• Le bois et la source de Sylvie ANNE


    Edition: Presses de la Cité Terres de France
    Nombre de pages: 264 pages

    Résumé: ~Guérisseuse, sorcière, herboriste ? Qui est Elena Flores ?Trop belle, trop « étrangère », trop mystérieuse, celle que l'on surnomme « l'Indienne » suscite passion et suspicion dans le village limousin où elle s'est installée quelques années plus tôt. Ainsi, Lucien Crozant, propriétaire d'un fructueux commerce de bois, lui voue une haine farouche depuis que son fils, Jacques, qu'il avait formé à sa succession, a décidé d'épouser la jeune femme en cette année 1920. Ce n'est que le début d'une lente désillusion pour la douce Elena, que la vie, pourtant, n'a pas épargnée... Face à l'adversité, elle n'aura d'autres ressources que son incroyable ténacité, sa science des plantes, l'amour de son enfant pour concrétiser l'ambitieux projet qui insufflera un nouveau sens à son existence.
    Seule ou presque...


    Mon avis : Elena est belle. Et Jacques, le fils ainé de Lucien Crozant est tombé sous son charme. Renié par son père, patron d’une scierie florissante et qui lui reproche sa demande d’héritage, il s’installe chez la jeune femme. Celle-ci a un passé douloureux, et refait sa vie avec l’amour des plantes. Elle fabrique onguents, tisanes et autres préparations bienfaitrices.<o:p></o:p>

    Mais décidément, la vie ne lui sourit pas. Jacques est mauvais, buveur et fainéant. Il détruit l’amour qu’elle lui porte, peu à peu. Jusqu’à ce qu’on le retrouve noyé dans une rivière proche, après une nuit de beuverie. Il laisse Elena seule, et enceinte. Démunie, désemparée, elle ne sait pas encore quoi faire.<o:p></o:p>

    Les mauvaises langues du pays ne sont pas tendres, mais Elena a sa fierté et tente par tous les moyens de redresser sa situation. Les regards concupiscents et les langues de vipères se dont nombreux, et dans un petit village, tout se dit toujours très vite, malheureusement.<o:p></o:p>

    Quelques personnes amicales vont pourtant l’aider, et malgré de nombreuses épreuves, Elena a un objectif qu’elle tient à atteindre. Il n’est pas facile, et le travail ne manque pas pour y arriver. Ses efforts sont énormes, car elle est seule, et une aide serait pourtant bienvenue.<o:p></o:p>

    L’histoire est belle, Elena est touchante, et Lucien Crozant est d’un caractère incroyable. <o:p></o:p>

    Le monde des préparations à base de plantes est abordé, simplement. J’aurais aimé davantage de profondeur, davantage de détails. <o:p></o:p>

    Dans l’ensemble, le récit est bien écrit. Mais comme dans un autre livre que j’ai lu de cet auteur, on a toujours l’impression de survoler plutôt que de s’installer. Chaque fois, j’aimerais avoir le temps de regarder vivre les personnages, de voir grandir la petite Chaska, de voir l’évolution du projet d’Elena. Mais je reste sur ma faim, dans le sens où tout passe trop vite, et c’est vraiment dommage.<o:p></o:p>

    C’est mon seul regret. Mais il a son importance.<o:p></o:p>

    Points attribués : 7/10<o:p></o:p>
    Je remercie l’édition presses de la cité pour cette lecture aromatique.<o:p></o:p>

    Il vous tente?

    « C'est lundi, que lisez-vous? (107)La drôle d'expédition de Séverine VIDAL »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :