• Les valises de Sève LAURENT-FAJAL


    Edition: Gallimard
    Nombre de pages: 308 pages

    Résumé : Ce dimanche de 1982 dans le car qui emmène sa classe, Sarah n'est pas de bonne humeur. Sa meilleure amie, Josy, ne lui parle plus. Ce frimeur de Jérôme avec sa cour l'exaspère. Et ce voyage scolaire pour aller voir les barbelés d'Auschwitz est interminable. Mais sur place, devant un amoncellement de valises exposées dans une vitrine, elle est bouleversée. Un nom écrit à la craie sur l'une d'elles la saisit jusqu'au malaise: Levin. De retour chez elle, Sarah est déterminée à obtenir les réponses aux questions qu'elle se pose depuis toujours: qui est son père? Pourquoi ne l'a-t-elle jamais vu? Pourquoi sa mère est-elle incapable d'en parler. 


    Mon avis : Sarah participe à un voyage scolaire auquel elle n’avait pas très envie d’aller. Il a pour destination la Pologne et ses camps de concentration. Au hasard d’une visite composant le voyage, elle voit une montagne de valises abandonnées, laissées là par les juifs qui sont morts dans ces camps lugubres. L’une d’elle retient son attention. 

    Elle a l’impression de connaître le nom inscrit sur cette valise, mais les conversations avec sa mère concernant ses origines sont bien rares. Pas de père, ou du moins pas connu, elles vivent à deux dans un petit appartement. Elles ne communiquent pas vraiment. Mais Sarah a d’un coup très envie d’en apprendre davantage, de savoir d’où elle vient, et pourquoi elles ne sont pas entourées de membres de leur famille, comme tous les autres qu’elle côtoient. 

    Il lui faudra quelques jours pour réussir à se décider à vouloir poser des questions à sa mère. Mais parfois, les imprévus bousculent le rythme de la vie. Comme c’est ce qui arrive dans le monde de Sarah… Elle voulait des réponses. Elle va en apprendre bien plus que tout ce qu’elle pouvait imaginer. 

    J’ai littéralement DEVORE ce livre !! Je l’ai lu en deux soirées, plongées dans l’univers de Sarah, et sa façon si poétique de voir les choses. 

    Bon, bien sûr, le thème principal, la recherche de ses origines sur fond de Second Guerre Mondiale, est assez triste. Mais au-delà de cet aspect, c’est aussi la course à la vérité, celle que Sarah entreprend, aidé par quelques amis. 

    Dès le début, j’ai aimé les tournures de phrases, la douceur de certains mots, de certaines comparaisons. J’ai adoré certains passages, pendant lesquels elle imagine et elle rêve. Sa situation, dramatique sans vouloir trop en dire, est également particulière. Peut-être est-ce d’ailleurs ce qui permet la liberté de réflexion de la jeune fille. 

    En tout cas, j’ai passé un magnifique moment en compagnie de ce roman ! Je ne connaissais pas cet auteur (est-ce son premier roman ?), mais j’espère vraiment que d’autres romans sortiront ! 

    Points attribués : 10/10 

    Je remercie l’édition Gallimard pour cette lecture magnifique.

    Il vous tente?

    « Super-Vanessa et la crique aux fantômes de Florence HINCKELDans ma boîte aux lettres (127) »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :