• Hanayoi, la chambre des kimonos de Yuka MURAYAMA


    Edition: Presses de la Cité


    Nombre de pages: 379 pages



    Résumé: Depuis qu'elle a reçu en héritage la prodigieuse collection de kimonos de son grand-père, Asako est en émoi. La perfection des tissus, la grâce des motifs anciens et la délicatesse des couleurs provoquent en elle une révélation : elle doit ouvrir une boutique spécialisée dans les tenues d'antan.A ses côtés, Seiji, son mari, responsable commercial dans une entreprise d'organisation de mariages, souffre de la réussite de son épouse et se considère comme un raté. Insatisfait, il se languit secrètement d'un nouveau type de relation.
    Lorsqu'il rencontre Chisa et Masataka, le couple va découvrir des plaisirs charnels qu'il n'avait jamais connus...

    Mon avis: Je suis un peu mitigée sur ce livre... J'ai refermé le livre en me disant: Et après? Qu'arrives-t-il? Tant de questionnements pour rien?

    Asako et Seiji sont mariés. Si la première hérite de la collection de kimonos de son grand-père et décide d'ouvrir une boutique, son mari travaille dans une société d'organisation de mariage.

    A la recherche continuelle de kimonos anciens, Asako rencontre Masataka, qui désire la collection de kimonos dont sa femme, Chisa, a hérité.

    Dans un chassé-croisé de rencontres, Masataka s'éprend d'Asako, pendant que Seiji fantasme sur Chisa. Les choses s'enchaînant très vite, Seiji entame une relation particulière de Chisa: Il aime se faire dominer, et Chisa aime humilier un homme pendant les relations sexuelles.

    De son côté, Masataka rêve d'assouvir ses envies de dominance avec Asako, qui s'y refuse d'abord, pour succomber finalement.

    J'ai adoré l'aspect traditionnel, les explications des significations des fêtes japonaises, des différentes pièces de kimono, de traditions. Les explications que l'auteur donne complète très bien le livre en lui-même. Ce paysage serein des coutumes m'a plu, et ce côté de l'histoire m'a ravit.

    A côté de cela, l'aspect sexuel et érotique du livre m'a un peu plus laissé sur la touche. Les scènes de domination sont fréquentes, les actes sexuels et les fantasmes parsèment les pages. Je pense qu'objectivement, je peux dire qu'une bonne moitié du livre traite de ce sujet. Alors bien sûr, au vu de la couverture et du résumé, il ne pouvait en être autrement.

    Les scènes sont torrides sans pour autant être sales, les dérives ne vont pas trop loin. Même si je n'ai pas raffolé personnellement de cette lecture, elle ne m'a pas rebuté non plus. Je pense que beaucoup de lecteurs seraient très enthousiastes de le découvrir, surtout que tout est enrobé de douceur japonaise et de gestes doux.

    Points attribués: 7/10

    Je remercie l'édition des Presses de la Cité pour cette lecture intense.
    « Et ils s'envoyèrent en l'air d'Elizabeth MAXWELLDans ma boîte aux lettres (52) »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :