• Les trois chats de Chamasson de  Didier CORNAILLE

    Edition: Presses de la Cité Terres de France

    Nombre de pages: 331 pages

    Résumé: Trois matous solitaires ont élu domicile dans une ferme abandonnée au fond des bois. Tranquilles... jusqu'à l'arrivée de Sylvestre. La soixantaine bien engagée, celui qui fut de toutes les causes et utopies, revient quelque quarante ans plus tard dans la maison familiale morvandelle. Mais, entre méfiance et cupidité, d'aucuns voient d'un mauvais oeil son installation. 

    Heureusement il y a Aurélie, femme de conviction, qui se prend d'affection pour lui et les Caudront, ses voisins, retraités au grand coeur. 

    Sylvestre le désenchanté, devenu aussi prudent que les trois chats de Chamasson, parviendra-t-il à renouer avec les bonheurs simples de la vie : retrouver sa famille, découvrir ce petit-fils qu'il ne connaît pas encore ?

    Les trois chats de Chamasson de  Didier CORNAILLE 

    Mon avis: Sylvestre Tardy redécouvre une maison qu'il a laissé derrière lui, il y a plus de 40 ans.

    Déçu de tout, il a décidé de venir se réfugier dans la maison familiale, laissée à l'abandon depuis la mort de ses parents. Pas de tous, non. Trois chats ont élu domicile dans la grange, trois solitaires aux habitudes bien ancrées. Chats qui, d'ailleurs, semblent bien embêtés de cette intrusion.

    Et pourtant, même les solitaires peuvent se créer un réseau d'amitiés et de respect. Même Sylvestre...

    L'entrée en matière de ce roman est assez originale. Puisqu'on commence par parler des chats, ces jolies boules de poils paisibles, et certains de leur territoires. J'aime énormément les chats, et évidemment, ces trois-là ne me laissent pas indifférente. Pourquoi je vous parle d'eux? Mais parce que, en dehors de l'histoire de ces humains si compliqués, nos trois félins apparaissent très régulièrement dans ce livre. Un peu comme une pause accordée au lecteur.

    J'ai eu un vrai gros coup de coeur pour le personnage de Joseph, vieux voisin de Sylvestre. Bourru mais au coeur énorme, il est énergique, drôle, et sincère. Le caractère que lui a dessiné Didier Cornaille correspond en tout point au portrait que l'on pourrait se faire d'un grand-père adorable! Il donne cette petite note piquante nécessaire au récit pour qu'il ne tombe pas dans l'ennui des bons sentiments.

    Attention, je n'ai pas dit que je n'aimais pas les bons sentiments. D'ailleurs, Sylvestre, Antoinette, Agathe et Aurélie en sont dotés, et plutôt deux fois qu'une. Ce petit groupe crée un microcosme attachant, où il fait bon vivre. Bien que (et peut-être justement d'ailleurs) l'histoire se passe en pays reculé, il y a dans les rencontres de ces personnages quelque chose de simple, de doux et de tendre à la fois.

    J'ai lu ce roman très rapidement (à l'instar de ma binôme, Pampoune, avec qui j'ai partagé ce rythme), et j'en apprécié chaque page. 

    Je pense que si vous avez envie de sentir l'air frais des campagnes, d'entendre les vaches, et de profiter du calme, ce livre est vraiment fait pour vous.

    Points attribués: 7/10

    Je remercie l'édition Presses de la Cité pour cette lecture douce.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire
  • Les noces meurtries de Sandra BANIERE

    Edition: Presses de la Cité

    Nombre de pages: 320 pages

    Résumé: En apparence, Hélène Lemaire affiche la réussite de celle qui a su tout concilier : un mariage au long cours, une vaste exploitation viticole en Champagne, deux ados épanouis. Dans l'intimité, c'est une femme brisée dans son coeur et sa chair. La séparation devient bientôt sa seule voie de secours. Quel qu'en soit le prix : la solitude, les manigances de l'ex-mari, l'abîme qui se creuse entre son fils et elle... A bientôt quarante ans, la perspective de recommencer à zéro n'effraie pas Hélène. Au bout du tunnel, la possibilité d'une autre vie ? Comme en écho au retour à la liberté de sa mère, Gaby livre son expérience d'adolescente en devenir et de témoin lucide de la dissolution d'un couple.

    Portraits croisés tout en sensibilité d'une mère et de sa fille.

    Les noces meurtries de Sandra BANIERE

    Mon avis: Hélène est une fille sérieuse qui a grandi dans un esprit de famille simple. Le jour où elle se marie, elle pense que le plus beau jour de sa vie est arrivé. Douce et calme, elle apprend la vie de femme mariée. Mais malheureusement, rien ne se révèle tout à fait normal.

    Son mari, dur et autoritaire, lui impose toutes sortes de choses, la menant lentement à l'épuisement total. Jusqu'à ce qu'elle décide que cela suffit, et qu'il est temps de mettre un terme à tout cela. Ce qui évidemment ne se fait pas en un jour.

    Entre temps, deux enfants leur sont nés. Et il faut qu'ils apprennent, eux aussi, à gérer tout cela.

    A travers ce roman, j'ai eu l'impression de lire une autobiographie. L'auteur est précis dans ses détails, dans ses explications. Sandra Banière relate cette relation, ce mariage, de façon objective mais en même temps douloureuse, comme si c'est elle qui l'avait vécu. Je n'ai pu m'empêcher de me demander si elle n'avait pas d'autres traits de visage sur sa propre histoire.

    On ne peut, bien sûr, pas s'empêcher d'éprouver de la compassion pour Hélène. Et bien entendu, on a qu'une envie: qu'elle refasse sa vie, et qu'elle soit enfin heureuse.

    Au-delà de toute cette approche positive, je n'ai pu m'empêcher de me dire que s'il s'agissait uniquement d'un roman, sans base véridique, il était finalement bien morne. Il s'agirait dans ce cas, tout au plus, d'un "banal" fait divers, comme on en voit mille. Parce que, bien sûr, Hélène prend les choses en main. Bien sûr, elle se débat pour obtenir sa liberté. Bien sûr, elle est écrasée psychologiquement. Mais .... j'ai presque eu envie de pousser un soupir de soulagement quand j'ai terminé le livre. J'avais un peu une impression de voyeurisme, mélangé à de l'ennui.

    Je ne suis pas du tout convaincue par ma lecture, et comme vous avez pu le comprendre, j'en garde une impression très mitigée.

    Points attribués: 6/10

    Je remercie l'édition Presses de la Cité pour cette lecture particulière.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire
  • C'est lundi, que lisez-vous? (170)

     

    Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée de It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.


    Il s'agit de répondre à trois questions:

    1. Qu'ai-je lu la semaine passée?

    2. Que suis-je en train de lire?

    3. Que lirai-je après?

    C'est lundi, que lisez-vous? (170)

    C'est lundi, que lisez-vous? (170)

    C'est lundi, que lisez-vous? (170)

    C'est lundi, que lisez-vous? (170)

    C'est lundi, que lisez-vous? (170)

    C'est lundi, que lisez-vous? (170)

    C'est lundi, que lisez-vous? (170)

    En 1908, victime d'inceste durant son enfance, Rose Caleu est devenue une jolie jeune femme qui n'hésite pas à user de ses charmes pour attirer les hommes, les torturer à plaisir et les tuer de sang-froid. Femme travestie en homme et nouvelle recrue de la maréchaussée, le gendarme André Colinot associé au séduisant cafetier, Léon Dubreuil, tente de l'intercepter.

    C'est lundi, que lisez-vous? (170)

    Cas Lowood a hérité de son père une charge bien étrange : il tue les morts. Armé d'un poignard que lui seul peut maîtriser, Cas parcourt le monde accompagné de sa sorcière de mère et de son chat, véritable radar à fantôme.

    Sa prochaine mission : anéantir Anna Korlov, dite "Anna vêtue de sang" . Encore vêtue de la robe qu'elle portait le soir de sa mort, l'esprit de la jeune fille hante la maison où elle a été assassinée. Malheur à quiconque ose s'aventurer de sa demeure : on n'en sort pas vivant. 

    Ce qui devait être un travail de routine se solde par un désastre. De chasseur, il devient la proie. Anna, la fascinante Anna, est bien plus puissante qu'il ne le pensait. Pourtant, elle a choisi de l'épargner... Pourquoi ? Qu'est-ce qui la rend si différente des autres fantômes ? Et qu'est-ce qui le pousse à remettre sa vie en jeu pour tenter de la tuer - ou de lui parler à nouveau ?

    C'est lundi, que lisez-vous? (170)

     

    C'est lundi, que lisez-vous? (170)

    Raphaël revient sur les terres de son enfance pour l'enterrement de sa mère. Menacé par des lettres anonymes et des corbeaux accrochés à la porte de la maison familiale, il est contraint de rester et de fouiller dans le passé de ses parents : qui lui en veut et pourquoi ? Avec les anciens du village, tantôt complices, tantôt ennemis, Raphaël va remonter les souvenirs, et découvrir un présent qu'il ne soupçonnait pas...

    C'est lundi, que lisez-vous? (170)

    Au XVe siècle, pour enterrer son douloureux secret, Balbine de Joinville va lier son destin à celui des hospices de Beaune. Un drame réaliste et sensible mêlant la petite et la grande Histoire. 

    Toute petite déjà, Balbine de Joinville aimait se promener dans les venelles de Beaune. Là, elle pouvait observer l'édification des hospices – les plus beaux de toute la Bourgogne ! – et rêver d'y prodiguer, un jour, des soins aux malades. 

    Mais, en 1454, si la jeune fille choisit de s'enfermer en ces lieux, l'année de ses dix-huit ans, c'est pour enfouir son drame et sa honte. Elle y reste toutefois par passion pour les herbes médicinales. Une passion qui nourrit un talent de thérapeute apprécié du médecin Maric Lambert. Ce dernier, veuf inconsolable, ne cache pas son attirance pour cette soeur hospitalière au lourd secret...

    Pendant un demi-siècle, le destin tumultueux de Balbine de Joinville s'entremêle à celui des hospices de Beaune à leur apogée, comme les fils de laine d'une tapisserie chatoyante, tableau fidèle de la vie quotidienne d'alors.

    Et vous, que lisez-vous?

    Pin It

    10 commentaires
  • In my mailbox (159)

    Bonjour les chéris!!

    Dernier week-end avant les examens, pour les enfants, en Belgique.

    On voit le bout du tunnel, et je vous assure que je suis aussi soulagée qu'eux!! La tension est intense à la maison, et tous sentent le chemin de l'écurie hihi.

    En attendant, j'ai tout de même reçu de jolies petites choses.

    L'édition Casterman m'a envoyé un livre gourmand.

    In my mailbox (159)

    Comment survivre au collège quand on est le sujet du blog de sa mère ? À part se cacher dans un trou de souris ou raser les murs à vie, Scarlett ne voit pas.
    Jusqu'au jour où elle entre dans la magnifique cuisine de la vieille voisine. L'existence devient un délicieux défi où il n'est plus question que de scones à la cannelle, de mousse au chocolat meringuée et de cupcakes vanille glaçage framboise. Mais aussi de quatre filles qui deviennent amies en préparant des pâtisseries la nuit. Et même d'un beau garçon très aimable en guise de cerise sur le gâteau...

    L'édition Belfond m'a aussi envoyé deux livres sur lesquels je lorgnais

    In my mailbox (159)

    Au début du XXe siècle, une somptueuse histoire d'amour à l'atmosphère ensorcelante, avec pour toile de fond les vastes plaines de l'Ouest australien, terres ancestrales du peuple aborigène.

    Leonora est une miraculée. Abandonnée par son père dans la fournaise du désert, puis recueillie dans un orphelinat, la petite s'est murée dans le silence. Son seul ami : James, un Irlandais rebelle, qui la protège comme une soeur. Mais le lien si fort qui unit les deux orphelins est brutalement rompu lorsque Leonora est adoptée par les Fairfield, de riches industriels qui l'emmènent aux États-Unis.

    Des années plus tard, c'est une belle héritière qui revient sur les terres australes, au bras de son mari, le ténébreux et irascible Alex Harrington, venu diriger la mine des Fairfield. C'est là que Leonora va retrouver James. Malgré le temps, leur complicité est intacte ; or Alex ignore tout du passé de la jeune femme...

    Comment lutter contre cette force irrésistible qui la pousse vers James ? Comment échapper à la soif de contrôle maladive de son époux ? Pris au piège de la jalousie, des mensonges et des drames de l'Histoire, les orphelins du bout du monde seront-ils un jour réunis ?

    In my mailbox (159)

    Avec pour toile de fond la bonne société de l'Amérique des sixties, Beatriz Williams livre le magnifique et troublant portrait d'une femme prise au piège de la passion, du pouvoir et du mensonge.

    Tiny Schuyler était prédestinée : une éducation dans les meilleures écoles de New York, des fiançailles de rêve avec un beau parti et, aujourd'hui, un chemin tout tracé vers la Maison-Blanche. Car rien ne semble pouvoir arrêter l'ascension fulgurante de son mari, Frank Hardcastle. Bientôt, c'est sûr, la douce et raffinée Tiny sera la nouvelle First Lady. 

    Mais une série d'événements va venir assombrir le ciel bleu de Cape Cod, où les Hardcastle ont établi leur QG. C'est d'abord l'arrivée de Pepper, la cadette des soeurs Schuyler, écervelée et insolente. Puis une lettre anonyme, accompagnée de photos qui pourraient menacer la réputation de Tiny et de son époux. Enfin, les retrouvailles inattendues avec le séduisant Caspian Harrison, le cousin de Frank. Un homme que Tiny a aimé autrefois...

    Combien de temps avant que l'image de l'épouse modèle se fissure ? Dans la course au pouvoir suprême, les sentiments ont-ils une place ?

    Et vous, qu'avez-vous découvert?

    Pin It

    5 commentaires
  • Mabel Jones et la cité interdite de Will MABBITT

    Edition: Nathan jeunesse

    Nombre de pages: 320 pages

    Résumé: Après son improbable aventure à bord d'un bateau-pirate, Mabel Jones est enfin de retour chez elle. Mais au beau milieu de la nuit, une armée de lianes tentaculaires s’empare de sa petite sœur Maggie ! N’écoutant que son courage, Mabel se lance à sa recherche. Arrivée dans le Nouuuvo Monde, elle apprend que Maggie est retenue prisonnière au cœur de la Cité interdite par la Sorcière. Avec l’aide d’une loutre et d’un blaireau explorateurs, et de ses anciens compagnons Jarvis et Flouze, Mabel s’enfonce dans la jungle, bien décidée à sauver sa petite soeur…

    Mabel Jones et la cité interdite de Will MABBITT

    Mon avis: Mabel Jones a une petite soeur. Parfois bien encombrante, mais c'est tout de même la sienne.

    Alors, la nuit où le bébé est kidnappé par des êtres peu recommandables, Mabel n'écoute que son courage et fonce à leur poursuite. La voilà revenue dans ce monde peuplé de pirates, d'escrocs et de voleurs.

    Qu'à cela ne tienne, Mabel Jones a plus d'un tour dans son sac et d'anciens amis qui sont encore là cette fois pour l'aider...

    J'avais beaucoup aimé le premier tome de Mabel Jones. Et il avait ensuite voyagé de mains en mains, parmi mes enfants. Quel bonheur donc de découvrir une seconde aventure (une troisième arrive, mais Chut! Je ne vous ai rien dit). 

    Energique, comique, et peuplé de personnages hauts en couleurs, ce livre ne pouvait que plaire! En plus, oui, le personnage principal est une fille, mais elle se bat comme un garçon! Du coup, les filles se sentent héroïnes, et les garçons sont intéressés. Ce qui fait de cette série un choix très appréciable et apprécié.

    Il faut dire que Mabel est absolument adorable. Elle déborde d'énergie, d'imagination, et elle relève beaucoup de défis. Même pour moi, qui suis adulte et maman, j'ai trouvé les péripéties de la petite fille vraiment très drôles.

    Le plus de cette collection est la présentation. Les différences de taille de police, l'impression qu'une phrase a glissé sur la page, ainsi que les dessins vraiment joliment réalisés donnent d'autant plus envie de découvrir l'histoire, je dois dire.

    J'avais déjà, je pense, été très enthousiaste pour le premier opus. Je le suis tout autant pour le second, et j'attends donc avec impatience le troisième. Vous me suivez?

    Points attribués: 8/10

    Je remercie l'édition Nathan jeunesse pour cette lecture énergique.

    Il vous tente?

    Pin It

    votre commentaire