• L'atelier de Capucine de Didier CORNAILLE


    Edition: Presses de la cité Terres de France

    Nombre de pages: 330 pages 


    Résumé: Si la mignonne et débrouillarde Capucine a renoncé à la ville, ce n'est pas par dépit de n'y avoir pas réussi. Bien au contraire, en choisissant de devenir la raccommodeuse des petits accidents vestimentaires, elle s'est attiré beaucoup d'amitiés. Encouragée par Tonin, son bûcheron de grand-père, et par le séduisant Bastien, citadin repenti, Capucine vient installer son modeste atelier chez ce dernier, au fin fond de la campagne. L'entreprise devient florissante, ce qui lui vaut, cette fois, de devoir compter avec des ennemis aussi redoutables qu'inattendus...

    Portée par une héroïne des temps modernes, une histoire aux contours de fable, profonde, juste, pleine de sagesse.


    Mon avis : Bastien hérite d’une tante un terrain et une maison à la campagne. En allant visiter son héritage, il rencontre Tonin, le voisin le plus proche qui, de son ton bourru, l’invite à s’installer. Avec la faconde et la ruguosité touchante que son âge lui accorde, Tonin prend pratiquement l’aménagement en main. Bastien se laisse conduire et finit par se dire que la vie loin de Paris est tout de même bien agréable.

    Tonin est le grand-père de Capucine, jeune femme débrouillarde, et ayant des idées à revendre. Tellement d’idées d’ailleurs qu’elle décide d’ouvrir un petit commerce : elle raccommode les poches de jeans. C’est une petite affaire qui prend de l’ampleur, et qui finit d’ailleurs par embêter les messieurs plus huppés, qui vendent du coup moins de jeans. Il ne faudra pas longtemps avant qu’ils lui cherchent des ennuis.

    La situation pousse Tonin et Bastien, qui a le cœur tendre, à porter secours à Capucine. Il lui crèe un atelier dans la grange de Bastien, et les affaires reprennent. Evidemment, ce rapprochement n’est pas sans conséquence…

    J’ai beaucoup aimé ce livre. L’histoire en elle-même est simple, finalement. Mais ce que j’apprécie surtout, c’est les traits d’humour qui parsèment le livre. La façon si simple de Tonin de voir les choses, et la timidité de Bastien face au caractère de son voisin sont adorables. Ils sont complèmentaires : l’un tempère l’autre, celui qui a toutes les idées plus folles les unes que les autres.

    J’ai été très vite sous le charme du style d’écriture, tendre et doux. J’ai passé un très bon moment et je n’ai pas vu les pages défiler. Je me suis trouvée plongée dans ce mode de vie campagnard, où chaque petit évènement est raconté. Voilà un roman de terroir qui m’a plu.


    Points attribués : 8/10

    Je remercie les éditions Presses de la Cité pour cette lecture remplie d'humour.
    « Northanger Abbey de Jane AustenUn choix douloureux de Frédérique ARNOULD »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :