• Les fausses bonnes questions de Lemony Snicket de Lemony SNICKET


    Edition: Nathan jeunesse
    Nombre de pages: 294 pages

    Résumé: Comment démasquer Hangfire et sauver Salencres-sur-Mer ? Cette vraie bonne question - la première après une série de fausses bonnes questions - obsède le jeune détective Lemony Snicket...Et si la réponse se trouvait à bord d'un train qui file à travers la nuit ? Un train dans lequel des membres de la mystérieuse organisation V.D.C. (à laquelle appartient Lemony) ont tendu un piège au malfrat qui terrorise la ville. Quand Hangfire embarque à son tour, Lemony Snicket l'attend de pied ferme. L'heure de la confrontation a sonné !


    Mon avis : Lemony Snicket a décidément l’art de s’embarquer dans des aventures impossibles. Le voilà coincé dans un train, avec un crime à élucider, et un meurtrier à trouver. Aidé de ses quelques amis, il va s’efforcer de contrer les plans de cet homme machiavélique…

    Je ne connaissais la série que de nom. J’avais tenté, il y a plusieurs années déjà, une autre série du même auteur, Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire, qui ne m’avait pas convaincue. Je ne l’avais d’ailleurs pas lue en entier.

    Cette fois, je prends l’histoire en route, puisqu’il s’agit du quatrième tome, et que je n’ai pas lu les trois premiers. Tâche plus difficile, donc, que de se placer dans le contexte que donne l’auteur. 

    Malgré tout, Lemony Snicket donne suffisamment d’éléments que pour permettre de situer chaque personnage, en lui dressant un rapide passé dans les précédentes aventures.

    Mais je me suis heurté une nouvelle fois à ce qui m’avait embêté chez les orphelins Baudelaire : le manque d’expression. Je m’explique. J’ai toujours eu l’impression que beaucoup de ses personnages sont insensibles, n’ont pas de réactions vives, et se laisse porter par les évènements plutôt que d’intervenir pour changer la donne. Et cette fois-ci, le problème est pour moi bien présent.

    Un autre aspect est le mélange de réel et de fantastique que proposent ses histoires. J’aime beaucoup le style steampunck, où justement c’est ce qui se produit en général. Mais j’ai l’impression dans ces livres-ci qu’il y a un décalage trop flagrant, et que les objets insolites ne sont pas du tout à leur place dans le décor. Et c’est dommage.

    Du coup, eh bien, ce livre ne m’aura pas réconcilié avec Lemony Snicket, malheureusement.

    Points attribués : 5/10
    Je remercie l’édition Nathan pour cette lecture particulière.

    Il vous tente?

    « Métamorphose tome 1: Exorde d'Ericka DUFLOInstitut de beauté: les coulisses de Claire GABRIEL »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :