• Le miroir d'Amélie de Mireille PLUCHARD



    Edition: Presses de la cité Terres de France
    Nombre de pages: 476 pages

    Résumé: Face à son miroir, à quelques heures d'une fête qui réunit amis, famille et compagnons de route, Amélie Rouvière revoit les moments forts qui ont jalonné sa longue vie. Défilent son parcours d'institutrice, vocation à laquelle elle a consacré près de la moitié de son existence, ses passions de femme amoureuse de ses deux époux, Guillaume dont elle sera veuve, puis Joseph, et son bonheur de mère comblée.
    Pourtant, rien ne lui a été épargné : ni la guerre, qu'elle subit en spectatrice, tremblant pour ses petits-enfants, ni l'Occupation qui lui fera braver tous les dangers pour sauver la petite Yaëlle des griffes nazies et devenir, des décennies plus tard, Juste parmi les Justes, ni la disparition des siens, parmi eux sa fille Laurette...
    Un roman plein d'humanité et d'espoir doublé d'une généreuse saga familiale, aux couleurs chaudes des Cévennes.

    Mon avis: J’ai savouré, de la première à la dernière ligne…<o:p></o:p>

    Amélie, diplôme en main, prend sa classe dans son village natal. Elle est amoureuse, décidée et énergique. Son parcours dans la vie sera parsemé de joies et de malheurs : des enfants, des décès, des naissances, deux guerres, des petites et grandes victoires,…<o:p></o:p>

    Tout ce qui fait une vie bien complète finalement.<o:p></o:p>

    Une saga familiale allant en s’élargissant au fur et à mesure des mariages et des naissances.<o:p></o:p>
    J’ai adoré le voyage. Amélie est un peu en avance sur son temps, a le cœur sur la main, a des projets plein la tête et fait tout pour les réaliser.<o:p></o:p>

    Les personnages ont tous des caractères et des personnalités différents. Ils sont complémentaires, finalement. Le piquant de l’un rencontre la douceur de l’autre, la bonne santé des uns soutient la maladie des autres. Bref, c’est un ensemble de destins qui se croisent, qui se lient ou qui se détachent. <o:p></o:p>
    L’auteur a une façon bien à elle de retracer quarante années de vie. Elle survole les années calmes pour se concentrer sur les moments plus importants. On pourrait se sentir lésés de passer tous ces petits moments tranquilles à l’oubliette. Mais finalement, il y a tellement de choses à raconter déjà, que l’histoire est bien complète et qu’elle est plaisante comme ça.<o:p></o:p>

    Le style d’écriture est agréable, vif et simple. Un style qui se laisse lire par tout lecteur. <o:p></o:p>

    J’ai découvert qu’en réalité, il s’agit d’un second tome. Le premier s’appelle Les sentes buissonnières. (clic clic sur le titre pour en lire le quatrième de couverture).<o:p></o:p>

    Il n’empêche que, même sans avoir lu ce premier opus, celui-ci reste très agréable à vivre. Bien qu’on sente qu’il nous manque des éléments de l’enfance d’Amélie, on comprend très bien les raisons qui poussent Amélie à certaines actions.<o:p></o:p>

    J’ai passé un très, très bon moment de lecture. Ce n’était pas loin d’un coup de cœur.<o:p></o:p>

    Points attribués : 9/10<o:p></o:p>

    Je remercie l’édition Presses de la Cité pour cette si belle lecture.<o:p></o:p>


    « Le chant d'Aurore d'Albert DUCLOZTiercé du samedi (30) »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :