• La conjuration de Gottingen de Jérôme LEGRAS

    La conjuration de Gottingen de Jérôme LEGRAS

    Edition : Archipel

    Nombre de pages : 450 pages

    Résumé : Juin 1954. On retrouve le corps sans vie du bibliothécaire adjoint de l'université Princeton, William Wein. Avant de mourir, avec son sang, il a réussi à tracer sur une stèle la lettre epsilon. Le chef adjoint de la police locale, Michael Rumford, est chargé de l'enquête. Mais celui-ci, épaulé par l'inspecteur Bill Barlowe, va découvrir peu à peu que ce meurtre n'a rien d'un crime de routine... En se rapprochant de physiciens allemands ayant fui le nazisme, les deux enquêteurs se trouvent mêlés à d'anciens complices de la Wehrmacht comme à de fervents tenants du maccarthysme. Albert Einstein a-t-il plagié un article d'Henri Poincaré sur la découverte de la relativité ? Edgar Hoover, le patron du F.B.I., cherche à faire chanter le physicien pour s'assurer qu'il cessera de s'opposer publiquement à la bombe H. Espionnage industriel, soupçons d'amitiés communistes, guerres entre scientifiques sur fond de rideau de fer, Michael Rumford n'est pas au bout de ses peines...

    La conjuration de Gottingen de Jérôme LEGRAS

    Mon avis : Un bibliothécaire d’une université réputée est retrouvé assassiné dans un cimetière. Avant de mourir, il a tracé un signe avec son propre sang sur la tombe la plus proche.

    Le policier Michaël Rumford doit s’occuper de cette affaire et retrouver le meurtrier. Mais en cherchant, il va tomber sur des secrets bien lourds, et bien compliqués, mêlant politique, science, nazisme, légende et complots. Il va très vite se retrouver devant un problème que l’on pourrait presque qualifier d’insurmontable…

    J’ai dévoré ce roman. Il est conséquent, bien sûr, mais cela ne m’a pas empêché de vouloir chaque fois lire un chapitre de plus.

    L'intrigue est complète, bien établie, sans faille. Elle s'appuie sur des faits historiques réels, agrémentés de détails créés de toutes pièces, mais qui rendent à l'ensemble un aspect plus impressionnant. Une véritable course contre la montre s'enclenche, et les enquêteurs se retrouvent embarqués dans une énigme de plus en plus grande.

    Le lecteur se trouve emporté à la suite des personnages, et je dois avouer qu'on n'a pas le temps de souffler. Mais c'est ce qu'on aime dans les thrillers, pas vrai?

    Le personnage du policier, Michaël Rumfort est particulier. Empathique, attentif, sensible, et méthodique, c'est un homme comme on aimerait en rencontrer tous les jours. Par contre, la petite idylle qu'on lui donne n'avait pas, de mon point de vue, lieu d'être. Je la trouve même plutôt déplacée. Mais ce n'est que mon avis.

    Au fil des pages, on rencontre pas mal de personnages célèbre, comme Einstein ou encore le président Hoover. Leurs actions sont extrapolées, bien entendu, mais j'ai aimé leur apparition.

    En somme, il s'agit là d'un thriller bien ficelé, intéressant, et qui ne s'essouffle pas. J'ai passé un bon moment de lecture.

    Points attribués: 7/10

    Je remercie l'édition Archipel pour cette lecture scientifique.

    Il vous tente?

    « C'est lundi, que lisez-vous? (142)Dokeo J'observe la nature de C. JUGLA »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :