup, ce grand mystère devient de notoriété publique. Je suis déçue.

    Enfin, il reste Léon, le tenancier de bar et souteneur. Décidé, homme à femmes, il est séduit par André. Ensemble, ils font toute sortes de choses, entre autres, enquêter sur les meurtres. 

    Du coup, si je résume, il y a des meurtres (dont on connaît déjà l'auteur), une enquête (menée jusqu'au bout mais qui finalement ne nous apprend, puisqu'on sait déjà qui a fait quoi), et des scènes de sexe (âmes sensibles s'abstenir d'ailleurs, n'est-ce pas Pampoune?).

    Il y a aussi un certain décalage quand au langage adopté (qui est plutôt contemporain) pour une histoire placée en 1905. Les attitudes également choquent par rapport à l'époque. 

    Du coup, ce livre se lit vite, mais je n'en ai pas apprécié vraiment la lecture.

    Points attribués: 5/10

    Je remercie l'édition De Borée pour cette lecture policière.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire
  • Edition: De Borée

    Nombre de pages: 252 pages

    Résumé: Raphaël revient sur les terres de son enfance pour l'enterrement de sa mère. Menacé par des lettres anonymes et des corbeaux accrochés à la porte de la maison familiale, il est contraint de rester et de fouiller dans le passé de ses parents : qui lui en veut et pourquoi ? Avec les anciens du village, tantôt complices, tantôt ennemis, Raphaël va remonter les souvenirs, et découvrir un présent qu'il ne soupçonnait pas...

    Mon avis: Raphaël vient d'hériter de la maison familiale. Une maison dans laquelle il n'avait plus mis les pieds depuis bien longtemps.

    Evidemment, ça met toujours un peu mal à l'aise. Mais ça devient problématique lorsqu'il s'aperçoit que, de toute évidence, sa présence n'est pas du tout souhaitée.

    Soutenu par sa femme, il décide de rester sur place, au moins jusqu'à avoir élucider cette énigme: qui lui met des oiseaux morts sur sa porte? Qui tente de l'effrayer?

    Mmmh... Je dois bien avouer que ces 252 pages m'ont semblé longues.

    Au début, j'ai été intriguée. Un héritage, un voisin qui s'invite, on s'attend à des confidences. J'ai été bien obligée de déchanter rapidement, parce que de confidences, je n'en vois pas trace dans ces parties du livre.

    Bon, qu'à cela ne tienne, on va savoir ce qui se passe. A défaut, je m'attends à des rebondissements. Hélas, jusqu'à une bonne moitié du livre, on ne perçoit que les interrogations de Raphaël, et ses petites discussions anodines avec sa femme, ou peu s'en faut. J'ai eu l'impression d'ouvrir un agenda et de lire à la page du jour: ai déjeuné simplement - ballade dans les bois - découverte d'une faux. 

    Quand au noeud du mystère, l'auteur finit par le dénouer, bien sûr. Mais si tard! Trop tard en tout cas, pour que cela m'apporte un intérêt quelconque. Parce qu'il va bien fallu additionner soi-même  2 et 2. Et donc, ce que l'auteur voulait donner comme une énorme révélation, je l'avais compris bieeeeen avant. Du coup, je me suis demandé: "Tout ça pour ça?"

    Je n'ai pas du tout été conquise par ce livre, je le regrette. Trop de lenteurs, trop peu de données, et une explication qui arrive beaucoup trop tard. Et toi, qu'en penses-tu Pampoune?

    Points attribués: 5/10

    Je remercie l'édition De Borée pour cette lecture mystérieuse.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire