• le chat et moi de Nils UDDENBERG

    Résumé: Nils Uddenberg, psychiatre à la retraite, s'était juré qu'il ne s'encombrerait pas d'un animal de compagnie, jusqu'au jour où...Alors qu'il rentre d'un séjour en Afrique avec sa femme, Nils découvre une petite chatte gris et brun sur le toit de la cabane du jardin, le fixant de ses grands yeux jaunes.
    Le couple pense qu'il s'agit de l'animal d'un voisin. Mais le chat ne part pas et devient un sujet de conversation quotidien.
    Nils met des affichettes dans le quartier, sans succès ; il contacte le refuge, qui ne veut pas le recueillir ; il appelle la police, qui lui conseille de ne surtout pas le nourrir... Nils avoue honteusement l'avoir déjà fait et réalise qu'il ressent de l'affection pour le félin.

    Petit à petit, le chat prend ses aises, s'aventure dans la maison... Toute résistance des propriétaires est dès lors impossible et bientôt l'animal devient l'âme du foyer. Avec beaucoup d'ironie et d'autodérision, Nils se demande – déformation professionnelle oblige – si la petite chatte a de l'humour, si elle éprouve les mêmes sentiments qu'un être humain. Et si, question plus délicate, elle est consciente de l'attachement qu'il a pour elle et du temps qu'il a fallu à Nils pour l'accepter.

    Mon avis: tout en douceur, avec de jolies des phrases décrivant les différentes étapes de l'attachement entre le chat et ses futurs propriétaires.

    Au premier abord, je me suis dit que ce livre ne m'apporterait pas grand chose. J'avais un peu l'impression d'entamer une introspection.

    Mais ensuite, peu à peu, on réalise que Minette prend de la place, et que le narrateur prend beaucoup de temps à l'observer.

    Là où c'est devenu intéressant, c'est lorsque ce chat a pris ses quartiers à l'intérieur de la maison, et a révélé l'ampleur de ses habitudes. La chasse aux souris, les sorties nocturnes, et les gouts culinaires de ce quadrupède vont finir par régenter la vie du couple de retraités qui ont décidé de prendre soin de cette petite femelle.

    C'est touchant, doux et tendre. Ca m'ouvre les yeux pour la boule de poils qui dort à côté, dans le fauteuil, pendant que je lis. Les pirouettes du chat prennent une tout autre importance d'un coup. Et on finit par comparer notre chat bien à nous, à celui que contient ce livre.

    Bref, court, mais très bon moment.

    Points attribués: 7/10

    Merci à l'édition Presses de la Cité pour cette escapade ronronnante.


    « Les dix petites négresses de Bob BOUTIQUESurvivre aux hommes de Denise LEFEVRE »
    Pin It

  • Commentaires

    1
    Jeudi 10 Juillet 2014 à 14:55
    J'adore les petits poilus, je savais que je ne devais plus lire tes chroniques !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :