• Edition: Edition du moment
    Nombre de pages: 194 pages

    Résumé: 10 millions d'albums vendus et 35 millions de singles! Le mot Succès est faible quand on parle de David Guetta, le DJ aux 5 millions de fans sur Facebook. Il faudrait parler de tsunami planétaire. Le "roi David" est l'artiste français le plus écouté dans le monde. On a tous une nuit ou l'autre dansé sur un de ses mix endiablés. Pourtant, l'homme est peu connu. Ce livre nous fait découvrir ses origines, sa famille, son enfance, les différentes facettes de sa vie et de sa carrière. Il est enrichi d'une trentaine de témoignages inédits et souvent surprenants de musiciens, producteurs ou DJ, qui accompagnent "The King" depuis trente ans. Ils nous racontent le gamin timide, fasciné devant un Jean-Louis Aubert répétant avec le futur groupe Téléphone dans un local du XIIe arrondissement appartenant à la famille Guetta. Puis les débuts difficiles dans une petite boîte de nuit, à l'époque où le DJ était caché aux yeux de la clientèle. Enfin l'éclosion d'un génie aux talents multiples, tour à tour directeur artistique des salles de spectacles et boîtes les plus branchées des années 1990 (Bataclan, Bains Douches, Palace), organisateur des folles nuits d'Ibiza et musicien mondialement connu. Une star mondiale restée un mec tout simple, follement amoureux pendant vingt-cinq ans de Cathy, la mère de ses enfants, qui fut à la fois sa muse, son associée et son porte-bonheur. Jusqu'à l'épreuve douloureuse du divorce qui a séparé il y a deux ceux que le monde entier croyait inséparables.

    Une biographie passionnante, richement documentée. A lire absolument par tous ceux aiment la musique, la dance et l'amour.


    Mon avis : David Guetta.. Le monde entier connaît ce nom, et pour cause, puisqu’il fait partie des Dj les connus de la planète !

    Mais d’où vient-il ? Comment a-t-il commencé ? Comment s’est-il lancé ? Et quelle est la recette de son succès ?

    Si vous êtes fan, je vous conseille la lecture de ce livre. Pour ma part, c’était plutôt de la curiosité qui avait motivé mon choix, et puis aussi le fait que j’aime énormément les biographies. J’adore découvrir de petites anecdotes amusantes ou incroyables sur un personnage connu et/ou célèbre.

    Comme dans toute biographie, j’ai eu mon compte de dates, d’âge, d’interviews, de témoignages et de fil du temps. Tout ce que j’aime en somme. Bien que pas particulièrement fan de David Guetta (non non, ne me jetez pas de pierre !), je reste admirative de la vitesse à laquelle il s’est fait une place parmi les célébrités, et par la façon, audacieuse parfois, d’y parvenir.

    Bon, à côté de cela, j’ai aussi beaucoup (trop ?) de superlatifs le concernant. Je peux concevoir que quelqu’un soit réellement doué, qu’il ait de réelles prédispositions à quelque chose. Mais ajouter des compliments à la grosse louche est parfois un travers dans lequel tombent certains biographies, comme c’est le cas ici.

    Bien sûr, il s’est construit un empire, engrange des millions, sort un hit très régulièrement, a le don pour se faire apprécier. Bien sûr aussi, il a gérer des établissements pas toujours chics, et même plutôt « coquin » pour rester sage dans mes termes, mais c’est peut-être aussi ce qui fait le personnage, je ne sais pas.

    Il n’empêche que j’ai appris certaines choses le concernant : sa jeunesse , sa rencontre avec son ex-femme, ses enfants. Justement, parlons-en des enfants. C’est certainement parce que je suis maman, mais j’ai bien eu l’impression qu’il n’en faisait pas grand cas des siens… Bref.

    Ce livre ne m’aura, quoi qu’il en soit, pas encouragé à apprécier davantage le DJ. Je devrais peut-être même dire, presque, au contraire. Mais bon, c’est mon point de vue sur certaines choses qui fait ça hihi.

    Je ne pense pas que ce livre soit un incontournable si l’on veut connaître un peu mieux David Guetta, mais c’est déjà une très bonne base.

    Points attribués : 7/10

    Je remercie l’édition du moment pour cette lecture musicale.

    Il vous tente?


    votre commentaire

  • Edition: Jourdan
    Nombre de pages: 189 pages

    Résumé: Jean Buvens a 10 ans, en 1944, lorsqu'il comprend peu à peu le rôle de ses parents pendant la Seconde Guerre mondiale : sa mère parcourt les rues de Bruxelles à la recherche de noms juifs sur les sonnettes, son père revient les soirs de rafles, les bras remplis de jouets d'enfants. Chauffeur pour la Gestapo, son père aidera les nazis en tant que dénonciateur mais, une fois leur pion devenu inutile, les Allemands n'hésiteront pas à l'exiler dans une cave en Allemagne, lui et sa famille. Jean, petit garçon, observe les actions de ses parents, perplexe, en tentant tant bien que mal de discerner leurs actes corrects de ceux, honteux, bien plus nombreux. Voici les effets collatéraux de la guerre sur un enfant et le développement de relations d'amour et de haine entre un enfant et ses parents devenus collaborateurs de l'occupant pendant la Seconde Guerre mondiale. Jean Buvens, aujourd'hui, veut exprimer, en son nom, les plus profonds et sincères regrets pour l'irréparable commis par ses parents.


    Mon avis: Jean Buvens raconte ce qu'il lui est arrivé après la débâcles des soldats allemands en 1944. Son père étant un collaborateur belge envers les allemands, il a bien fallu fuir, pour ne pas être jugé sur le territoire belge.

    Jean raconte cet exode, et son histoire a de quoi faire froid dans le dos...

    Jean Buvens raconte sans faux-semblants les activités de ses parents, à savoir la délation de juifs. Il explique comment sa mère faisait pour trouver des adresses juives, et il raconte comment son père rentrait parfois le soir avec les bras chargés de jouets.

    Il a découvert, plus âgé, après être retourné à une vie normale, ce que ses parents avaient fait, et il a voulu témoigner. Il a voulu, malgré la honte qu'il éprouve, raconter l'horreur de ces jeunes années: réfugié dans des ruines, abandonné par sa mère, puis mis en pension dans une école, il a grandi de façon erratique, avant de trouver une stabilité grâce à ses études. 

    Mais ses parents restent des gens inconscients et coupables de beaucoup d'actes répréhensibles.
    Bien sur, ses jeunes souvenirs sont parfois flous, et il avoue parfois ne pas savoir expliquer tel ou tel événements. Mais en recherchant, plus tard, il a tenté de donner un aperçu clair de sa jeune existence de l'époque, et de pouvoir comprendre tout ce qu'il a vu et entendu à cette époque.

    J'ai été très touchée par ce récit, troublant mais vrai. Il ne cache rien, ne passe rien sous silence. Il est honnête jusqu'au bout, même si cela lui coûte.

    C'est la première fois que je lis sur ce sujet, et par un homme qui vraiment vécu tout cela, même s'il était encore jeune.

    On réalise, grâce à lui, jusqu'où pouvaient aller ces "collabos" pour gagner les faveurs des allemands. 

    Bref, je reste admirative du courage qu'il a fallu à Jean Buvens pour mettre des mots précis sur tous ces événements passés.

    Points attribués: 8/10
    je remercie l'édition Jourdan pour cette lecture incroyable.

    Il vous tente?



    votre commentaire

  • Edition: Archipel
    Nombre de pages: 240 pages

    Résumé: On a tous une chanson de Michel Delpech (1946-2016) en tête, de Chez Laurette, Wight Is Wight, Pour un flirt, jusqu’à Quand j'étais chanteur et Le Loir-et-Cher. On sait moins que le chanteur a connu la gloire et la déchéance, la lumière et la nuit, le triomphe et la défaite, le tourbillon de l’insouciance et le doute.Le cocktail sexe, alcool, drogues dures fut l’énergie du désespoir. Mais il y eut surtout l’amour d’une femme, Geneviève. Et la foi qui éclaire le bout du chemin.
    Il a tout surmonté, sauf le cancer. Un cancer qui l’a privé de son organe essentiel : sa voix d’or. Il a mené un combat jusqu’aux bouts de ses forces. Comme dans les plus âpres tragédies, il a regardé la mort en face, avec toujours ce sourire qu’il qualifiait lui-même d’atout majeur.
    Il a aimé la vie. Avec ses chansons, il nous a transmis cette joie simple de vivre, faite de petits riens, si importants quand on les perd.
    Cette biographie rappelle que Delpech était plus qu’un chanteur, il est un poète. Un hommage à l’artiste, mais aussi à l’amoureux des mots, à l’artisan scrupuleux, à l’homme qui savait écouter son frère humain blessé.


    Mon avis : Michel Delpech.. Qui n’a jamais chantonné l’un de ses airs, dansé un slow sur l’une de ses chansons ?

    Michel Delpech, un homme décrié et adulé à la fois. Un monstre de poésie avec un abîme de dépression…

    Je ne connaissais de ce chanteur que quelques-unes de ses chansons les plus connues, sans connaître l’être humain lui-même. Pour moi, il était un chanteur qui a réussi, qui a roulé sa bosse, qui a une vie géniale et heureuse.

    Oui mais pas que..

    Car si Delpech a fait montre d’une volonté de réussir à ses débuts, et s’il a flotté sur la vague de ses tubes des années 70 et 80, le reste de sa vie n’aura pas toujours été au beau fixe. 

    J’ai découvert un homme très (trop ?) sensible, pointilleux, travailleur, poète, rêveur, et brisé durant un temps. Car la dépression n’épargne personne, pas même les célébrités. Entre écriture de chansons, séjours en hôpitaux, famille, mariage et divorce, il a fallu pour lui trouver un équilibre. Pas toujours évident.

    L’auteur de ce livre nous montre un Michel Delpech tout en douceur, tout en rêveries, avec des tournures de phrases magnifiques. Parfois succinct (et ça suffit), parfois grandiloquent (et c’est ce qu’il faut), Pascal Louvrier nous raconte la vie du chanteur si connu qui s’est éteint il y a quelques mois.

    J’ai apprécié le voyage en sa compagnie, et j’ai ouvert grands les yeux pour regarder tout ce qu’il me montrait.

    Je ne regrette pas ma lecture, bien au contraire.

    Points attribués : 7/10

    Je remercie l’édition Archipel pour cette lecture musicale.

    Il vous tente?


    votre commentaire

  • Edition: Presses de la Cité
    Nombre de pages: 291 pages

    Résumé: Mabinty Bangura est née en Sierra Leone en 1995, alors que la guerre civile fait rage. Quand ses parents meurent, aucun membre de sa famille n'est prêt à l'accueillir, car l'enfant souffre d'une maladie de peau, le vitiligo, qui, selon les superstitions africaines, serait une manifestation de sorcellerie. Numéro 27 dans un orphelinat, elle est contre toute attente adoptée à l'âge de quatre ans par une famille américaine et rejoint les États-Unis. Rebaptisée Michaela, elle n'aura plus qu'un rêve : devenir ballerine. Après avoir survécu à la guerre, la maladie et la famine, son combat sera de se faire une place dans l'exigeant milieu de la danse classique, où les préjugés sur la couleur de peau sont particulièrement présents..


    Mon avis: Suivre le parcours d'une enfant née en Sierra Leone, au moment des conflits qui ont secoué le pays, et la suivre jusqu'au bout de son rêve...

    Michaela DePrince est partie de rien ou presque. Orpheline, abandonnée par sa famille, elle sera finalement adopté, toute petite, par une famille américaine. Celle-ci n'aura de cesse de l'aider à atteindre son objectif: devenir danseuse étoile.

    Elle raconte tout cela simplement, d'abord avec ses souvenirs de toute petite fille qui découvre la modernité, puis avec un ton plus passionné d'adolescente, avant de trouver sa personnalité complète, plus raisonnable. J'ai eu l'impression, en lisant son récit, de remonter avec elle dans le temps, et de l'entendre véritablement avec ces différentes intonations. C'est la première fois qu'un véritable récit me fait cet effet-là. Et rien que cela, déjà, il mérite d'être lu. 

    Michaela raconte les efforts, les choix, les décisions, les trajets, la fatigue, les privations. Elle explique les choix qu'elle doit effectuer, lorsqu'il faut changer d'école, décider de s'inscrire à un concours ou un stage. Elle montre l'envers du décor, celui que l'on ne voit pas, quand les danseuses si gracieuses et souriantes sortent de scène. Elle montre les douleurs, les pleurs parfois, l'euphorie, le travail, et la volonté de fer pour atteindre le haut du panier. Car elle le dit clairement: beaucoup de participantes pour très peu d'élues.

    Et dans son cas à elle, une difficulté s'ajoute encore: sa couleur de peau et une maladie: le vitiligo, qui provoque une dépigmentation de la peau. Elle en souffrira beaucoup, mais décidera de tenter le tout pour le tout, ce qui montre la force de son caractère.

    J'ai lu ce livre sur une après-midi, plongée dans les images que Michaela me montrait. Je n'arrivais pas à me décrocher de son récit, et j'avais terminé le livre sans même m'en être rendue compte!

    Je trouve que, au-delà de la couleur de peau dans le cas de Michaela, ce livre est hautement intéressant pour tous ces petits danseurs qui veulent se destiner aux ballets, à la danse classique, métier dur et épuisant, s'il en est. Je le recommande donc vivement.

    Points attribués: 10/10
    Je remercie l'édition Presses de la Cité pour cette lecture musicale.

    Petit bonus

    Michaela a participé à la réalisation d'un documentaire sur la danse, appelé La leçon de danse. J'ai trouvé une bande-annonce, si le coeur vous en dit. Elle a également répondu à de nombreux interviews, et pour ceux et celles qui comprennent l'anglais, il est possible d'en trouver sur Youtube.



    Il vous tente?


    votre commentaire

  • Edition: Presses de la Cité
    Nombre de pages: 360 pages

    Résumé: Tina a six ans lorsque sa mère se remarie avec Dave. Pendant des années, elle subit les attouchements puis les viols de son beau-père sans oser rien dire. Tina a recherché durant toute son enfance l'amour de sa mère, allant jusqu'à se casser le poignet pour attirer son attention ne serait-ce que quelques heures. Et quand elle ose enfin parler, sa mère choisit le confort matériel que lui apporte Dave plutôt que la sécurité de sa fille.
    Mais à trente ans, Tina passe une licence en droit et porte plainte contre Dave. Courageusement, elle témoigne au procès et le violeur est lourdement condamné.

    Mon avis : Tina raconte son enfance, son adolescence et sa descente aux enfers. Sa mère se met en ménage, alors qu’elle a 6 ans. Bien sous tous rapport, Tina a l’impression d’avoir trouvé en sa personne le père aimant dont elle manque.<o:p></o:p>

    Sauf que David ne s’arrête pas aux manifestations d’affection normales. Cela dégènère, lentement, et insidieusement. Les attouchements, les caresses incestueuses et finalement les viols se multiplient. <o:p></o:p>

    Tina va subir les attouchements de son beau-père durant plusieurs années, avant de s’échapper de tout cela. Malgré tout, sa vie d’adulte n’en est pas plus simple. Les sévices qu’elle a subi la détruisent intérieurement, et elle va alors entamer une procédure judiciaire qui puisse condamner cet homme.<o:p></o:p>

    Ce récit est bouleversant, émouvant, et j’ai été choquée par le comportement de sa mère, indifférente à ses enfants, et principalement à sa fille. Bien qu’ayant connaissance finalement de ce qui se passe, elle préfère passer sous silence les agissements de son mari et le garder avec elle, plutôt que de protéger sa fille, tout ça pour des soucis financiers.<o:p></o:p>

    Cette femme a eu un courage énorme de se démener pour atteindre son objectif : devenir avocate. Elle a eu le cran de tout affronter, même quand son mari a quitté le bateau, que ses enfants se sont éloignés. Elle a tenu bon et elle a eu gain de cause.<o:p></o:p>

    Elle est un exemple vivant pour toutes ces jeunes filles qui ont eu à subir la même situation.<o:p></o:p>

    Points attribués : 10/10<o:p></o:p>


    Je remercie les Presses de la Cité pour cette lecture bouleversante.<o:p></o:p>

    Petit Bonus



    Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique