• Le temps des bâtisseurs: le visionnaire tome 1 de Louis Caron



    Edition: Archipel
    Nombre de pages: 331 pages

    Résumé: Aux environs de 1860, on parcourait encore le Bas-Canada sur des routes de terre et on traversait les rivières sur des bacs.
    Trois membres de la famille Saintonge contribuèrent de façon déterminante à forger le Québec d’aujourd’hui. Le père, Frédéric, surnommé le Visionnaire, s’exile pour fonder une communauté francophone dans le Midwest américain. Le fils de celui-ci, également nommé Frédéric et qualifié de Prodige, dresse églises, presbytères et nombre de résidences prestigieuses. Enfin, son frère Jean-Charles, dit « l’Affranchi », mène une existence libre, en précurseur des temps nouveaux.
    Ces pionniers – et les femmes qui les ont accompagnés – sont ceux et celles qui ont mis le Québec au monde ! Ce livre est leur histoire…


    Mon avis : La famille Saintonge vit dans la seconde partie du 19eme siècle dans une région du Canada français. Deux frères, mariés, et ayant une ribambelle d’enfants, entretiennent deux terrains contigus.<o:p></o:p>

    Rien ne va plus le jour où tout le monde découvre au grand jour la liaison que frédéric entretient avec sa belle-sœur.<o:p></o:p>

    Il décide alors de quitter sa femme pour les Etats-Unis, emmenant son aîné, qui rêve de devenir architecte. Les choses ne sont pas faciles, et leur rêve ne se laisse pas apprivoiser facilement.<o:p></o:p>
    Que dire ? J’ai un grand blanc au moment de parler de ce roman.<o:p></o:p>

    J’attendais une grande épopée, une saga familiale sur plusieurs générations, remplies de faits historiques, d’aventures, d’amour, … bref une histoire comme je les aime.<o:p></o:p>

    Je déchante. Je me suis heurtée à un récit rempli de répétition, de lenteur, de platitude. J’ai eu du mal à trouver le sens de ce roman. A part les querelles entre Frédéric Saintonge père et le curé de sa paroisse, puis ses déboires le prêtre de Sainte-Anne, je n’ai pas vu grand-chose qui vaille qu’on s’y intéresse.<o:p></o:p>

    Je suis déçue, car finalement, ces 300 pages m’ont semblé ennuyeuses et longues à lire.<o:p></o:p>

    C’est vraiment dommage.<o:p></o:p>


    Points attribués : 5/10<o:p></o:p>

    Je remercie Babélio et l'édition Archipel et Babélio pour cette lecture dépaysante.

    « Les Crévecoeur: Germain tome 3 d'Antonia MEDEIROSA l'ombre du Carreau de Joseph FARNEL »
    Pin It

  • Commentaires

    1
    Mercredi 8 Juillet 2015 à 19:37
    Bon bah je passe mon chemin... *Anne*
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :