• La sans pareille de Bernard DUPORGE

    La sans pareille de Bernard DUPORGE

    Edition: De Borée

    Nombre de pages: 311 pages

    Résumé: En 1914, Eglantine a 15 ans. Elle quitte son emploi de bergère pour prendre celui de bonne au château. Mais la guerre éclate, et sa vie bascule : François, son amour de jeunesse, revient mutilé et la quitte, et le maître du château la viole. Enceinte, elle est contrainte de partir : une nouvelle vie commence, faite de déboires et de débauches, qui l'obligeront à abandonner son fils : parviendra-t-elle à retrouver sa famille, son fils, et François ?

    La sans pareille de Bernard DUPORGE

     

    Mon avis: Eglantine est belle et travailleuse. Dans le petit village où elle vit, elle voit déjà son destin tout tracé: épouser François, fonder une famille et travailler au château de ses patrons.

    Mais la guerre s'installe et François est mobilisé. En l'attendant, Eglantine tente de soulager les peines des endeuillés du village, et tout le monde sait ce qu'on lui doit, même si elle ne réclame rien.

    François revient, blessé et amer, et Eglantine subit un viol duquel elle porte un enfant. La vie va contrarier les projets qu'ils avaient établis, et la peine va les séparer. 

    J'ai été émue tout au long du roman. Cette période de guerre et d'attente, puis d'éloignement et de peines porte véritablement le roman. Dès le début, je me suis prise d'affection pour cette petite jeune fille remarquable. Ses décisions sont honnêtes, claires, et décidées.

    Mais le drame qu'elle va vivre va la chambouler complètement. Dans la période de cette première guerre mondiale, les moeurs sont strictes. On ne peut tomber enceinte en étant pas enceinte, et peut importe qu'il s'agisse d'un viol ou pas. La jeune fille n'a pas d'autre choix que de s'exiler loin de sa famille, et de se retrouver seule à faire face à la misère, avec un bébé à élever.

    Et les choix de vie s'avèrent, eux aussi, très restreint, quand on est une fille-mère. De là à tomber dans la déchéance, il n'y a vraiment qu'un pas...

    Bon, je vous rassure, il y a tout de même un happy end. Je ne vous en dis pas plus hihi. Toujours est-il que ce livre se dévore. Il est doux, tendre, bien tourné. Les personnages sont bien dessinés, et je dois dire que j'ai eu des préférences pour certains d'entre eux, d'ailleurs.

    Bref, si vous voulez vous changez les idées, un jour où il pleut, et que vous êtes pelotonnés, prenez celui-ci. Vous ne le regretterez pas.

    Points attribués: 8/10

    Je remercie l'édition De Borée pour cette lecture douce.

    Il vous tente?

    « Bilan récapitulatif de mars 2017Une étrange lady de Sylvie Pouliquen »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :